Contrastes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Contrastes
Sz. 111
Genre Trio avec piano
Nb. de mouvements 3
Musique Béla Bartók
Effectif violon, clarinette et piano
Durée approximative 16 minutes
Dates de composition 1936
Commanditaire Joseph Szigeti et Benny Goodman
Création
New York Drapeau des États-Unis États-Unis
Interprètes Joseph Szigeti (violon)
Benny Goodman (clarinette)
Béla Bartók (piano)

Contrastes pour violon, clarinette et piano, Sz. 111, est une œuvre de Béla Bartók écrite en 1938 pour le violoniste Joseph Szigeti et le clarinettiste Benny Goodman.

Inspirée de musique populaire d'Europe de l'Est, l'œuvre, très virtuose, demande à ses interprètes une grande maîtrise rythmique.

Historique[modifier | modifier le code]

Le visage de Béla Bartók photographié dans les années 1940. Il est un peu ridé, ses cheveux blancs se font rares. La photo est en noir et blanc, Bartók est très légèrement tourné vers la gauche, son regard est dans le vide, vers la gauche de l'image. Le fond est uni, clair, la source lumineuse est sous le visage.
Béla Bartók dans les années 1940.
Joseph Szigeti, photographié en 1950, est cadré au niveau des épaules. Il porte un costume et une cravate. Il est chauve, sa lèvre inférieure est légèrement pendante. La photo est en noir et blanc, Szigeti est de face et regarde l'objectif.
Joseph Szigeti en 1950.
Benny Goodman, photographié en 1942, porte des lunettes, il est habillé d'un smoking et d'un nœud papillon. Ses cheveux sont gominés, avec une raie sur le côté gauche de son visage. La photo est en noir et blanc, l'éclairage est assez doux. La mise au point est faite sur son visage.
Benny Goodman en 1942.

La partition résulte d'une rencontre entre le violoniste et ami du compositeur, Joseph Szigeti, et le clarinettiste de jazz Benny Goodman[1]. Les deux musiciens aimeraient que Bartók leur compose une œuvre en deux mouvements contrastés, durant 6 à 7 minutes, avec des cadences pour le violoniste et le clarinettiste[1], dans l'esprit des deux Rhapsodies pour violon et piano, ou des Rhapsodies hongroises de Liszt[2]. Szigeti écrit à Bartók et lui envoie des disques de jazz de Goodman[2], qui se charge de payer le compositeur pour son travail[1]. Le résultat, composé entre août et [3] est une œuvre deux fois plus longue que demandée[1].

L'œuvre est créée par Benny Goodman, Béla Bartók au piano et Joseph Szigeti au violon, d'abord dans une version en deux mouvements le sous le titre Deux danses[4]. Bartók ajoute ensuite le mouvement lent médian (Pihenő), et cette version à trois mouvements est créée le à New York[4]. Les trois musiciens enregistrent leur interprétation peu de temps après pour Columbia[4].

Le titre fait référence aux contrastes de timbres du violon et de la clarinette explorés par Bartók[2],[5].

À propos de la musique[modifier | modifier le code]

Contrastes mélange des aspects de la musique traditionnelle hongroise, des mélodies roumaines, des métriques bulgares et grecques avec les techniques de composition du XXe siècle[1]. Les rythmes utilisés sont complexes pour chaque partie, et exigent de tous pendant l'exécution une cohésion d'ensemble très élevée[1].

L'œuvre est particulièrement virtuose, nécessitant en particulier un changement de clarinette durant son exécution (un instrument en si bémol et l'autre en la), même si certains musiciens préfèrent jouer tout le morceau sur une clarinette en si bémol, malgré les difficultés que cela pose[1]. De même, dans le troisième mouvement le violoniste emploie d'abord un second instrument désaccordé (accordé en tritons : soldièse ré la mibémol)[5], qui cherche à évoquer le jeu d'un musicien traditionnel[1].

La partie de piano est inhabituellement en retrait, laissant de la place aux deux autres instruments[2],[5].

Structure[modifier | modifier le code]

Contrastes comprend trois mouvements et leur exécution avoisine les 16 minutes.

  • Verbunkos (danse de recrutement) (4 min 56 s)
  • Pihenő (repos) (4 min 13 s)
  • Sebes (vif) (6 min 22 s)

Verbunkos[modifier | modifier le code]

Le premier mouvement est inspiré d'une danse de recrutement exécutée par un groupe des régiments de hussards[5]. Construit sur une structure ABA[2], il se caractérise par un rythme bondissant (croche pointée-double)[1]. On y trouve de nombreuses difficultés d'exécution : accords, trémolos, larges arpèges, gammes rapides, ou encore des changements de registre[5].

Dans le premier thème de marche, le violon joue des pizzicatos inspirés par le Blues de la Sonate pour violon de Ravel[2]. Après une série de variations apparaît un deuxième thème d'inspiration folklorique, qui subit différents développements. Le premier thème revient de manière fragmentée pour la troisième section[2], qui se termine par une cadence de clarinette[4].

Pihenő[modifier | modifier le code]

Le deuxième mouvement s'inscrit dans la lignée des musiques nocturnes de Bartók[2], où trémolos et trilles évoquent une nuit noire et effrayante[5]. L'absence de pulsation marquée contraste fortement avec les deux autres mouvements[1]. La partie de piano évoque par moments le gamelan[2].

Sebes[modifier | modifier le code]

Le dernier mouvement, virtuose au rythme irrégulier de Music8.svg+Music5.svg
Music8.svg
[1], s'inspire d'une danse endiablée sur laquelle les garçons improvisent avant de chanter[5]. Bien que les thèmes soient d'inspiration hongroise, il ne semble pas que Bartók cite de vraies chansons[2]. Le violon a une cadence[4] pendant la troisième section[2], et le mouvement se termine par une coda grotesque, stridente et comique[2].

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k (en) Eric Tishkoff, « Contrasts by Bela Bartok », sur tishkoff.com, (consulté le ).
  2. a b c d e f g h i j k et l (en) James Reel, « Contrasts, pieces (3) for clarinet, violin & piano, Sz. 111, BB 116 », sur AllMusic (consulté le ).
  3. Kerékfy 2012, p. 41
  4. a b c d et e « Contrastes », Philharmonie de Paris (consulté le ).
  5. a b c d e f et g (en) Orrin Howard, « Contrasts for Violin, Clarinet, and Piano », Orchestre philharmonique de Los Angeles (consulté le ).
  6. (en) Sonata For Violin And Piano (Unpublished) / "Contrasts" For Violin, Clarinet And Piano sur Discogs (liste des versions d'une même œuvre).
  7. (en) Sonata For Two Pianos And Percussion / Contrasts For Violin, Clarinet And Piano sur Discogs.
  8. (en) Violin Sonatas Nos. 1 And 2 / Contrasts sur Discogs (liste des versions d'une même œuvre).
  9. (en) Bartók sur Discogs.
  10. (en) BartóKorcia sur Discogs.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Márton Kerékfy, « "Contrasts?" Practical and Abstract Ideas in Bartók's Compositional Process », Studia Musicologica, vol. 53, nos 1/3,‎ , p. 41-51 (lire en ligne).
  • (en) Vera Lampert, « Benny Goodman and Bartók’s Contrasts: An Extraordinary Collaboration », The Musical Quarterly, vol. 101, no 1,‎ , p. 6–34 (DOI 10.1093/musqtl/gdy010).

Liens externes[modifier | modifier le code]