Contrôle scientifique et technique de l'État

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le contrôle scientifique et technique de l'État est un ensemble de procédures destiné à garantir et protéger le patrimoine culturel en France. Il est destiné à maintenir un « droit de regard » de l'État sur des biens culturels confiés aux collectivités territoriales ou dont elles assurent l'inventaire et même, dans certains cas, aux biens culturels détenus par des personnes privées.

Dans la mesure où il constitue une atteinte au droit de propriété ainsi qu'au principe de libre administration des collectivités territoriales, le contrôle scientifique et technique de l'État est établi par la loi et ses modalités sont fixées par décret en Conseil d'État.

Ce contrôle scientifique et technique s'exerce sur différents biens et services culturels.

Archives publiques[modifier | modifier le code]

Pour les archives publiques, il est notamment exercé par le service interministériel des Archives de France de la direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture, par l'inspection des patrimoines, ainsi que par les responsables des missions des Archives de France placés auprès des ministères et par les directeurs des archives départementales, pour les archives publiques produites dans le ressort de leur département. Il "porte sur les conditions de gestion, de collecte, de sélection et d'élimination ainsi que sur le traitement, le classement, la conservation et la communication des archives" et "est destiné à assurer la sécurité des documents, le respect de l'unité des fonds et de leur structure organique, la qualité scientifique et technique des instruments de recherche, la compatibilité des systèmes de traitement et la mise en valeur du patrimoine archivistique" (article R.212-3 du Code du patrimoine).

Ce contrôle s'exerce :

- sur pièces. Par exemple, un directeur d'Archives départementales doit viser toutes les demandes d'éliminations de documents d'archives publiques et être informé de toutes les opérations de restauration patrimoniale de documents,

- sur place, à travers des inspections des services producteurs contrôlés.

Comme cela est défini dans l'article L. 212-4 du code du patrimoine, le contrôle s'exerce sur l'ensemble des producteurs d'archives publiques (services de l’État, collectivités territoriales, établissements publics, officiers ministériels...)[1].

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Dans les bibliothèques, on parle plutôt de contrôle « technique » que « scientifique et technique ». Ce contrôle est assuré par l'Inspection générale des bibliothèques. Il a été précisé par un décret de 1988 maintenant codifié aux articles R.310-9 à R.310-13 du code du patrimoine.

Inventaire du patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

L’'inventaire général du patrimoine culturel est aussi soumis à ce type de contrôle, régi par le décret no 2005-835 du 20 juillet 2005[2] ; selon le premier article du décret, il vise « à garantir, sur l'ensemble du territoire, la qualité scientifique et technique des opérations d'inventaire et à en assurer la cohérence, la pérennité, l'interopérabilité et l'accessibilité ».

Musées[modifier | modifier le code]

Les musées de France sont placés sous le régime du contrôle scientifique exercice de l'État exercé, comme pour les archives, par la direction générale des Patrimoines, et plus spécialement par l'inspection des patrimoines.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

S'agissant des Monuments historiques, le contrôle scientifique et technique de l'État assuré notamment par les conservations régionales des monuments historiques, incarnées par leurs différents membres architectes des bâtiments de France, conservateurs et ingénieurs du patrimoine, a pour but de vérifier la présence et le bon état des monuments classés ou inscrits, de surveiller les travaux de restauration et d'aménagement qui y sont effectués, ainsi, pour les objets, que les conditions de déplacement[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la décomposition des actions relavant du contrôle scientifique et technique dressée par le Service interministériel des Archives de France : mesures de simplification DGP/SIAF/2013/005 du 31 octobre 2013 relatives à l'exercice du contrôle scientifique et technique sur les archives publiques par les directeurs des services départementaux d'archives, annexe 1.
  2. Texte consolidé du décret.
  3. Décret n° 2009-750 du 22 juin 2009 relatif au contrôle scientifique et technique des services de l'État sur la conservation des monuments historiques classés ou inscrits, codifié aux articles R.621-18 à R.621-24 du code du patrimoine pour les immeubles et R.622-18 à R.622-25 pour les meubles.