Conrad Lafleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Conrad Lafleur
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata
Mansonville (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Conrad Lafleur, né à Saint-Jean d'Iberville, le , décédé à Mansonville, en 1979, était un officier canadien du régiment de fusiliers de Mont-Royal[1]. Durant la Seconde Guerre mondiale, il prit part au Raid de Dieppe et à la Mission Martin en vue de mettre sur pied le réseau franco-belge Possum[2],[3].

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Conrad Lafleur naît au Québec à Saint-Jean, le . Chauffeur de camion, imprimeur, il s'enrôle en . Il traverse l'océan Atlantique en . Le , sa compagnie prend part au Raid de Dieppe et débarque sur Red Beach. Blessé par un éclat d'obus à la jambe gauche, il est fait prisonnier. Le , il est transféré à l'hôpital du Sacré-Cœur à Rouen. Le , tandis qu'il aide d'autres blessés à prendre place dans un convoi sanitaire vers l'Allemagne, il parvient à prendre la fuite avec deux autres comparses[4]. Mettant le cap au Nord, ils regagnent Pont-Noyelles où ils sont soignés et cachés par un médecin, Robert Beaumont, qui leur fournit de faux-papiers et leur permet de rallier Gibraltar via le réseau Pat O'Leary. Ils quittent Gibraltar le en direction de Canet-Plage d'où ils s'embarquent à bord du Tarana vers Greenock en Écosse où ils arrivent le . Conrad Lafleur suit à partir de ce moment l'entraînement des agents infiltrés et entre au MI9[2].

En 1943, il accepte de prendre part avec Edgard Potier à la Mission Martin dont l'objectif est de mettre sur pied le réseau aérien d'exfiltration Possum par Westland Lysander. Ils sont parachutés à Suxy en Belgique, le [5]. Conrad Lafleur doit assurer la direction des transmissions, pour laquelle il a été formé. La liaison avec le réseau Comète est établie. Le , tandis qu'Edgard Potier est remplacé par Georges d'Oultremont, le temps d'un voyage à Londres, Conrad Lafleur est surpris en pleine transmission par la police allemande. Il tue l'un d'entre eux, en blesse deux autres et parvient à s'échapper. À Paris, il est pris en charge par Micheline Dumon du réseau Comète qui lui permet de rallier l'Espagne[6]. Le , il est de retour en Grande-Bretagne[2].

En , il passe son brevet de lieutenant tandis que les alliés débarque sur les plages de Normandie. En , il regagne définitivement le Canada et retrouve sa femme à Mansonville au Québec[5].

Faits d'armes[modifier | modifier le code]

Reconnaissances[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Compagnie A, 6e brigade, 2e division
  2. a b et c Dossier Archives Notariales Défense - Dossier SPG 884 - Dossiers ARA
  3. a b et c Le Canada français, vol. LXXXVI, no 39, Saint-Jean d'Iberville, jeudi 28 février 1946
  4. R. Vanier et G. Joly
  5. a et b Fiche no 071-section B de la Comet line
  6. Il traverse les Pyrénées, le .