Le Consortium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Consortium (Dijon))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Consortium (homonymie).
Le Consortium
Consortium de Dijon.jpg
Informations générales
Ouverture
Surface
Zone d'exposition : 4 000 m2, bâtiment : 4 000 m2
Visiteurs par an

2017 : 14 938

2018 : 11 653
Site web
Collections
Collections
Plus de 300 œuvres d'une centaine d'artistes internationaux
Localisation
Pays
Commune
Adresse
37, rue de Longvic,
21000 Dijon
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bourgogne
voir sur la carte de Bourgogne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Dijon
voir sur la carte de Dijon
Red pog.svg

Le Consortium est un centre d'art contemporain basé à Dijon et réalisé par les architectes Shigeru Ban et Jean de Gastines. Depuis 2014, Le Consortium prend part au développement de l’Asia Culture Center à Gwangju (Corée du Sud), prenant en charge le design d’espaces, l’art public et d’autres projets comme l’ouverture d’un « culture store »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Consortium est le premier département géré par l'association Le Coin du Miroir, fondée en 1977, par Xavier Douroux et Franck Gautherot[2].

C'est, depuis 1982, le premier centre d'art contemporain conventionné par la délégation aux arts plastiques du ministère de la Culture[3].

Ses objectifs sont la production et l’exposition d’œuvres contemporaines, l’enrichissement du patrimoine public en ce domaine, la promotion, la diffusion et la formation à l’art comme à la pensée d’aujourd’hui. Le Consortium s’inscrit également dans une démarche de réflexion et d’expérimentation dans le domaine de l’ingénierie culturelle et l’administration d’actions culturelles et artistiques liés aux Arts Vivants.

Profondément lié au milieu associatif, le Consortium trouve son origine dans ces courants qui, durant les années 1970, se sont donné les moyens d’agir et ont installé, au cœur même du tissu urbain, des structures alternatives conçues comme des contre-pouvoirs et des lieux de parole indépendants. En 1977, Xavier Douroux et Franck Gautherot entre autres fondent l’association Le Coin du Miroir. Ils sont rejoints en 1983 par Eric Colliard (décédé en 1995), cette même année les associations Le Coin du Miroir, A la limite et Déjà Vu se regroupent en une même entité. Ensemble, ils développent une réflexion critique sur la place et le rôle de l’art. Leurs premières actions se sont réalisées avec les artistes les plus contestataires vis-à-vis du langage ou de la manière de faire de l’art, comme Buren, Mosset, Toroni, Rutault, Boltanski, Messager, Le Gac, Baldessari, Luthi…Installée à ses débuts dans 30 m2 au premier étage d’une librairie alternative, la structure déménage rue Saumaise dans un « appartement-galerie » puis en 1982 occupe finalement un ancien magasin de 600 m2 au centre ville et parallèlement à partir de 1991, une ancienne usine de 4 000 m2 située en proche périphérie. En 1996, Eric Troncy intègre le centre d’art en tant que codirecteur. Puis en 2000, Seungduk Kim rejoint l’équipe du Consortium en tant que commissaire associée et directrice de projets internationaux et de développement pour l’Asie. En 2008, le centre d’art investit une boutique au 16 rue Quentin, à l’entrée de l’espace d’exposition, destinée à la vente de livres et de multiples.

En 2014, Le Consortium s'associe au développement du nouveau Asia Culture Center de Gwangju (Corée du Sud) où il dirige l'équipe de design d'espace jusqu'à l'ouverture de ce lieu à l'automne 2015[1].

Anna Sanders Films[modifier | modifier le code]

Le Consortium participe à une société de production créée par les artistes Pierre Huyghe, Philippe Parreno, Charles de Meaux, et Dominique Gonzalez-Foerster.

Cette société, Anna Sanders Films, a obtenu deux prix au festival de Cannes avec Apichatpong Weerasethakul : le prix Un Certain Regard pour Blissfully Yours, en 2002, et le prix du jury, en 2004, pour le film Tropical Malady[4].

Les presses du réel[modifier | modifier le code]

Les Presses du réel est une maison d'édition autonome et indépendante du Consortium, créée en 1992 pour développer les publications sur l'art contemporain[5].

Le Mur Saint-Bon[modifier | modifier le code]

Le Mur Saint-Bon est un espace d'exposition situé au 8 rue Saint Bon à Paris. Fondé en 2016 par Xavier Douroux et Natacha Carron Vullierme, il permet à des artistes internationaux proches du Consortium de confronter leurs talents, chacun pendant 70 jours, sur un seul et même mur. À ce jour: Sarah Morris, Wade Guyton, Alex Israel, Mattias Faldbakken et Rachel Feinstein[6].


Les lieux du Consortium[modifier | modifier le code]

  • Un appartement de Dijon, qui fut le point de départ de l'association en 1977.
  • Le premier étage d’une librairie alternative Les Doigts dans la tête.
  • Un « appartement-galerie » de la rue Saumaise.
  • En 1982, en centre ville, un ancien magasin d'électroménager de 300 m2, situé 16 rue Quentin, au fond d'une cour. Le Consortium s'étend sur une surface de 600 m2 comprenant sept salles.

Le nouveau Consortium[modifier | modifier le code]

Le consortium de Dijon

Le centre d'art occupe progressivement, à partir de 1991, une ancienne usine de liqueur L'Heritier-Guyot, construite en 1943[7]. La conception est réalisée par l'architecte allemand Hostettler en collaboration avec Joly-Delvalat (1906-1990), professeur à l'Académie des Beaux-Arts de Dijon. L’architecture s’inspire du style international, avec une tendance post-Bauhaus, c’est-à-dire une construction lisse en béton sans ornementation, caractéristique du mouvement moderne où la rationalité et la fonctionnalité déterminent l’esthétique de l’architecture. Après une rénovation et une extension du bâtiment réalisée sous la conduite des architectes Shigeru Ban, et Jean de Gastines[8], l'espace de 4 000 m², dont 2 000 m² sont réservés aux expositions, est rouvert au public en juin 2011 et inauguré par le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, le [9]. Ce nouveau bâtiment est passé d’un “L” à un rectangle qui englobe une cour intérieure. Tout le rez-de-chaussée a été nivelé pour créer une planéité des circulations qui permet de retrouver une dimension plus humaine avec une cour intérieure, par rapport à la dimension industrielle originelle. Plusieurs gestes de l’architecte sont assez remarquables dans cette extension : tout d’abord la plate-forme élévatrice de 60 m2 située dans le hall en verre, qui permet de monter les œuvres et les personnes au 1er étage ; puis l’impressionnante salle d’une hauteur de 10,30 mètres, dont le mur courbe contourne une maison à l’extérieur du bâtiment ; enfin, surtout visible par beau temps, les portes à galandage qui s’ouvrent sur la cour de toute la hauteur et largeur de l'une des salles.

La Donation[modifier | modifier le code]

La collection du Consortium, riche de plus de 300 œuvres d’une centaine d’artistes internationaux – pour la plupart acquises au tout début de leurs carrières – fait récemment l’objet d’une donation à la ville de Dijon, inaugurant ainsi, par le biais du musée des Beaux-Arts, une relation privilégiée avec la collectivité dijonnaise dans sa volonté de développement du patrimoine contemporain. Déposée et conservée au Consortium, elle sera l’objet de présentations en constantes rotations, créant ainsi un véritable outil pédagogique en parallèle aux expositions temporaires

Les activités du Consortium[modifier | modifier le code]

— Le centre d’Art contemporain a organisé des expositions monographiques d’artistes internationaux ou de groupe dans les deux lieux: au Consortium 16 rue Quentin, et à L’Usine, 37 rue de Longvic (de Chris Burden à Rémy Zaugg, en passant par Yayoi Kusama, mais aussi les premières expositions en France et même en Europe d’artistes aujourd’hui reconnus tels que Pierre Huyghe, Philippe Parreno, Jorge Pardo, Maurizio Cattelan, Sylvie Fleury, Mark Leckey, Rachel Harrison, Charline Von Heyl…) Depuis 2011, l’espace rue Quentin est fermé et rouvrira après rénovation à la fin de l’année 2012.

— Le bureau de graphisme conçoit et réalise des catalogues, affiches et autres documents pour des institutions culturelles.

— Le Bureau d’Études et de Diffusion de l’Art Contemporain (Bedac) prend en charge l’organisation de diverses expositions extra-muros, par exemple : Pierre Huyghe au pavillon français de la Biennale de Venise en 2001, la Biennale d’Art Contemporain à Lyon en 2003, l’exposition Flower Power pour Lille Capitale Européenne en 2004, la Biennale d’Art Contemporain de Valencia en 2005, l’exposition collective Elastic Taboos à la Kunsthalle de Vienne en 2007, l’exposition de commandes publiques Anyang Public Art Project à Anyang en Corée du Sud, l’exposition collective The Alliance à Pékin et Seoul en 2008 ou encore l’exposition d’Olivier Mosset à Pékin, des expositions de Yayoi Kusama à Munich (Haus der Kunst), à Bruxelles (Wiels), à Paris (Parc de la Villette), à Sydney (MCA), des projets de commande dans l’espace public (Marseille-Provence 2013)…

— La collection de plus de 300 œuvres d’artistes internationaux qui ont d’ailleurs fait l’objet d’une exposition au Centre Georges-Pompidou en 1998 et qui fait régulièrement l’objet de prêt pour des expositions à de nombreuses institutions. Cette collection est en cours de donation au Musée des beaux-arts de Dijon

— Le département Art & Société : depuis 1991 Le Consortium est médiateur de la Fondation de France pour l’action Nouveaux commanditaires en Bourgogne. Soit, la possibilité pour des individus, des groupes en association, des entreprises en collectivités locales, de passer commande d’une œuvre d’art contemporain dans un contexte de proximité. Grâce à l’investissement de la Fondation aux côtés d’autres mécènes ou partenaires et par la mise à disposition du médiateur, cette initiative originale inscrit la création d’œuvres enrichissant le patrimoine de demain dans des contextes de développement local ou de tissage de liens sociaux. Près de 50 commandes ont déjà été réalisées, depuis des œuvres isolées, destinées à rejoindre les musées jusqu’à des ensembles sur le territoire bourguignon (Université, circuit des lavoirs du Châtillonnais), des peintures (Yan Pei Ming) comme des éclairages publics (Christian Boltanski), des bâtiments (Patrick Berger) jusqu’au centre d’interprétation du Canal de Bourgogne –Cap Canal– à Pouilly-en-Auxois (Shigeru Ban).

— Le département Nouvelles Scènes lié à la production et à la diffusion de spectacles vivants. Le Consortium poursuit une logique de croisements des arts en initiant une relation constante avec les scènes de la danse contemporaine, du théâtre de recherche ou des musiques actuelles. Le sous-sol de l’Usine, adapté à des formes de spectacles de jauge modeste, a accueilli depuis de nombreuses années tout ce que le pays – et au-delà de nos frontières– compte de chorégraphes, metteurs en scène, performers et musiciens explorateurs radicaux (Olivia Grandville, Odile Duboc, Boris Charmatz, Philippe Découflé, Jérôme Bel, Alain Buffard, Julie Nioche pour la danse, Raimund Hoghe, Stanislas Nordey, Valère Novarina, Forced Entertainment, Jean-Charles Massera, Kasper Toeplitz, Pierre Henry, Dominique A et Françoise Breut, Bob Moog, Balanescu Quartet, David Shea, Yann Tiersen, Les Little Rabbits… Depuis l’ouverture de sa nouvelle salle de spectacles qui peut contenir 350 personnes, Le Consortium coproduit des concerts avec les associations Why Note, Sabotage et accueille les festivals Ici L’onde, Novosonic, Kill your Pop, Humanist Records, Génériq, Labomatique… La gestion technique et administrative a été confiée à l’association Why Note.

Expositions[modifier | modifier le code]

Le Consortium organise d'importantes expositions de groupes ou monographiques (John Armleder, Sylvie Auvray, Daniel Buren, Pierre Huyghe, Sylvie Fleury, Donald Judd, On Kawara, Yayoi Kusama, Bertrand Lavier, Philippe Parreno, Xavier Veilhan, Rémy Zaugg...).

Reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Franck Gautherot, Xavier Douroux, Astrid Gagnard, Fabian Stech et all, Yan Pei-Ming, Exécution, Dijon, Les presses du réel, , 396 p. (ISBN 2840661616)

Liens externes[modifier | modifier le code]