Conservatoire russe de Paris Serge-Rachmaninoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Conservatoire Russe de Paris Serge-Rachmaninoff, ou Conservatoire Rachmaninoff, est une école de musique classique située à Paris.

Son enseignement est dispensé en français et en russe.

Les cours individuels d'instruments et de chant concernent les instruments classiques mais également la clarinette Tzigane, la balalaïka, et la guitare russe. Les cours collectifs, eux, concernent la théorie musicale, la composition, l'analyse, l'histoire de la musique, mais également la danse.

Il siège au n°26 avenue de New-York (16e arrondissement de Paris).

Contexte[modifier | modifier le code]

La musique russe[modifier | modifier le code]

La culture musicale est venue à la Russie depuis l'Europe, mais a peu à peu commencé à vivre sa propre vie. Les théoriciens Alexandre Serov et Vladimir Stassov ont identifié les premiers[réf. nécessaire] cette identité musicale russe. Cette culture musicale atteint un sommet lors de la création de Groupe des Cinq au XIXe siècle. Le critique musical russe moderne Viktor Korchikov (le fils de l'épouse de Vitaliy Peskov) a résumé[1] :

« Sans l'opéra Le Convive de pierre, on ne peut pas imaginer le développement de la culture musicale russe. Ce sont trois opéras, Ivan Soussanine, Rouslan et Ludmila et 'Le Convive de pierre qui ont engendré Moussorgski, Rimski-Korsakov et Borodine. Ivan Soussanine est un opéra où le personnage principal est le peuple, Ruslan est l'intrigue mythique et profondément russe, et Le Convive de pierre, dans lequel le drame domine la douceur de la beauté du son. »

Ces traditions de la musique russe, fondées sur la musique classique européenne, ont commencé à construire les musiciens des générations suivantes.

La diaspora russe[modifier | modifier le code]

La révolution russe de 1917 a repoussé à l'extérieur du pays un nombre considérable de citoyens, en premier lieu au sein de l'intelligentsia russe. Les personnes qui ont été contraintes de s'exiler en raison des troubles révolutionnaires, avaient souvent reçu une haute éducation et étaient souvent des philosophes, écrivains, musiciens...

Comme la France était considérée à l'époque comme la capitale culturelle du monde, de nombreux émigrants russes sont venus à Paris. Et Paris les a retenus !

La Diaspora russe en France a eu une grande influence sur l'ensemble de la culture française et s'est mélangée avec elle.

Le ballet russe a été un énorme succès, les troupes russes de l'opéra ont fait sensation, avec notamment Maria Nikolaïevna Kouznetsova, Alekseï Tsereteli...

Cette culture musicale est devenue une partie de l'ensemble de la culture mondiale, et les musiciens russes en France ont voulu la préserver. Ainsi est née l'idée de la création du Conservatoire Russe.

Historique[modifier | modifier le code]

La création du conservatoire s'effectue de 1923 à 1931. Elle est menée par d'anciens professeurs des Conservatoires impériaux de Russie, dont Chaliapine, Glazounov, Gretchaninov et Rachmaninoff (ce dernier est premier président d'honneur de l'établissement), ou le prince Wolkonsky.

En 1931, peu après sa création, la Société Musicale Russe en France prend en charge la gestion du conservatoire Rachmaninoff. Son propos est de poursuivre le travail de la Société impériale russe de musique dans la même direction que celle-ci.

Serge Wolkonsky a été invité comme le premier directeur du Conservatoire. Ensuite, les administrateurs ont été élus en alternance Nicolas Tcherepnine, le compositeur Pavel Kovalev, le compositeur Arkadj Ougritchitch-Trebinsky, Vladimir Pol[2], etc.

Parmi les premiers enseignants: les musiciens russes Fédor Chaliapine, Nicolas Tcherepnine, Eugène Gounst, Nicolas Kedroff (senior), sa femme Sofia Gladkaya (les parents de Lila Kedrova), Nikolaï Medtner, Alexandra Iacovleva (la sœur d’Alexandre Iacovleff), Yelena Terian-Korganova, Varvara Strakhova, Nicolas Zverev, Serge Lifar, Yuliy Konus, Marya Slavina etc.[3]

Depuis 1932, des concerts ont été donnés au conservatoire par de prestigieux musiciens tels que Vladimir Horowitz, Nathan Milstein, Gregor Piatigorsky, ou encore Alexander Borovsky[4].

Présidée par le Comte Pierre Cheremetieff, la Société Musicale Russe en France est reconnue d'utilité publique en 1983. Elle ne reçoit aucune subvention de la Ville de Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) Victor Korchikov, Хотите, я научу вас любить оперу. О музыке и не только (Si vous le voulez, je vais vous apprendre à aimer l'opéra. À propos de la musique, et pas seulement), éditions ЯТЬ, Moscou, 2007
  2. E. Sedova. La musique russe de la culture… // Седова Е. Е. Русская музыкальная культура как фактор национального воспитания в Российском Зарубежье
  3. ru: Париж. Русская консерватория имени Сергея Рахманинова (Paris. Conservatoire russe de Paris Serge-Rachmaninoff)
  4. Piano ma non solo, Jean-Pierre Thiollet, Anagramme éditions, 2012, p. 147.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]