Contribution à la conception des aphasies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Contribution à la conception des aphasies est le premier ouvrage publié par Sigmund Freud en 1891 sous le titre Zur Auffassung der Aphasien. Eine kritische Studie. Appartenant à la période « prépsychanalytique », il s'agit d’une monographie où Freud reprend les théories de Hughlings Jackson pour étudier les troubles du langage d'un point de vue fonctionnel plutôt que neurophysiologique[1]. Il remplace l'idée de « localisations cérébrales » par celle de l’« associationnisme » qui préfigure la conceptualisation d'un appareil psychique qu'on retrouve dans sa métapsychologie[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Longé, « Sigmund Freud, Pour concevoir les aphasies. Une étude critique », Essaim, no 26,‎ , p. 169–179 (ISSN 1287-258X, lire en ligne)
  2. Elisabeth Roudinesco et Michel Plon, Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Fayard, coll. « La Pochothèque », (1re éd. 1997) (ISBN 978-2-253-08854-7), p. 289

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maria Dorer, Historiche Grundladen der Psychoanalyse, Leipzig, Felix Meiner, 1932
  • Kurt Goldstein, Language and Language Disturbance, New York, Grune and Stratton, 1948
  • Jacques Nassif, Freud l’inconscient (1977), Paris, Flammarion, 1992
  • Jean-Louis Chassaing, « Au-delà du principe de Wernicke : à propos, aujourd'hui, de la « Contribution à la conception des aphasies » de S. Freud », Les dossiers du JFP, ERES,‎ , p. 45-72 (ISBN 9782749206684, lire en ligne)