Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maison Gobineau, siège du CIVB.

Le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) a été créé par la loi du et modifié par le décret 2006-1731 du . Ses activités s'inscrivent dans le cadre communautaire (règlement CE1234/2007 portant organisation du marché vitivinicole).

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le rôle du CIVB est d'établir un contact permanent entre viticulteurs et négociants en vue de faciliter le règlement de questions communes. Il peut aussi par le biais d'accords interprofessionnels étendus par les pouvoirs publics, décider de disciplines collectives applicables à la filière. Outre une mission d'intérêt général (défense des terroirs, lutte contre la contrefaçon, promotion de l'œnotourisme, adaptation à l'environnement concurrentiel...), le CIVB a 3 missions essentielles :

• Procéder aux études nécessaires à l’orientation, la régulation et l’organisation du marché des vins de Bordeaux

• Développer, par la promotion, la demande en vins de Bordeaux

• Contrôler la qualité des vins de Bordeaux au stade de la commercialisation et soutenir des recherches en vue d'adapter le vignoble et améliorer la qualité des vins.

Organisation[modifier | modifier le code]

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Le CIVB est une interprofession représentant trois familles professionnelles de la filière des vins de Bordeaux : la viticulture, le négoce et le courtage[1].

Son président est Bernard Farges, de juillet 2013 à juillet 2016. Il est également le président d'EFOW, la fédération européenne des vins sous appellation et président de la CNAOC, Confédération nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à AOC[2]. Il est mis en cause en 2018 par une association anti pesticides[3].

De 2016 à 2019, le président du CIVB est Allan Sichel[3], à la tête de la 326e fortune française[4], représentant le négoce. Depuis juillet 2019, Bernard Farges, viticulteur, en est le président.

Financement[modifier | modifier le code]

Il perçoit, en 2010, des contributions volontaires obligatoires auprès des professionnels du secteur à hauteur de 29 730 000 euros[5]. En 2015, son budget est de 35 millions d'euros[1].

Le CIVB est membre de Vin et société[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Allan Sichel, nouveau président du CIVB », Libre Service Actualités,‎ (lire en ligne)
  2. Jean-Benoit Kremer, « Bernard Farges, nouveau président des appellations viticoles européennes », CNAOC,‎ (lire en ligne, consulté le 29 avril 2018)
  3. a et b Denis Lherm, « Pesticides dans le vin de l’ex-président du CIVB : mis en cause, Bernard Farges se défend », SudOuest.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 avril 2018)
  4. « Allan Sichel et sa famille - Les 500 plus grandes fortunes de France en 2016 - Challenges.fr », sur Challenges (consulté le 29 avril 2018)
  5. http://www.data.gouv.fr/fr/dataset/cartographie-de-la-fiscalite-affectee-selon-le-perimetre-retenu-pour-le-rapport-du-conseil-des-prele
  6. « Nos membres », sur le site de Vin et société (consulté le 1er septembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]