Eau domestique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article principal : Utilisation de l'eau par secteur.

L'eau domestique désigne l'eau utilisée à des fins domestiques (au sens latin de domus : la maison), par opposition à l'eau industrielle et à l'eau agricole. Les usages de l'eau domestique sont principalement hygiéniques, alimentaires (boire et cuisiner) et agrémentiels (lavage de la voiture, arrosage du jardin, piscine). Une utilisation productive (production animale ou végétale) à petite échelle peut être également envisagée dans certains systèmes de référence[1]. Dans les pays industrialisés l'eau domestique consiste principalement en l'eau de distribution à usage résidentiel (de manière marginale l'eau d'une source ou d'un puits), voir aussi l'eau pluviale récoltée et consommée sur place. L'eau de distribution est la plupart du temps une eau potable. Dans les pays en voie de développement, l'eau domestique se définit en terme d'accès raisonnable à l'eau.

L'eau domestique est d'un intérêt crucial en ce qui concerne la santé publique tant dans les pays riches que dans les pays pauvres. L'accès aux services d'eau constitue une clé composante de l'Indicateur de pauvreté du PNUD[1].

La consommation d'eau douce domestique[2],[3] (autour de 10%) par rapport aux utilisations agricoles (A l'échelle globale, autour de 70 % de toute l’eau tirée des aquifères, des cours d’eau et des lacs[4]) et industrielles (autour de 20%) de l'eau est souvent proportionnellement et quantitativement faible. Mais elle peut se révéler proportionnellement plus importante pour certains pays qui ne dépendent pas de l'irrigation pour leur agriculture et/ou dont l'industrie est limitée ou peu consommatrice en eau: Ainsi la République centrafricaine (80%) ou la République démocratique du Congo (67%) ont proportionnellement une utilisation domestique importante, eut égare à des taux d'utilisation des secteurs agricoles (agriculture pluviale) et industriels faibles. La République démocratique du Congo a par ailleurs et de manière générale des prélèvements d'eau très bas[5].

Systématiquement ou de manière ponctuelle, la consommation domestique d'eau peut s'avérer problématique et monopoliser l'attention des autorités publiques[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Utilisation de l'eau, tacuinum sanitatis casanatensis XIVe siècle

Si dans le monde occidental, le simple fait de tirer une chasse d'eau est devenu quelque chose de commun, il n'en fut pas ainsi de tous temps. Il fallait, et dans certaines parties du monde, il le faut toujours, se déplacer, aller au puits ou à la rivière pour prélever de l'eau, aller au lavoir public pour laver son linge. Le porteur d’eau, profession disparue avec la révolution industrielle, amenait l'eau à domicile[7]. Ce n'est que début XIXe siècle que les villes s'équipent de réseaux de distribution d'eau.

Utilisations domestiques de l'eau[modifier | modifier le code]

Dans les pays industrialisés[modifier | modifier le code]

Dans les pays industrialisé, pour la plupart des logements et habitations, mais aussi de nombreux services publics accueillant des usagers (écoles, hôpitaux, etc.) l'usage domestique de l'eau s'appuie sur un réseau d'alimentation en eau potable et des installations d'évacuation des eaux usées entretenus par des organismes étatiques, semi-étatiques ou privés. Une habitation met en œuvre un éventail d'accessoires connectés à usage hygiénique (toilette, douche, baignoire, lavabo), de nettoyage (évier, machine à laver, lave-vaisselle), de traitement des eaux usées (fosses septiquesetc.). Ces usages sont intérieurs mais d'autres extérieurs permettent l'arrosage du jardin l’alimentation d'une fontaine ou d'une piscine, le lavage d'une automobile. L’eau potable peut également être utilisée pour des usages non domestiques, comme l’alimentation des bornes incendie. Une baisse de la consommation d'eau domestique est généralement liée à des innovations technologiques limitant la consommation d’eau dans les habitats (lave-linge, lave-vaisselle, pommeaux de douche économes, toilettes à faible débit d'eauetc.).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Eaux domestiques en Belgique[modifier | modifier le code]

Les prélèvement d'eau douce en Belgique, à destination domestique tournent autour de 10% des prélèvement totaux (OCDE 2012)[8].

Un Belge (Wallon) consomme à peu près 34 m3/an en utilisation domestique. Toutes activités confondues (agriculture, industries, ménages en 2012), 44 m3 sont consommés par personne en eau de distribution en Belgique, ce qui place la Belgique parmi les plus petits consommateurs d'Europe (Compter 72 m3 de moyenne européenne). On en déduit que 77% de l'eau de distribution en Wallonie va à un usage domestique[9]. Le prix élevé de l'eau 4,53 Euro/m3[10] est inversement proportionnel à cette performance.

La répartition selon les usages est la suivante[11] :

Usage Pourcentage
Bains et douches 35 %
Toilettes 35 %
Lessive 14 %
Vaisselle 7 %
Boire, cuisiner 2,5 %
Divers (nettoyage, jardin) 6,5 %

Eaux domestiques aux États-Unis et au Canada[modifier | modifier le code]

Utilisation domestique résidentielle de l'eau aux États-Unis par poste[12]
Toilettes: 24%Douche: 20%Robinet: 19%Lessive: 17%Fuite: 12%Autre: 4%Bain: 3%Lave vaisselle: 1%Circle frame.svg
  •   Toilettes: 24%
  •   Douche: 20%
  •   Robinet: 19%
  •   Lessive: 17%
  •   Fuite: 12%
  •   Autre: 4%
  •   Bain: 3%
  •   Lave vaisselle: 1%

Les prélèvement d'eau douce aux États-Unis, à destination domestique tournent autour de 12,5% des prélèvement totaux (OCDE 2012)[8]

Par ailleurs l'utilisation résidentielle de l'eau aux États-Unis et au Canada compte pour 57% des utilisation de l'eau de distribution. Les usages non-résidentiels de l'eau de distribution qui comprennent les sous-secteurs industriels, commerciaux et institutionnels comptent pour 29% de utilisation totale.

En 2015, aux États-Unis, la majorité des personnes utilisaient l’eau fournie par des fournisseurs publics. Les livraisons intérieures effectuées par les fournisseurs publics en eau ont totalisé 23 300 Mgal/j (32 milliards de m3/an) à destination de 283 millions de personnes vivant dans des logements unifamiliaux et multifamiliaux. Les retraits auto-fournis à usage domestique ont été estimés à 3 260 Mgal/j, soit environ 1% du total des retraits pour tous les usages, fournissant environ 42,5 millions de personnes. Presque tous ces prélèvements auto-fournis (98%), provenaient de sources d'eau souterraine fraîches[13]

La consommation d'eau domestique par habitant varie beaucoup d'un État à l'autre. Le Maine utilise seulement 54 US gallons (204 L) par personne et par jour, tandis que le Nevada utilise plus de 190 gallons (719 litres) par personne et par jour. Selon les données de l'Institut d'études géologiques des États-Unis de 2005, tous les États de l'Ouest américain, à l'exception de l'Alaska, utilisent plus de 100 gallons (378 litres) d'eau par personne et par jour. Une partie de cet écart dans l’utilisation de l’eau peut être expliquée par les différences climatiques. En moyenne un Américain consomme 98 gallons (370 litres) d'eau par personne et par jour (soit 135 m3/an)[14].

Selon l'Institut d'études géologiques des États-Unis, les utilisations domestiques résidentielles de l'eau comprennent les utilisations intérieures et extérieures de l'eau dans les résidences, maisons et immeubles d'appartements, pour des usages comme boisson, préparation des aliments, bain, lessive et lavage de la vaisselle, chasse d'eau, arrosage des pelouses et jardins et entretien des piscines. La consommation d'eau domestique inclut l'eau potable et l'eau non potable fournie aux ménages par société publique de production et de distribution d'eau (livraisons domestiques) ou une utilisation d'eau auto-alimentée. L'utilisation d'eau domestique auto-alimentée considère une eau retirée d'une source privée, telle qu'un puits, ou capturée sous forme d'eau pluviale stockée dans une citerne ou réservoir à eau de pluie[13].

Canada 

Eaux domestiques en France[modifier | modifier le code]

Consommation d'eau en France (CIEau 2001[6])
Sanitaires: 20%Bains/Douches: 39%Domestique divers: 6%Lessive: 12%Vaisselle: 10%Préparation nourriture: 6%Lavage voiture/arrosage: 6%Eau de boisson: 1%Circle frame.svg
  •   Sanitaires: 20%
  •   Bains/Douches: 39%
  •   Domestique divers: 6%
  •   Lessive: 12%
  •   Vaisselle: 10%
  •   Préparation nourriture: 6%
  •   Lavage voiture/arrosage: 6%
  •   Eau de boisson: 1%

Les prélèvement d'eau douce en France, à destination domestique tournent autour de 19% des prélèvement totaux (OCDE 2012)[8].
La consommation moyenne d'eau d'un ménage est d'environ 40 m3/an/personne.

En 2013, l'eau potable a d'abord été prélevée dans les eaux souterraines (3,6 milliards de m3/an) et ensuite dans les eaux de surface (1,7 milliard de m3/an). Le total, (5,3 milliards de m3/an), constitue 16 % des volumes d'eau douce prélevés (33 milliards de m3/an) et 3 % des ressources en eau douce internes de la France[15],[16].

L'eau domestique est définie en France par l'article R214-5 du Code de l'environnement[17] :

« Constituent un usage domestique de l'eau, les prélèvements et les rejets destinés exclusivement à la satisfaction des besoins des personnes physiques propriétaires ou locataires des installations et de ceux des personnes résidant habituellement sous leur toit, dans les limites des quantités d'eau nécessaires à l'alimentation humaine, aux soins d'hygiène, au lavage et aux productions végétales ou animales réservées à la consommation familiale de ces personnes[17].

En tout état de cause, est assimilé à un usage domestique de l'eau tout prélèvement inférieur ou égal à 1 000 m3 d'eau par an, qu'il soit effectué par une personne physique ou une personne morale et qu'il le soit au moyen d'une seule installation ou de plusieurs, ainsi que tout rejet d'eaux usées domestiques dont la charge brute de pollution organique est inférieure ou égale à 1,2 kg de DBO5 (Demande Biochimique en Oxygène à 5 jours)[17]. »

Le code de la construction et de l'habitation[18] détermine les équipements et pièces particulières que doit comporter tout lieu d'habitation : installation d'alimentation en eau potable, installation d'évacuation des eaux usées, pour toilette, douche, baignoire, lavabo, évier, fosses septiquesetc.

L'arrêté du relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments encadre l'utilisation domestique de l'eau de pluie[19].

Eaux domestiques au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Les prélèvement d'eau douce au Royaume-Uni, à destination domestique tournent autour de 48 % des prélèvement totaux (OCDE 2012)[8]

Le Royaume-Uni est donc un gros consommateur d'eau domestique. La plupart des utilisateurs britanniques ne sont pas facturés sur une base volumétrique et n'ont aucune incitation financière pour la conservation de l'eau. Depuis les années 1990, des efforts ont été déployés pour accroître la part du comptage des ménages, qui a atteint 33 % en 2008. En 2013, deux tiers des foyers au Royaume-Uni ne sont pas pris en compte pour la consommation d’eau, bien que l’Agence pour l’environnement britannique souhaite que tous les foyers soient équipés d’ici à 2030[20].

Eaux domestiques selon l'OMS[modifier | modifier le code]

Article connexe : Accès à l'eau potable.

L'Organisation mondiale de la santé définit l'eau domestique comme étant « l'eau utilisée pour tous les usages domestiques habituels, y compris la consommation alimentaire, le bain et la préparation des aliments » (OMS, 1993; 2002)[1].

L'eau domestique peut se répartir en :

  • Consommation (boire et cuisiner) ;
  • Hygiène (y compris les besoins de base pour la propreté personnelle et domestique) ;
  • Agrément (par exemple lavage de voiture, arrosage de la pelouse).

En mettant à jour l'étude Drawers of Water, Thompson et al. (2001) suggèrent qu'une quatrième catégorie peut être incluse particulièrement pertinente pour les ménages pauvres dans les pays en développement: l'utilisation productive de l'eau qui comprend des utilisations telles que le brassage, l'abreuvage des animaux, la construction et l'horticulture à petites échelles. Les deux premières catégories « consommation » et « hygiène », ont des conséquences directes sur la santé, en ce qui concerne les besoins physiologiques et le contrôle de diverses maladies infectieuses et non infectieuses liées à l'eau. La troisième catégorie: « agrément » peut ne pas affecter directement la santé dans de nombreuses circonstances. L'eau productive peut être critique pour les citadins pauvres dans le maintien des moyens de subsistance et l'évitement de la pauvreté et a donc une influence indirecte considérable sur la santé humaine[1].

Pompe à bras rurale moderne, Liberia.

En 2000, on estimait qu'un sixième de l'humanité (1,1 milliard de personnes) n'avait pas accès à toute forme d'approvisionnement en eau améliorée à moins d'un kilomètre de son domicile (OMS et UNICEF, 2000). Le manque d'accès à des sources d'approvisionnement en eau sûre contribue à la pauvreté persistante à la fois par le coût économique d'une mauvaise santé et d'autre part par la part importante des dépenses des ménages en vue de l'approvisionnement en eau (résultant de la nécessité d'acheter l'eau et/ou le temps et l'énergie dépensés dans la collecte de l'eau). L'accès aux services d'eau constitue une clé composante de l'Indicateur de pauvreté du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD, 1999)[1]. Le programme de suivi conjoint OMS/UNICEF décrit l'accès raisonnable à l'eau comme étant « la disponibilité d'au moins 20 litres par jour provenant d'une source située à moins d'un kilomètre des utilisateurs » (OMS et UNICEF, 2000).

Les maladies diarrhéiques attribuées à la mauvaise qualité de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène représentent 1,73 million de décès chaque année et contribuent à plus de 54 millions d'années DALI (Disability Adjusted Life Years), un total équivalent à 3,7 % de la charge mondiale de maladie (OMS, 2002). Cela place les maladies diarrhéiques dues à l'insalubrité de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène au sixième rang des maladies à l'échelle mondiale, un fardeau sanitaire largement évitable (OMS, 2002)[1].

Autres pays[modifier | modifier le code]

La consommation d'eau domestique est très variable selon les pays :

Pays Consommation d'eau domestique
(litres par jour et par habitant)
États-Unis 360
France 157
Pays-Bas 128
Belgique 120
Bulgarie 116
Inde 25
Certains pays africains < 25

En France, la consommation d'eau domestique est d'environ 120 m3 par ménage et par an, et de 55 m3 par personne et par an, soit environ 157 litres par personne et par jour. La consommation est variable selon les régions et selon que l'on est en zone urbaine ou rurale[21].

Qualités des eaux[modifier | modifier le code]

Eau douce[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Eau douce.

Eau potable / Eau de distribution[modifier | modifier le code]

En France, en 2013, 4,3 milliards de m3 ont été prélevé des eaux souterraines et des eaux de surface à des fins de production d'eau potable. 3,6 milliards de m3 venaient des eaux souterraines, 1,7 milliards de m3 venaient des eaux de surface (Onema 2016)[16]. Les prélèvements à usage domestique se font plus volontiers dans les eaux souterraines, qui présentent l’avantage d’être relativement protégées par les couches de sol et sous-sol et sont moins vulnérables aux pollutions et donc nécessitent moins de traitements pour la fabrication d’eau potable que la plupart des eaux de surface[22].

Les aquifères littoraux sont le lieu de contact entre eau salée d’origine marine, qui envahit plus ou moins les formations géologiques côtières, et eau douce de densité moindre que l’eau salée « flottant » sur celle-ci. L’intrusion d’eau salée prend la forme d’un biseau plongeant vers l’intérieur des terres appelé « biseau salé » qui constitue une interface entre l’eau salée et l’eau douce. Cette interface va évoluer au cours du temps en fonction de la recharge par les précipitations, de l’exploitation de l’aquifère et du niveau de la mer. De graves intrusions d'eau salée ou d'eau saumâtre dans les aquifères littoraux peuvent compromettre l’approvisionnement en eau douce à partir de cette source[23].

Eaux pluviales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Eau pluviale.

Eau de mer[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Eau de mer.

À Hong-Kong, l'eau de mer est disponible pour les chasses d'eau dans les zones métropolitaines et la plupart des nouvelles villes, couvrant environ 80% de la population. Le département d'approvisionnement en eau de Hong-Kong prévoit une extension de l'utilisation de l'eau de mer pour les chasses d'eau lorsque cela est économiquement justifié. Des travaux préparatoires sont en cours pour l'approvisionnement à Hong Kong Disneyland, Pok Fu Lam (en), Tuen Mun East (en), Yuen Long et Tin Shui Wai. En 1955, l’eau de mer a été utilisée pour la première fois dans un projet pilote. Expérience suivie par l'installation de systèmes de rinçage à l'eau de mer dans toutes les nouvelles maisons et dans certains districts à partir de 1957[24].

Étant donné son coût de production important, la principale application du dessalement de l'eau consiste en la fourniture d'eau potable essentiellement dans les pays ne disposant pas sufisament d'eau potable mais assez d'énergie peu couteuse pour en produire (pays du Golfe Persique par exemple, le Koweït particulièrement). Les techniques de dessalement les plus courantes sont la distillation thermique, pour le traitement de grands volumes d'eau (plus de 55 000 m3/jour), la technologie des membranes, l'électrodialyse inverse et l'osmose inverse[25].

Eaux usées domestiques[modifier | modifier le code]

Article principal : Eaux usées.

Les eaux usées domestiques qui consistent principalement en eaux grises (ou eaux ménagères) et eaux-vannes (ou eaux noires) doivent être gérées de manière à protéger la santé publique, la qualité de l’eau, les loisirs, la pêche et la faune, ainsi que l’attrait esthétique des cours d’eau. Les eaux usées domestiques sont traitées soit par des systèmes de traitement et d’élimination des eaux usées sur place (assainissement non collectif: fosses septiques, micro-station d'épuration, filtre compact, phytoépuration), soit par des installations de traitement des eaux usées domestiques (municipales) centralisées (station d'épuration)[26].

L'eau des précipitations récolée par les toits (eau pluviale et eau de ruissellement) est incluses dans les eaux usées dans un réseau unitaire d'assainissement. Dans un réseau séparatif, elle est traitée séparément.

La chaleur des eaux grises peut être récupérée par un récupérateur de chaleur eau grise

L'assainissement centralisé prend en charge également les eaux usées industrielles et les eaux usées agricoles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en)Guy Howard. Domestic Water Quantity, Service Level and Health sur le site de l'Organisation mondiale de la santé
  2. Daouda Diakité et Alban Thomas. La demande domestique d’eau potable : une étude sur un panel de communes ivoiriennes. Un article de la revue L'Actualité économique. Volume 87, no 3, Septembre 2011, p. 269–299, Lire en ligne
  3. Water withdrawal by sector, around 2010, Prélèvements d'eau par secteur, vers 2010, Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture
  4. L’état des ressources en terres et en eau pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde. Gérer les systèmes en danger sur le site fao.org
  5. Programme des Nations unies pour l'environnement. Problématique de l’Eau en République Démocratique du Congo Défis et Opportunités. 2011. sur postconflict.unep.ch
  6. a et b [PDF] Les usages domestiques de l'eau, sur fp2e.org, 29 avril 2009
  7. Consommations domestiques sur le site du CNRS
  8. a b c et d (en) OECD Publishing, 21 avr. 2005 - 324 pages OECD Environmental Data: Compendium 2004. lire en ligne
  9. La consommation d'eau. Le wallon est un faible consommateur d'eau aquawal.be
  10. (en)Report on the governance of water services in Europe eureau.org 21 mars 2018
  11. WWF. Vivons l’eau ! Guide pratique pour une utilisation rationnelle de l’eau p. 12
  12. Residential End Uses of Water,Version 2. Site de la Water Research Foundation
  13. a et b (en) Domestic Water Use, sur le site de l'Institut d'études géologiques des États-Unis
  14. (en) Hans Poschman, CSG-WEST Policy Analyst, Water Usage in the West, sur csgwest.org
  15. L'eau en France : une ressource globalement excédentaire sur cnrs.fr
  16. a et b Ministère de la Transition écologique et solidaire Les prélèvements d’eau par usage et par ressource sur statistiques.developpement-durable.gouv.fr
  17. a b et c Article R214-5 du Code de l'environnement, sur legifrance.gouv.fr
  18. code de la construction et de l'habitation (Article R*111-3), sur legifrance.gouv.fr
  19. Arrêté du 21 août 2008 relatif à la récupération des eaux de pluie et à leur usage à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments, sur legifrance.gouv.fr
  20. Thomas Boyle, Damien Giurco, Pierre Mukheibir, Ariane Liu, Candice Moy , Stuart White and Rodney Stewart. Intelligent Metering for Urban Water: A Review lire en ligne 2013
  21. [PDF] Marielle Montginoul, La consommation d’eau des ménages en France : état des lieux, sur le site eaufrance.fr, 10 juin 2002, UMR Gestion
  22. Les prélèvements en eau par usage et par département sur observatoire-des-territoires.gouv.fr
  23. Quels outils pour caractériser l’intrusion saline et l’impact potentiel du niveau marin sur les aquifères littoraux ? sur le site de l'onema
  24. Total Water Management. Water Supply Department. Lu le 29 aout 2018. Lire en ligne
  25. Comité de l’agriculture. Dix-neuvième session. Rome, 13 - 16 avril 2005. Dessalement de l'eau à des fins agricoles., sur fao.org, consulté le 29 août 2018
  26. (en)Domestic Wastewater Program sur floridadep.gov, le site du Florida Department of Environmental Protection

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]