Conseil national sahraoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conseil national sahraoui
المجلس الوطني الصحراوي
Type
Type Parlement monocaméral
Présidence
Président Khatri Addouh, Front Polisario
Élection 2010
Structure
Membres 53 membres
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques
Élection
Système électoral Scrutin uninominal majoritaire à un tour
Dernière élection 19 et 20 février 2012

Tifariti

Le Conseil national sahraoui (CNS, ou encore Conseil national) est la législature du gouvernement en exil de la République arabe sahraouie démocratique. Sa structure et ses compétences sont issues de la Constitution de la République arabe sahraouie démocratique. Son porte-parole est, en 2010, Khatri Addouh.

Le Conseil fut créé, à l'origine, par les membres du Front Polisario et les Sahraouis notables en novembre 1975 en tant que Conseil national provisoire après la proclamation de Gueltat Zemmour. Le 27 février 1976, le chef du Polisario El-Ouali Moustapha Sayed annonça que le Conseil avait proclamé la République arabe sahraouie démocratique dont il devint le premier Parlement. Lors du IIIe Congrès général populaire du Polisario (26–30 août 1976), un nouveau Conseil fut établi et nommé Conseil national sahraoui.

Composition[modifier | modifier le code]

Il compte 53 sièges, élu au Congrès général populaire par des délégués des camps de réfugiés de Tindouf en Algérie, ainsi que par des représentants du Front Polisario et les organisations populaires (UJSARIO, UNMS et UGTSARIO). Lors des dernières élections, 35 % des parlementaires étaient des femmes. Il se réunit généralement dans la zone libre du Sahara occidental, et, occasionnellement, à Tindouf.

Présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents du Conseil national sahraoui[1] :

Réformes[modifier | modifier le code]

Parmi les réformes adoptées par le CNS se trouve l'abolition de la peine de mort[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]