Construction des entiers naturels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les mathématiques
Cet article est une ébauche concernant les mathématiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Il existe plusieurs méthodes classiques de construction des entiers naturels mais celle des entiers de von Neumann est souvent regardée comme la plus simple.

Méthode de von Neumann[modifier | modifier le code]

Partant de la théorie des ensembles, on identifie 0 à l'ensemble vide, puis on construit un entier naturel comme l'ensemble des entiers naturels qui le précèdent. Plus précisément, les entiers naturels sont construits à partir des règles suivantes :

  1. L'ensemble vide est un entier naturel noté 0 ;
  2. Si n est un entier naturel, l'ensemble n U {n} est aussi un entier naturel, appelé le successeur immédiat de n ;
  3. Tout entier naturel est construit à partir des règles 1 et 2.

Par exemple, le successeur immédiat de 0 est : 0 U {0} = {0} = 1

Celui de 1 : 1 U {1} = {0} U {1} = {0,1} = 2

Celui de 2 : 2 U {2} = {0,1} U {2} = {0,1,2} = 3

L'axiome de l'infini est nécessaire pour assurer l'existence d'un ensemble contenant tous les entiers naturels. L'intersection de tous les ensembles de ce type (contenant 0 et clos pour l'opération successeur) est alors l'ensemble des entiers naturels. On peut vérifier que ce dernier satisfait les axiomes de Peano.

Dès lors, on peut définir l’addition de deux entiers +, leur multiplication ⋅, et la puissance, par récurrence, en posant pour tout naturels et  :

Les propriétés usuelles de ces trois lois se démontrent ensuite toutes par récurrence, en utilisant les propriétés du rang 1. On établit ainsi dans l’ordre l’associativité de +, la commutativité de +, la distributivité à gauche de ⋅ sur +, la neutralité à gauche et à droite de 1 pour ⋅, la distributivité à droite de ⋅ sur +, la commutativité de ⋅, la transformation de la somme en produit puis finalement la transformation du produit en puissance par l’exponentiation.

Voir aussi[modifier | modifier le code]