Construction en bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une construction en bois est une construction réalisée en bois de construction (massif ou non, dans la construction neuve ou dans certaines réhabilitation), un matériau souvent promu pour sa résistance au feu et pour sa faible empreinte carbone (surtout si la construction est durable et que les bois utilisés proviennent d'essences locales issues de forêt locales gérées de manière soutenable).

Maison à colombages dite le « Pain de Sucre renversé de Hildesheim », Hildesheim, Allemagne, 1510. Le système constructif est ici de type à bois court.
Exemple de maison à ossature-bois de type platform-frame, système répandu aux États-Unis, est un système de type à bois court.
Construction de bureaux en partie en bois à Nanterre en 2019.

Au sens large il peut s'agir d'éléments d'infrastructures (pont, jetée par exemple), de cabanes, maisons ou immeubles, de navires[1], etc. L'ossature-bois est le principe constructif actuellement le plus répandu. Une tour de 84,5 mètres (en construction en Norvège en 2018 devrait être le plus haut bâtiment construit en bois dans le monde monde [la tour HoHo à Vienne sera haute de 84 m, mais sans être entièrement en bois (76% de bois)].

Des progrès techniques récents[modifier | modifier le code]

Ce sont par exemple l'aboutage industriel, y compris de bois vert[2], le bois lamellé-collé, la rétification du bois, les assemblages et renforts collés[3] voire thermo-soudés[4], le séchage rapide et traitement par bio oléo-thermie[5], etc.

Ils permettent des portées ou des types d'assemblages autrefois impossibles, mais pouvant rendre les réparations et la déconstruction plus délicates. Il est aussi possible en 2018 d'utiliser en impression 3D des plastiques contenant environ 30% de poudre de bois (depuis 2015, pour une mise en œuvre par frittage laser[6]), ou des filaments composites (dits bio-plastiques) à base de bois (Woodfill, depuis 2013), ou de bambou[7] (depuis 2014) ou encore en liège[8] pour certaines impression 3D, avec alors la possibilité d'imprimer des formes complexes et/ou emboitées à bas prix[6]. Des progrès concernent aussi l'isolation acoustique dans les constructions en bois[9]. Dans une grande partie du monde, les résineux et/ou certains bois tropicaux ont pris une place croissante dans la construction-bois. En marge du domaine du bois-matériau, on trouve aussi de plus en plus de bétons de bois [10]

Soutiens à la filière en France[modifier | modifier le code]

En 2009 une réflexion sur le développement des usages des matériaux biosourcés (bois notamment) dans la construction est lancée, aboutissant à un premier Plan Bois construction (2009-2015) devant mieux caractériser les performances techniques du bois (solidité, thermique, environnement, etc.)[11]. Cette phase montre que bois répond aux exigences de la réglementation du bâtiment. En 2011, un programme démonstrateur (« 100 constructions publiques en bois local ») est lancé par la Fédération nationale des communes forestières (FNCOFOR), base de bois local. En 2012 un label « bâtiment biosourcé » est défini par décret [12], à la fois quantitatifs (tonnes de biomasse mise en œuvre) et qualitatifs (Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire, forêt durablement gérée comme source, faible émission de COV). En 2014 un contrat stratégique de filière bois est signé par les ministres de l’économie, de la forêt, de l’environnement et du logement et deuxième Plan Bois construction est lancé (2014-2017), soutenant trois stratégies de filière (renforcer les compétences et l’attractivité des métiers de la construction et de la rénovation en bois, valoriser le feuillu dans la construction-bois et positionner le bois dans la réhabilitation. En 2015, une Charte « Bois construction publique exemplaire » est signée par quelques régions et cette même année la loi TECV [13] dit que la construction bois est « encouragée par les pouvoirs publics lors de la construction ou la rénovation des bâtiments » . En 2018 36 projets d'immeubles de moyenne et grande hauteur (IMGH) en bois sont retenus par un appel à manifestation d’intérêt « Immeuble à Vivre Bois », avec 13 lauréats[14].

Le bois matériau de construction[modifier | modifier le code]

Histoire et origine[modifier | modifier le code]

Traditions de bois[modifier | modifier le code]

Par système structurel[modifier | modifier le code]

Charpente[modifier | modifier le code]

Construction à pan de bois ou à colombages
Ossature à bois longs
Ossature à bois court
Ossature poteau poutre

Bois massif[modifier | modifier le code]

Construction en bois massif empilé
Bois cordé
Le système constructif de la « stavkirke » ou « église en bois debout »
L'église de Greensted, en « bois debout ».
Construction en bois à panneau porteur

Le système pièce-sur-pièce à coulisse

Par système de remplissage[modifier | modifier le code]

Torchis. Vestige d'une ferme picarde, montrant la mise en œuvre du torchis plaqué sur lattis.

Hourdage[modifier | modifier le code]

Torchis[modifier | modifier le code]

Botte de paille[modifier | modifier le code]

Par pays[modifier | modifier le code]

Allemagne

ces bois sont pauvres en sodium

Canada
France
Japon
Louisiane française
Madagascar
Russie
Suisse

Ouvrages en bois[modifier | modifier le code]

Charpente en bois[modifier | modifier le code]

Plancher en bois[modifier | modifier le code]

Parois en bois[modifier | modifier le code]

Palissade, Angel Mounds, Civilisation du Mississippi, Evansville, Indiana
Pan de bois. Reconstruction en 2010 de la maison à colombages dite le « Pain de Sucre renversé de Hildesheim », Hildesheim, Allemagne, 1510.

Palissade[modifier | modifier le code]

Une palissade est un ouvrage fait avec des bois refendus « carrément » liés les uns contré les autres, et qui constitue une séparation ou un rempart.

Pan de bois[modifier | modifier le code]

Le pan de bois désigne un ouvrage de charpenterie composé de sablières hautes et basses de poteaux de décharges et de tournisses formant mur de bois. Les pans de bois intégraient des colombages, colombes et colombelles, ce qui fait de « colombage » un terme synonyme pour désigner le bâtiment incorporant cette technique : la Maison à colombages.

Rondins de bois[modifier | modifier le code]

Maison de bois en construction (Autriche, 2006).

Treillage[modifier | modifier le code]

Le treillage désigne un assemblage de tringles, l'ensemble formant des parois ajourées destinées à supporter des plantes grimpantes, les espaliers ou à ménager des séparations, les palis ou palissades. C'est un élément de décoration des jardins dans l'architecture classique.

Parement en bois[modifier | modifier le code]

Abbaye du Mont-Saint-Michel. Bardeaux

Bardage[modifier | modifier le code]

Bardeau[modifier | modifier le code]

Accessoires[modifier | modifier le code]

Détail d'une porte en bois d'une chapelle à Breil/Brigels, Suisse.

Étaiements[modifier | modifier le code]

Échafaudage[modifier | modifier le code]

Échafaudage de bambous

instruments de musique

Applications[modifier | modifier le code]

Habitat individuel[modifier | modifier le code]

Habitat collectif[modifier | modifier le code]

Bureaux[modifier | modifier le code]

Églises[modifier | modifier le code]

L'église de Kiruna, l'un des plus grands bâtiments en bois de Suède.

Voir la catégorie église en bois

Équipements divers[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

Ponts en bois[modifier | modifier le code]

Grant Mills Bridge. Pont couvert en bois

Conduite d'eau en bois[modifier | modifier le code]

Machines[modifier | modifier le code]

Voilier de pêche en bois en construction, Cap-Haïtien, Haïti.
Chèvre sur le chantier médiéval de Guédelon
Réplique d'un trébuchet.

Bateaux[modifier | modifier le code]

Machines de levage[modifier | modifier le code]

Engins de siège[modifier | modifier le code]

Aspects réglementaires[modifier | modifier le code]

Labels[modifier | modifier le code]

Vulnérabilité[modifier | modifier le code]

Le bois présente sous certaines formes une certaine vulnérabilité au feu, tout en étant mieux classé que beaucoup d'autres matériaux[15]. Il présente aussi, notamment quand il est exposé à l'humidité une vulnérabilité à la décomposition par des bactéries, champignons et insectes xylophages ou saproxylophage (Bostrichidae[16] et termites (notamment, notamment en zone tropicale [17]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guibal F & Pomey P (1998) L’utilisation du matériau-bois dans la construction navale antique: analyse anatomique et dendrochronologique. Méditerranée antique. Pêche, navigation, commerce. Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, 120e, Aix-en-Provence 1995, 121e, Nice 1996, 159-175.
  2. Pommier R (2007) Compréhension de l’aboutage du bois vert: détermination du procédé et principes physico mécaniques appliqués au Pin maritime. XXVèmes rencontres AUGC.
  3. Gardelle V (2005) Mécanique des assemblages et renforts collés en construction bois (Doctoral dissertation, Bordeaux 1) https://www.theses.fr/2005BOR13073.
  4. Resch L (2009) Développement d'éléments de construction en bois de pays lamellés assemblés par tourillons thermo-soudés (Doctoral dissertation, Nancy 1) (résumé)
  5. Grenier D (2006) Développement du procédé de bi-oléothermie pour les bois de construction: mesure et modélisation des transferts de matière et de chaleur lors des opérations de friture-séchage et de refroidissement-imprégnation (Doctoral dissertation, Perpignan).
  6. a et b Imprimante 3D : Materialise imprime désormais sur de la poudre de bois !, sur le site "Imprimante 3D" consulté 06 septembre 2018
  7. ColorFabb dévoile un nouveau filament pour imprimer du bronze et du bambou !, sur le site Imprimante 3D, consulté 06 septembre 2018
  8. Colorfabb dévoile CorkFill, un filament à base de liège !, sur le site "Imprimante 3D", consulté 06 septembre 2018
  9. Kouyoumji J.L, Borello G & Achard G (2000) Caractérisation des parois courantes et des liaisons structurales pour la prévision de l’isolement acoustique d'une construction en bois (Doctoral dissertation, thèse de l’Université de Savoie LGCH-ESIGEC, soutenue le 15 décembre 2000)
  10. Al Rim K, Ledhem A & de Roodenbeke M.Q.T.K (1996) Étude des paramètres de fabrication d'un béton de bois à matrice de résine, ciment voire argile. Materials and Structures, 29(8), 514-518 (résumé).
  11. SNMB, mars 2018
  12. décret 2012-518 du 19 avril 2012
  13. Loi n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), voir article 14
  14. BatiActu (2017) Découvrez les 13 lauréats du concours "Immeubles à vivre en bois" | publié le 13/09/2017
  15. Laplanche, K. (2006). Étude du comportement au feu des assemblages de structures bois: approche expérimentale et modélisation (Doctoral dissertation, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand II).
  16. Kossou, D. K. (1992). Sensibilité des bois de construction des greniers traditionnels aux attaques de Prostephanus truncatus (Horn)(Coleoptera: Bostrichidae). International Journal of Tropical Insect Science, 13(3), 435-439 (résumé)
  17. Mouras, S., Beauchêne, J., & Langbour, P. (2001). Les termites xylophages et construction bois en Guyane, CIRAD-Forê

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]