Conseil de discernement de l'intérêt supérieur du régime

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Conseil de discernement de l'intérêt supérieur du régime
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Conseil de surveillance iranienVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège
Pays
Flag of Iran.svg IranVoir et modifier les données sur Wikidata
Organisation
Président du Conseil de Discernement
Secrétaire général
Site web

Le Conseil de discernement de l'intérêt supérieur du régime abrégé en Conseil de discernement (en persan : مجمع تشخیص مصلحت نظام) est une institution iranienne créée en 1988 par l'ayatollah Khomeyni, qui s'apparente à un conseil d'État[1].

Fonction[modifier | modifier le code]

Il arbitre les litiges entre le parlement ou Majles, l'Assemblée des experts et le Conseil des gardiens de la Constitution et dispose du droit d'édicter des solutions législatives pour les cas les plus graves.

Composition[modifier | modifier le code]

Composé de six membres religieux du Conseil des gardiens de la Constitution, des chefs des pouvoirs législatifs, judiciaires et exécutif (président de la République), du ministre concerné par l'ordre du jour auxquels s'ajoute une dizaine d'autres personnalités, toutes nommées par le Guide.

En 2021, le conseil de discernement de l'intérêt supérieur du régime compte 39 membres.

Membres[modifier | modifier le code]

L'ayatollah Hachemi Rafsandjani en est le président d'octobre 1989 à sa mort en janvier 2017. Le secrétaire du conseil est Mohsen Rezaï. Rafsandjani est ensuite remplacé par l'ayatollah Mahmoud Hashemi Shahroudi après plusieurs mois de négociations mais celui-ci souffre d'un cancer et ne siège que très peu. Shahroudi meurt le 24 décembre 2018, et le Guide de la Révolution, Ali Khamenei, nomme Sadeq Larijani à la présidence du conseil le 30 décembre[2].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Legendre, Daniel Reiner, Michelle Demessine, Joël Guerriau, « L'Iran : le renouveau d'une puissance régionale ? », Sénat,
  2. (en) Rohollah Faghihi, « Former hard-line presidential candidate could become Iran's judiciary chief », Al-Monitor,