Constance de Moncade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Constance de Moncade
Titres de noblesse
Vicomtesse de Marsan
-
Prédécesseur
Successeur
Comtesse de Bigorre
-
Prédécesseur
Comtesse titulaire de Bigorre
-
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
Mère
Fratrie
Marguerite de Béarn
Mathe de Montcade (d)
Guillelma de Montcade (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Blason du Béarn.svg
D'or aux deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d'azur, passant l'une sur l'autre

Constance de Moncade, née vers 1245 et morte en 1310, fille de Gaston VII de Moncade, vicomte de Béarn, et de Mathe de Matha, vicomtesse de Marsan, fut vicomtesse de Marsan de 1272 jusqu'à sa mort en 1310.

Famille[modifier | modifier le code]

Constance de Moncade, née vers 1245, est la fille ainée de Gaston VII de Moncade, vicomte de Béarn[1] et de son épouse Mathe de Matha, vicomtesse de Marsan.

Mariages[modifier | modifier le code]

Constance de Moncade épouse en premières noces le Alphonse d'Aragon († ), fils de Jacques Ier le conquérant, roi d'Aragon, et d'Eléonore de Castille[2], qui meurt trois jours après le mariage.

Après de nouvelles négociations de mariage avec le futur roi Henri Ier de Navarre, elle se remarie en secondes noces le avec Henry de Cornouailles (1235 † 1271), fils de Richard de Cornouailles, comte de Cornouailles puis roi des romains, et d'Isabelle Maréchal[2]. Il est assassiné à Viterbe deux ans plus tard.

Le roi d'Angleterre Édouard Ier intervient dans une lettre adressée à Constance de Moncade en l'engageant à épouser son « cousin », le comte Aymon II de Genève, comte de Genève[3]. Le mariage en troisièmes noces est contracté à Paris, le [4],[2]. Les deux époux se marient au mois de septembre[2],[5]. Le comte de Genève apporte à sa femme « la moitié de ses terres, et [lui assignant] en garantie ses châteaux et mandements d'Annecy, de La Roche, d'Alby et de la Balme », au cas où il meurt avant elle[4]. Le comte Aymon se rend auprès de sa femme à Marsan où il reste, semble-t-il, jusqu'à sa mort, dès le 18 novembre 1280, sans avoir eu d'enfant[5].

Constance de Moncade n’eut aucun enfant de ses trois mariages.

Disputes sur la succession de Bigorre[modifier | modifier le code]

Le testament de sa grand-mère maternelle Pétronille de Bigorre († 1251), comtesse de Bigorre et vicomtesse de Marsan, précisait que la Bigorre revenait à sa fille ainée Alix de Montfort, tandis que le pays de Marsan revenait à sa fille cadette Mathe de Matha. Alix meurt en 1255, laissant la Bigorre à son fils Eschivat IV de Chabanais, et Mathe meurt vers 1272, laissant le pays de Marsan à Constance de Moncade. Gaston VII de Béarn soutient Eschivat à conserver son comté face aux ambitions de Simon V de Montfort, mais conteste le testament de Pétronille à la mort d’Eschivat sans postérité en 1283, et dispute la Bigorre, qu’il revendique au nom de Constance, à Laure de Chabanais, la sœur d’Eschivat.

Mais le roi Édouard Ier d’Angleterre n’accepte pas cette union entre le Béarn et la Bigorre, qui rendrait Gaston VII trop puissant à son gout, et fait occuper le comté de Bigorre en 1284 par son lieutenant Jean Ier de Grailly, obligeant Gaston à rappeler ses troupes. Il prend possession de tous les châteaux du comté en 1284[6]. Constance de Moncade en appelle à Philippe IV le Bel, roi de France, qui ordonne la saisie du comté, se basant sur un acte du comte Bernard II de Bigorre, qu’il interprète comme une donation.

Vicomté de Marsan[modifier | modifier le code]

Constance de Moncade adresse également son mécontentement au duc d'Aquitaine face aux agissements de ses représentants dans sa vicomté de Marsan, notamment « les difficultés que lui créent les officiers royaux pour tenir sa cour des Sehrs »[1]. En 1289, Édouard Ier intervient pour que la cour puisse se tenir librement[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Hélène Débax, Vicomtes et vicomtés dans l'Occident médiéval, Presses universitaires du Mirail, coll. « Tempus (Médiévale) », , 337 p. (ISBN 978-2-85816-942-9, lire en ligne), p. 118-120
  2. a, b, c et d Pierre Duparc, Le comté de Genève, (IXe-XVe siècles), t. XXXIX, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, coll. « Mémoires et documents » (réimpr. 1978) (1re éd. 1955), 621 p. (lire en ligne), p. 190-191
  3. Lettre non-datée publiée dans le Régeste genevois (1866) (REG 0/0/1/1162)
  4. a et b Contrat du publié dans le Régeste genevois (1866) (REG 0/0/1/1163).
  5. a et b Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 271.
  6. Prise de châteaux forts en Bigorre au nom du roi d'Angleterre (1284), p. 10-11, Bulletin de la Société académique des Hautes-Pyrénées, année 1951