Contre Celse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Contre Celse est un traité polémique composé en grec par Origène, théologien et Père de l'Église, vers 248, visant à réfuter un ouvrage du philosophe païen Celse, intitulé Discours véritable contre les chrétiens (178).

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Contre Celse est le dernier grand ouvrage d'Origène. L'auteur l'a rédigé à Césarée de Palestine, où il a passé la deuxième partie de sa vie (il avait vécu, auparavant, à Alexandrie). Vers le milieu du IIIe siècle, les chrétiens connaissent une période de paix « mais de nouveaux troubles surgissent à l'horizon : on a même tenu que le Contre Celse avait été occasionné par le jubilé du millénaire de Rome (247-248), celui-ci donnant lieu à un sursaut de la religion traditionnelle [païenne] et contribuant ainsi à ranimer l'hostilité des païens vis-à-vis des chrétiens »[1].

« Origène répondait en fait au vœu de son ami Ambroise, qui lui avait demandé de réfuter le Discours véritable du philosophe Celse »[1]. « Ambroise, riche Alexandrin à l'affût de toutes les nouveautés religieuses, protecteur d'Origène, dont il a favorisé les études, découvrit par hasard le livre de Celse environ soixante-dix ans après sa parution et l'envoya à son ami, avec prière instante de le réfuter »[2].

« L'ouvrage répond à la première attaque construite et systématique d'un philosophe païen contre le christianisme »[3] ; il constitue le début d'une série d'apologies rédigées par des auteurs chrétiens en réaction contre les critiques anti-chrétiennes formulées notamment par le philosophe néo-platonicien Porphyre de Tyr (IIIe – IVe siècles), ou par l'empereur Julien (IVe siècle) (auteur d'un livre intitulé Contre les Galiléens, auquel répondra Cyrille d'Alexandrie dans son Contra Julianum).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Fédou, Christianisme et religions païennes dans le Contre Celse d'Origène, Beauchesne, 1988, p. 38.
  2. Louis Rougier, Celse, ou le conflit de la civilisation antique et du christianisme primitif, Éditions du Siècle, 1925, p. 52.
  3. Michel Fédou, Christianisme et religions païennes dans le Contre Celse d'Origène, Beauchesne, 1988, p. 43.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Traduction française[modifier | modifier le code]

Origène, Contre Celse, Tome I (Livres I et II) et tome II (Livres III et IV). Introduction, texte critique, et notes par Marcel Borret, éd. du Cerf, 1967-1969.

Étude[modifier | modifier le code]

Michel Fédou, Christianisme et religions païennes dans le Contre Celse d'Origène, Beauchesne, 1988 ; on y trouve une bibliographie concernant spécifiquement le Contre Celse p. 22-25.