Contrat de désendettement et de développement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Contrat de désendettement et de développement (en abrégé C2D) constitue le principal volet bilatéral additionnel français de l’initiative PPTE d’allègement de la dette des pays en développement.

Mécanisme[modifier | modifier le code]

Les remboursements de la dette bilatérale des états concernés sont redistribués par la France sous forme de subventions.

Les décisions concernant les C2D sont prises par consensus dans un comité mixte comprenant le ministre des finances, l’ambassadeur de France et la société civile.

En général, l'agence française de développement est chargée de la mise en œuvre des décisions d'affectation des subventions.

Les appels d'offres se feront selon les critères européens et internationaux et non à la discrétion des gouvernements récipiendaires de l'aide.

Pays concernés[modifier | modifier le code]

Les pays éligibles à cette initiative sont ceux qui ont atteint le point d’achèvement de l’initiative PPTE. Soit, en mai 2006 :

En mai 2006, sept pays avaient conclu un C2D avec la France : le Mozambique (en novembre 2001), puis l’Ouganda, la Bolivie, la Tanzanie, la Mauritanie, le Ghana et le Cameroun.

Le Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) en Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

Le contrat de désendettement de la Côte d'Ivoire a été signé le 01 décembre 2012 à Abidjan. Le montant de l'allègement de la dette était de 913 millions d'euros [1].Le premier c2d signé pour la période 2012-2015 est d'une valeur 630 millions d'euros[2] L'objectif de cet effort bilatéral est de prévaloir l'esprit de partenariat entre la France et la Côte d'Ivoire.



Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]