Constance de Penthièvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Constance de Penthièvre
Titre
Vicomtesse consort de Rohan
v. 1165 – après 1184
Prédécesseur Inconnue
Successeur Françoise de Corbey
Biographie
Dynastie Maison de Penthièvre
Date de naissance v. 1140
Date de décès après 1184
Père Alain le Noir
Mère Berthe de Bretagne
Conjoint Alain III de Rohan
Enfants Alain IV
Guillaume
Josselin
Marguerite
Alix
Constance

Constance de Penthièvre (v. 1140 – après le ) était une princesse bretonne, fille d’Alain de Penthièvre, comte de Richmond, et de Berthe de Cornouaille, duchesse de Bretagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Constance est la fille de Berthe, fille du duc de Bretagne Conan III et de Mathilde d’Angleterre, et d’Alain le Noir, comte de Richmond, fils cadet d’Étienne Ier de Penthièvre et d’Havoise de Guingamp. Elle est la sœur du duc Conan IV de Bretagne et d’Enoguen, abbesse de Saint-Sulpice.

Le , son père meurt et sa mère se remarie deux ans plus tard avec Eudon de Porhoët, qui deviendra régent de Bretagne pendant la minorité de Conan IV.

Mariages[modifier | modifier le code]

En 1160, alors que son frère Conan IV venait d'épouser Marguerite de Huntingdon, sœur du roi d’Écosse Malcolm IV, un mariage entre celui-ci et Constance est envisagée. Mais Constance refuse, dans l'espoir d'épouser le roi Louis VII, veuf de Constance de Castille. Cependant, Louis choisit de se remarier avec Adèle de Champagne[1]. Selon d'autres historiens, c'est en 1152/54, après l'annulation du mariage de Louis VII et d'Aliénor d'Aquitaine, que Constance aurait cherché à épouser le roi de France[2]. Toutefois, cette hypothèse est peu probable.

Selon certaines généalogies, Constance aurait été mariée en premières noces à Guillaume FitzEmperesse, dit « Tournemine », troisième fils de Geoffroy V d'Anjou et de Mathilde l’Emperesse, et frère cadet du roi Henri II d’Angleterre, fondateur de la Maison de Tournemine. Toutefois, il n’existe aucune preuve de cette union, ni d’ailleurs de l’identité exacte de Guillaume « Tournemine »[3],[note 1]. Si ce mariage a bien eu lieu, quelle que soit l'identité exacte de Guillaume Tournemine, il date d'après le mariage de Louis VII et d'Adèle de Champagne, le .

Constance épouse ensuite Alain III, vicomte de Rohan, avec qui elle fondera l’Abbaye Notre-Dame de Bon-Repos le .

Descendance[modifier | modifier le code]

Si Constance est bien l’épouse de Guillaume Tournemine, elle est la mère de :

  • Olivier Ier de Tournemine (mort avant 1205), qui épousa Edie (ou Eline) de Penthièvre, fille de Rivallon de Penthièvre et sœur de Geoffroy III de Penthièvre, et en eut :
    • Olivier II de Tournemine (mort v. 1232), seigneur de La Hunaudaye ;
    • Geoffroy Ier de Tournemine ;
    • Pierre de Tournemine ;
    • Margilie de Tournemine ;
    • Sybille de Tournemine.
  • Geoffroy de Tournemine.

D’Alain III, vicomte de Rohan, elle a :

  • Alain IV ;
  • Guillaume ;
  • Josselin, qui épousa Mathilde de Montfort, fille de Guillaume II de Montfort[4] ;
  • Marguerite, qui épousa Hervé Ier, seigneur de Léon ;
  • Alix ;
  • Constance, qui épousa Eudon de Pontchâteau.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plusieurs théories, souvent contredites par la réalité historique, ont été émises quant à l’identité du fondateur de la Maison de Tournemine. Anatole de Barthélemy en cite quelques-unes : (1) il s’agirait d’un certain Edouard Tournemine, neveu du Roi d’Angleterre, venu aidé Pierre Mauclerc contre le Roi de France et qui aurait épousé la sœur cadette de Pierre, Constance ; (2) Edouard Tournemine, un capitaine anglais, aurait été envoyé en Bretagne par Henri II d’Angleterre pour aider Conan IV dans sa lutte contre son beau-père Eudon, et le duc reconnaissant lui aurait donné des terres et la main de sa sœur Constance ; (3) Le premier sire de Tournemine aurait épousé la sœur cadette de Guy de Thouars, troisième époux de Constance de Bretagne ; (4) Guillaume FitzEmperesse, frère cadet d’Henri II, aurait épousé Constance, sœur de Conan IV

Références[modifier | modifier le code]

  1. Roujoux, Prudence Guillaume. Histoire des rois et des ducs de Bretagne, Volume 2 (1828), p. 426-429.
  2. Capefigue, Jean-Baptiste Honoré Raymond. Histoire de Philippe-Auguste, Volume 2, p. 366.
  3. Anatole de Barthélemy, Généalogies historiques. IV. Maison de Tournemine, dans Revue nobiliaire, héraldique et biographique, publiée par M. Bonneterre de St-Denis, 1872, Paris, pp. 1-10.
  4. Josselin était peut-être le fils d'Alain et de sa seconde épouse Françoise.