Contrôle de l'orgasme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le contrôle de l'orgasme, souvent appelé par son anglicisme «edging»[1], est une technique sexuelle qui consiste à amener son ou sa partenaire au bord («edge» en anglais) de l'orgasme et maintenir cet état d'excitation et de plaisir sexuels très élevés (phase préorgasmique) pendant une longue période avant de lui faire atteindre l'orgasme dont l'intensité et la durée se trouvent également amplifiées[2],[3],[4]. L'edging peut également être pratiqué par le partenaire actif en prolongeant lui-même sa propre phase préorgasmique, simultanément par les deux partenaires ou encore de manière solitaire, lors de la masturbation.

Pratiques en couple[modifier | modifier le code]

Dans les pratiques sexuelles en couple ou à plusieurs partenaires, il existe plusieurs pratiques tentant de contrôler l'orgasme toujours dans le but de maximiser le plaisir ressenti. Il peut s'agir, pour un couple, de retarder le déclenchement de l'orgasme chez les deux partenaires ou seulement chez l'un d'eux. L'edging peut se pratiquer en masturbant l'un des deux partenaires, lors d'une fellation, d'une cravate de notaire, d'un cunnilingus mais également lors d'une pénétration vaginale comme dans le cas du coitus reservatus. Le contrôle de l'orgasme peut aussi consister en un jeu de stimulation et de frustration[5], si l'un des partenaires laisse à l'autre le contrôle de la stimulation érotique, comme c'est le cas dans les pratiques où l'un des partenaires reste volontairement passif, et dans les pratiques de bondage ou de soumission sexuelle.

Pratiques solitaires[modifier | modifier le code]

Dans les pratiques sexuelles en solitaire comme la masturbation[4], l'edginɡ consiste pour une personne de contrôler le moment de son propre orgasme en l'approchant, puis en ralentissant la stimulation. Le but est généralement de retarder la survenue de l'orgasme afin de prolonger le plaisir qui le précède et d'amplifier les sensations lorsqu'il se produit.

Déni d'orgasme et pratiques BDSM[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Déni d'orgasme.

Dans les pratiques BDSM, le contrôle de l'orgasme peut aller soit jusqu'à l'orgasme forcé, soit au contraire jusqu'à l'imposition par un partenaire à l'autre d'une longue période d'abstinence et de frustration qui est appelée le déni d'orgasme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. GQ Magazine - Presque du désir et presque du plaisir : la revanche de la frustration «Mais ce qui appartenait au royaume du désir fait en ce moment son apparition dans le champ du plaisir – ça fait plusieurs articles qui passent en ce moment sur l'edging, que je traduirais par « se tenir au bord ». Pour les hommes comme pour les femmes, cette technique (?) consiste à s'arrêter quand on approche de l'orgasme pour y revenir plus tard, et idéalement, jouir plus fort»
  2. Extended Massive Orgasm, Steve and Vera Bodansky, (2000), pp. 91, 92, 94–98, (ISBN 0-89793-289-7).
  3. Bodansky et Vera Bodansky, Extended Massive Orgasm: How You Can Give and Receive Intense Sexual Pleasure, (ISBN 9780897932899, lire en ligne)
  4. a et b Flair.be - Apprendre à se masturber avec OMGYes - Psycho & sexo - 1 août 2016 - Charlotte Orliac «Au début, ça peut paraître un peu bizarre de regarder des femmes nues expliquer comment elles se masturbent. Mais après seulement quelques secondes, la gêne laisse directement place à une fascination pure et simple. En écoutant Amber, jeune femme témoignant sur le site, on se dit qu'on a, nous aussi, envie d'essayer l'edging, cette technique qui consiste à s'arrêter au bord de l'orgasme pour en décupler la puissance»
  5. (en) Victoria Zdrok: The Anatomy of Pleasure, Buy Books, 2004. (ISBN 0741422484). Page 176.