Conrad Bade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conrad et Bade (homonymie).
Conrad Bade
Biographie
Naissance
Décès
Activité

Conrad Bade (Conradus Badius) (1525, Paris - octobre 1562, Orléans) est un imprimeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Josse Bade. Il est le beau-frère de Robert Estienne, époux de sa sœur Perrette, avec qui il publia de nombreux ouvrages. Il est aussi le beau-frère de Michel Vascosan. Il est l'oncle d'Henri Estienne, fils de Robert Estienne.

Protestant, il se réfugie à Genève en 1549, comme son ami Théodore de Bèze, un an auparavant. Le 17 juin 1550, il en est déclaré « habitant ». Il fait la connaissance de Calvin lors d'un séjour à Bâle, ainsi que de celle de Mélanchthon et de Jean Sturm. Il est probablement lié à Laurent de Normandie, « le plus grand « industriel du livre » de la ville de Calvin[1] ».

En 1559, il obtient du Conseil l'autorisation d'imprimer les Satyres de la cuisine papale. Cet ouvrage serait non pas de Badius lui-même, mais de Théodore de Bèze. Il est mis en prison pour avoir anticipé la réponse.

Revenu de Genève après l'édit de janvier 1562, il meurt de la peste à Orléans.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Douël, Patricia de Capitani, Enea Balmas, Nerina Clerici Balmas, La Tragédie à l'époque d’Henri II et de Charles IX : comédie 1561-1568, vol. 7 de Théâtre français de la Renaissance, Paris, Presses universitaires de France, 1986-1997, p. 185.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • * Chant de victoire, chanté à Jésus-Christ, en vers latins par M. Jehan Calvin, l'an MDXLI, le premier jour de janvier, à la diète qui pour lors se tenoit à Wormes. 1555. Traduction.
  • Alcoran des Cordeliers tant en latin qu'en françois ; c'est-à-dire, la mer des blasphemes et mensonges de cest idole stigmatizé, qu'on appelle S. François ; recueilli par le Docteur M[artin] Luther, du livre des Conformitez de ce beau S. François, Genève, 1556. Traduction.
  • Ce qui a esté proposé par Th. de Bèze [...] à Poissy le neuvième jour de septembre 1561, s.l., 40 pages (in-4°)
  • Comédie du pape malade et tirant à la fin (1561), éd. E. Balmas (introduction) et M. Barsi, Théâtre français de la Renaissance, La comédie à l'époque d'Henri II et de Charles IX, Paris-Florence, PUF-Olschki, 1995, Première série, volume 7 (1561-1568), p. 179-273.