Constance Cumbey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Constance Cumbey née le 29 février 1944 est une avocate, militante et écrivaine chrétienne évangélique des États-Unis. Elle fut l'une des premières à traiter du New Age d'un point de vue chrétien dans son livre The Hidden Dangers of the Rainbow: The New Age Movement and Our Coming Age of Barbarism (1983), mais perdit rapidement toute crédibilité académique en défendant des théories du complot liant le mouvement New age au nazisme.

Théories et réception[modifier | modifier le code]

Constance Cumbey critique violemment toutes les religions autres que le chistianisme et le judaïsme et ceux qui y trouvent un intérêt[1]

Dans l'un des premiers livres écrits sur le thème du New Age d'un point de vue chrétien, elle accuse entre autre le New Age d'avoir infiltré aussi bien le christianisme que le judaisme et d'être la motivation de l'œcuménisme.

Elle dénonce ce qu'elle juge être du satanisme, s'appuyant sur la fondation en 1922 de la Lucifer Publishing Company par Alice Bailey pour publier ses écrits et ceux de Blavatsky. Dans les thèses de la Théosophie, Lucifer n'est pas diabolisé, il est vu comme le « porteur de lumière », pas comme l'ange déchu dont l'étoile du matin devait revenir à Jésus-Christ[2], seul porteur de la lumière agréée par Dieu pour l'Homme, après la chute de Satan.

Cette organisation s'appelle aujourd'hui la Lucis Trust, une Organisation non gouvernementale internationale accréditée par les Nations unies[3]. Constance Cumbey pointe du doigt l'influence de la Lucis Trust, qui tire son nom de Lucifer, une Organisation non gouvernementale internationale accréditée par les Nations unies. Ainsi le courant fondamentaliste chrétien aux États-Unis accuse les ONG qui œuvrent dans les milieux du New Age de travailler en parallèle avec la Mondialisation pour construire un état totalitaire global[3].

Le spécialiste des nouveaux mouvements religieux James R. Lewis décrit son ouvrage comme contenant quelques rares critiques pertinentes mélées de nombreuses accusations irresponsables. Il souligne qu'elle fait simplement l'amalgame entre tout ce qui s'écarte peu ou prou d'une interprétation très stricte du christianisme.

Les critiques portent beaucoup sur le fait que, pour elle, le mouvement New Age s'identifie entièrement aux programmes hitlériens[4]

Son point de vue est que le mouvement New Age n'exprime pas simplement d'intérêt naïf pour la métaphysique, mais que c'est une conspiration organisée en vue de renverser les États-Unis et d'y mettre en place un régime de type nazi[5].

Livres[modifier | modifier le code]

  • The Hidden Dangers of the Rainbow: The New Age Movement and our Coming Age of Barbarism (1983), ISBN 091031103X
  • A Planned Deception: The Staging of a New Age Messiah (1986).
  • The New Age movement: Age of Aquarius, age of antichrist, Southwest Radio Church, 1992.
  • Is the antichrist in the world today?: An interview with Constance Cumbey, Southwest Radio Church (1982).

Liens et références externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • John Drane, What is the New Age Still Saying to the Church? (London: Marshall Pickering, 1999).
  • Douglas R. Groothuis, Unmasking the New Age (Downers Grove: InterVarsity Press, 1986).
  • Irving Hexham, Perspectives on the New Age, State University of New York Press,‎ 1992 (lire en ligne), « The Evangelical Response to the New Age », p. 152-163.
  • Elliot Miller, A Crash Course on the New Age Movement (Grand Rapids: Baker, 1989).
  • Bob and Gretchen Passantino, Witch Hunt (Nashville: Thomas Nelson, 1990).
  • John A. Saliba, Christian Responses to the New Age Movement: A Critical Assessment (London: Geoffrey Chapman, 1999).
  • SCP Staff, "The Final Threat: Cosmic Conspiracy and end times speculation, " in The New Age Rage, Karen Hoyt and J. Isamu Yamamoto, eds., (Old Tappan: Revell, 1987), pp. 185-201.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph Tamney, The Resilience of Christianity in the Modern World, Albany, State University of New York Press,‎ 1992 (ISBN 0-7914-0821-3, lire en ligne), p. 113
  2. Apocalypse 22.16
  3. a et b The Hidden Danger of the Rainbow, the New Age mouvement and the coming age of barbarism, Constance Cumbey 1983
  4. James R. Lewis, Magical Religion and Modern Witchcraft, Albany, State University of New York Press,‎ 1996 (ISBN 0-7914-2890-7), p. 344
  5. Robert Fuller, Naming the Antichrist, Oxford Oxfordshire, Oxford University Press,‎ 1996 (ISBN 0-19-510979-1, lire en ligne), p. 187–188