Conor McGregor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McGregor.

Conor McGregor
Conor McGregor
Conor McGregor en 2017.
Fiche d’identité
Nom complet Conor Anthony McGregor
Surnom Notorious, Mystic Mac
Nationalité Drapeau : Irlande Irlandais
Date de naissance (30 ans)
Lieu de naissance Dublin, Irlande
Style Boxe anglaise, kickboxing, taekwondo, karaté, capoeira.
Équipe SBG Ireland
Taille 1,75 m (5 9)
Poids 70 kg (154 lb)
Catégorie Poids plumes[note 1]
Poids légers[note 2]
Palmarès en MMA
Combats 25
Victoires 21
Défaites 4
Titres obtenus Champion des poids plumes du CWFC (2012-2013)
Champion des poids légers du CWFC (2012-2013)
Champion intérimaire des poids plumes de l'UFC (2015)
Champion des poids plumes de l'UFC (2015-2016)
Champion des poids légers de l'UFC (2016-2018)

Conor Anthony McGregor est un pratiquant d'arts martiaux mixtes (MMA) irlandais, né le à Dublin. Il est ancien champion de la division des poids légers et ancien champion de la division des poids plumes de l'Ultimate Fighting Championship (UFC).

McGregor commence sa carrière de combattant de MMA en 2008, principalement en Irlande. Recruté par l'organisation Cage Warriors en 2011, il possède l'année suivante les ceintures de champion dans deux catégories différentes, plumes et légers, devenant le premier à être champion simultanément dans deux catégories. Il signe alors un contrat avec la première organisation de MMA du monde, l'Ultimate Fighting Championship. Il enchaîne alors les victoires jusqu'à obtenir le droit d'affronter José Aldo pour le titre de champion unifié de la division plumes. McGregor met fin au combat principal de l'UFC 194 en seulement 13 secondes en infligeant un knockout à son adversaire, la victoire la plus rapide de l'histoire de l'UFC lors d'un combat pour un titre.

Après une double confrontation contre Nate Diaz en catégorie mi-moyens, conclue par une défaite et une victoire, McGregor remporte la ceinture de champion de la division légers en dominant Eddie Alvarez. Il devient le premier combattant de l'UFC simultanément champion dans deux divisions différentes. Combat après combat, l'Irlandais s'est imposé comme la tête d'affiche de l'UFC. Personnalité atypique, provocateur, animateur en conférence de presse, ce combattant au style particulier se lance le défi d'affronter le champion invaincu de boxe anglaise Floyd Mayweather, Jr., mais s'incline par KO technique à la dixième reprise[1]. McGregor a été nommé par le magazine Time comme l'une des 100 personnes les plus influentes du monde en 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Conor Anthony McGregor[2] est né le à Dublin dans le quartier de Crumlin. Il est le premier fils et le troisième enfant de Tony et Margaret McGregor. Ses deux sœurs aînées se prénomment Erin et Aoife. Il grandit à Crumlin et effectue sa scolarité primaire et secondaire à Tallaght. Il y développe sa passion pour le sport, principalement pour le football[s 1]. Il joue pour le Lourdes Celtic Football Club. À l'âge de 12 ans, sentant le besoin de pouvoir se défendre, McGregor débute la boxe au Crumlin Boxing Club[3],[4]. Il y est entraîné par l'ancien athlète olympique irlandais Philip Sutcliffe[5]. Il commence à gagner quelques titres lors de combats amateurs en boxe anglaise, puis commence à faire de la lutte et du grappling vers l'âge de 15 ans[6].

En 2006, McGregor déménage avec sa famille à Lucan, petite ville de la banlieue ouest de Dublin[s 1]. Conor y rencontre le futur combattant d'UFC Tom Egan et commence à s’entraîner avec lui aux arts martiaux mixtes (MMA)[s 1]. Munis d'un billet pour l'UFC 75, ils se rendent à Londres pour observer les combats de MMA, renforçant leur passion pour ce sport[7]. En parallèle, il fréquente l'établissement scolaire de Gaelcholáiste Coláiste Cois puis entreprend un apprentissage comme plombier[8],[9].

Parcours en MMA[modifier | modifier le code]

Débuts en Europe[modifier | modifier le code]

Premier combat amateur (2007)[modifier | modifier le code]

McGregor et Egan commencent à s'entraîner au Straight Blast Gym (SBG) de Dublin sous la supervision de John Kavanagh[s 2],[5]. Conor McGregor apprend[s 3]. Le , à l'âge de 18 ans, il fait ses débuts en MMA contre Kieran Campbell lors d'un événement organisé à Dublin par son entraîneur, qui est également promoteur de l'Irish Ring of Truth pour donner de l'expérience à ses jeunes combattants[s 3]. Habillé d'un short hawaien, McGregor est victorieux par KO technique dès la première reprise[s 3]. Il souhaite en faire son métier et signe un contrat avec le promoteur pour devenir professionnel après son premier combat amateur[10]. Au lendemain de ce premier combat, Kavanagh rappelle à l'ordre son combattant par rapport à son attitude sur le ring après sa victoire[10].

Premiers combats professionnels en Irlande (2008-2011)[modifier | modifier le code]

Le , McGregor fait ses débuts professionnels en dominant Gary Morris par un KO technique dès la deuxième reprise dans la catégorie des poids légers[note 2]. En célébrant sa victoire, il jette dans les tribunes son protège-dents qui heurte un spectateur mécontent[11]. Un peu moins de deux mois plus tard, dans un combat toujours organisé par son entraîneur John Kavanagh, il inflige un nouveau KO technique à son adversaire, Mo Taylor, en seulement 66 secondes, en multipliant les coups de coude à l'intérieur de sa garde[s 4]. Le 28 juin, McGregor fait ses débuts en poids plumes[note 1] et s'incline par soumission sur une clef de genou après seulement 69 secondes contre le Lituanien Artemij Sitenkov, combattant plus expérimenté[s 5],[11]. Déçu d'avoir perdu, McGregor abandonne plusieurs semaines l'entraînement bien qu'il doive de l'argent à son entraîneur[s 6].

En décembre 2008, quelques semaines après sa première défaite, Conor McGregor retrouve le ring contre Stephen Bailey[s 7]. L'Irlandais attaque Bailey avec ses poings et des coups de genoux[s 7]. Lorsque son adversaire essaie de le mettre au sol, il se défend et prend le dessus[s 7]. Dès qu'il trouve un peu de distance, McGregor lance de puissants coups de poing gauche, obligeant son adversaire à lui concéder son dos[s 7]. De retour debout, il termine le combat avec des coups de poings[s 7]. Le , il assiste à la soirée de l'UFC 93 à Dublin, dans laquelle son ami et partenaire d'entraînement Tom Egan représente l'Irlande[note 3], ce qui l'encourage à poursuivre sa carrière[s 8],[12]. McGregor prend des photos avec Chuck Liddell et Pat Barry[s 8]. Motivé, il enchaîne contre Connor Dillon, qui, fatigué après quelques minutes, est mis au sol par l'enchaînement d'un uppercut puis une puissante gauche avant d'abandonner face à la pluie de coups qui tombe sur lui[s 9]. En novembre 2010, Conor McGregor retourne dans la catégorie des poids légers pour affronter Joseph Duffy après avoir signé son premier contrat avec Cage Warriors[s 10]. McGregor s'incline pour la deuxième fois de sa carrière, forcé de signaler son abandon sur une technique d'étranglement bras-tête[s 10].

À la suite de cette défaite, il enchaîne quatre succès consécutifs sur l'île d'Irlande au début de l'année 2011, à chaque fois en dominant son adversaire par la force de ses poings. Il envoie au plancher l'Anglais Mike Wood en 16 secondes par ses uppercuts alors que celui-ci se jette dans ses pieds, puis un mois plus tard, Paddy Doherty en seulement quatre secondes[s 11].

Double champion de Cage Warriors (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Le , Conor McGregor fait ses débuts dans la ligue Cage Warriors lors de la soirée Cage Warriors: Fight Night 2 organisée en Jordanie, l'organisation souhaitant se développer vers de nouveaux marchés[s 12]. L'adversaire prévu pour l'Irlandais se retirant quelques jours avant le combat, McGregor est opposé à Aaron Jahnsen qu'il bat par KO technique dans la première reprise[s 12]. Après ce début réussi, McGregor se joint à la carte des combats de la soirée Cage Warriors 45 en février 2012 à Kentish Town[s 12]. Luttant pour être au poids de la catégorie plumes, il doit s'y reprendre à trois reprises pour valider sa pesée à 65,8 kg[s 12]. Opposé à Steve O'Keefe, l'Irlandais domine avec ses poings, obligeant son adversaire à se courber et à se protéger, lui permettant de placer des uppercuts précis et des coups de genoux puissants[s 12]. O'Keefe répond en attrapant la hanche de McGregor et en le poussant contre la cage[s 12]. Après avoir évité la soumission, The Notorious s'accroche à la jambe de son adversaire afin de tenter de le mettre au sol et lui assène des coups de coude puissants à la tête qui le mettent KO en quelques secondes[s 12].

Ayant démontré ses qualités de combattant spectaculaire et efficace, Conor McGregor obtient le droit de concourir pour le titre de la division des poids plumes, vacant, face à Dave Hill, spécialiste de la soumission[s 13]. Le combat a lieu lors de la soirée 47 pour le retour de Cage Warriors à Dublin[s 13]. Au début de la deuxième reprise, McGregor lance un direct du poing gauche puis un coup de pied haut qui touchent et font tomber Hill au sol[s 13]. L'Irlandais contrôle alors son adversaire et l'épuise au sol, puis l'attaque par le dos et réalise une prise victorieuse d'étranglement arrière[s 13].

Le , McGregor est prévu sur le programme du Cage Warriors 51 pour défendre son titre de champion contre Jim Alers[s 14]. Ce dernier doit se retirer avant le combat et McGregor, utilisé par l'organisation pour vendre les places de l'arène de Dublin, est mis face à Ivan Buchinger, un combattant expérimenté avec un bilan de 21 victoires pour trois défaites, pour le titre de champion des légers, lui aussi vacant[s 14]. Dès le début du combat, McGregor met la pression sur Buchinger avec des coups de pied à l'abdomen et même un coup de pied à 540 degrés[s 14]. En plus de ses techniques de taekwondo, McGregor s'appuie sur sa boxe anglaise pour mettre son adversaire KO d'une gauche rapide en contre[s 14].

McGregor s'impose comme l'un des meilleurs combattants européens en remportant les ceintures de champion des catégories plumes et légers. Il est le premier à être champion dans deux catégories différentes en même temps dans cette organisation sportive[s 14]. L'Irlandais est à court d'argent et touche des prestations sociales, mais ses derniers combats ont attiré l'attention de l'Ultimate Fighting Championship et de son président Dana White[10].

Ultimate Fighting Championship[modifier | modifier le code]

Parcours sans défaite (2013-2014)[modifier | modifier le code]

Le , il est annoncé que Conor McGregor a signé un contrat de cinq combats avec l'Ultimate Fighting Championship (UFC)[s 15]. À la mi-février, le président de l'organisation, Dana White, présent à Dublin pour recevoir une récompense du Trinity College, est élogieux à propos de sa nouvelle recrue[s 15].

Conor McGregor fait ses débuts à l'Ultimate Fighting Championship lors de l'UFC on Fuel TV 9 le à Stockholm en Suède[13]. Il est opposé à Marcus Brimage (en), combattant américain alors invaincu à l'UFC. Lors de la pesée, les deux combattants vont jusqu'à être tête contre tête avant d'être séparés[14]. McGregor remporte l'affrontement en touchant Brimage par des uppercuts précis et terminant son adversaire alors que celui-ci est au sol après seulement une minute et six secondes dès la première reprise[14]. Sa prestation dans l'octogone vaut à McGregor de remporter son premier bonus de KO de la soirée[15]. Dana White se dit alors impressionné par la performance de l'Irlandais[16],[17].

Ce premier succès à l'UFC apporte à McGregor une nouvelle aura, fait grandir sa notoriété et change grandement sa situation financière[10]. Dans les mois suivant ce combat, le buzz qu'il a créé lui permet de changer de statut[10]. L'UFC le fait combattre contre Max Holloway à Boston lors de l'UFC Fight Night 26 le , ville dans laquelle la communauté irlandaise est importante[17]. Dans la première partie du combat, McGregor domine les échanges debout avec la variété de ses coups de pieds et son direct du gauche[18]. Dans la deuxième reprise, McGregor se blesse au genou et est obligé de changer son plan de match[18]. Le Dublinois emmène alors le combat au sol, maintient une position dominante sur son adversaire, l'empêchant de marquer des points[18]. McGregor remporte l'affrontement par décision unanime (30-27, 30-27, 30-26)[18]. Dès l'interview après l'événement, il déclare être insatisfait de sa prestation. Le premier diagnostic de la blessure est une entorse du genou[19] mais les examens approfondis révèlent une rupture du ligament croisé antérieur qui lui vaut une absence de dix mois de l'octogone[20].

Après cette pause forcée et une rééducation intensive[21], McGregor fait son retour le à Dublin, dans son pays natal, en combat principal de l'UFC Fight Night 46 où il est opposé au Brésilien Diego Brandão (en)[22],[23]. L'attente de ses compatriotes est telle que l'arène est remplie en quelques heures et pousse l'UFC à vendre des billets pour la pesée[24]. McGregor domine Brandão dès les premières secondes et lui inflige un KO technique par coups de poing après quatre minutes de combat et remporte sa première récompense de performance de la soirée[25]. Après le combat, l'Irlandais déclare depuis l'octogone : « Nous ne sommes pas là pour participer, nous sommes ici pour prendre le pouvoir »[Cit 1],[26].

Dans sa préparation pour sa confrontation avec Dustin Poirier[27], le lors de l'UFC 178 à Las Vegas, McGregor se déchire plusieurs ligaments du pouce[28],[29], remettant sa participation en question[30]. Supporté par une large foule irlandaise ayant fait le déplacement jusqu'à Las Vegas[28], McGregor domine et provoque Poirier en lui parlant dans les premiers instants du combat[29]. Toujours dans la première reprise, il met son adversaire au sol en lui assénant un crochet du poing gauche derrière la tête[31]. Poirier tombe au sol et McGregor continue à le frapper derrière la tête et le met KO[31]. La victoire est controversée[31] mais McGregor est récompensé pour la deuxième fois consécutive du bonus de performance de la soirée.

Le à Boston, il est opposé à Dennis Siver en tête d'affiche de l'UFC Fight Night 59. La tension entre les deux combattants est importante, Siver refusant de serrer la main de McGregor avant le combat, ce dernier répondant par un doigt d'honneur[32]. Devant une foule du TD Garden acquise à sa cause, chantant The Fields of Athenry et Olé, Olé, Olé[33], McGregor frappe son adversaire sous de multiples angles jusqu'à ce que le visage du Germano-Russe soit gonflé et ensanglanté[33]. Siver tente par trois fois de mettre au sol McGregor pour le mettre en difficulté mais échoue à chaque tentative. Dans la deuxième reprise, l'Irlandais met fin au combat en infligeant un direct du gauche puis une série de coups de coude à Siver, sans réponse[33],[34]. Après la victoire, Conor McGregor sort de la cage pour se confronter au champion José Aldo, présent en tant que spectateur[10],[32],[33]. Avec cette victoire contre Siver, McGregor remporte pour la troisième fois consécutive la récompense de performance de la soirée.

Champion intérimaire puis unifié des poids plumes de l'UFC (2015)[modifier | modifier le code]
Conor McGregor et José Aldo le 30 mars 2015 à Londres, lors de la promotion de leur combat à l'UFC 189.

Un temps prévu pour l'UFC 187 du [35], le combat entre McGregor et le champion des poids plumes José Aldo est ensuite prévu au pour l'UFC 189[36]. Au début de sa préparation, McGregor se blesse légèrement au genou à l'entraînement, cisaillé par son partenaire d'entraînement et est touché au ligament[10]. Il cache cette blessure et son clan garde cet incident secret[10]. Fin juin, Aldo annonce s'être blessé à une côte à l'entrainement[10],[37]. Si Aldo est confirmé dans un premier temps[38], c'est pourtant Chad Mendes qui est finalement désigné comme son remplaçant dans un match couronnant un nouveau champion intérimaire de la catégorie[39]. Lors de ce combat principal de la soirée, McGregor est amené au sol à plusieurs reprises par le lutteur américain mais remporte la victoire en fin de deuxième round avec une combinaison de coups de poing dont un du gauche qui envoie Mendes au tapis. Après quelques coups supplémentaires sur son adversaire au sol, l'arbitre décide d'interrompre le match et déclare l'Irlandais vainqueur par KO[40]. Ce succès lui offre alors le titre intérimaire, mais aussi un bonus de performance de la soirée[41].

Conor McGregor et Urijah Faber sont ensuite rapidement annoncés comme entraineurs d'une nouvelle saison de la série The Ultimate Fighter opposant combattants européens et américains. Cependant, contrairement à la tradition de l'émission, une confrontation entre les deux compétiteurs de l'UFC n'est pas envisagée[42].

L'unification des titres face à José Aldo est alors programmée à l'affiche de l'UFC 194 qui se tient le au MGM Grand Las Vegas[43]. Contrairement à l'UFC 189, aucune tournée internationale n'est prévue pour faire la promotion du combat. L'opposition entre les deux combattants est attendue comme le combat de l'année. McGregor promeut le combat lors de conférences de presse et lors d'une interview avec Jimmy Kimmel[10],[44]. Aldo s'incline par KO en seulement treize secondes, touché par un coup de poing au menton dès le premier échange. En établissant le record du KO le plus rapide dans un match pour le titre, McGregor devient le nouveau champion incontesté des poids plumes de l'UFC[45] et décroche un bonus de performance de la soirée[46].

Confrontations avec Nate Diaz et double titre de champion de l'UFC (2016)[modifier | modifier le code]
Portrait de Conor McGregor en 2016.

Dès la conférence de presse suivant la soirée UFC 194, l'Irlandais fait part de son projet de décrocher également la ceinture des poids légers de l'UFC[47]. Au début de l'année 2016, il est alors prévu pour affronter le champion de cette catégorie, Rafael dos Anjos, lors de l'UFC 196 du [48]. Mais ce combat entre champions est annulé peu avant l'échéance, à la suite de l'abandon du Brésilien à cause d'une blessure au pied[49],[50].

Si José Aldo et Frankie Edgar, contactés par l'UFC, refusent l'opportunité de remplacer dos Anjos, d'autres tels Donald Cerrone ou B.J. Penn se déclarent intéressés. C'est finalement Nate Diaz, combattant poids léger lui aussi adepte des provocations verbales qui est choisi par l'organisation pour compléter la tête d'affiche de l'UFC 196[51],[52]. Considérant le peu de temps de préparation accordé à Diaz, le match se déroule cependant dans la catégorie des poids mi-moyens[53]. Très actif dès le début du match, le combattant irlandais touche efficacement son adversaire avec des coups de pied et coups de poing dans la première reprise[54]. Cependant dans la deuxième reprise, la vapeur s'inverse et McGregor encaisse alors les coups. Sonné, il cherche à amener son adversaire au sol sans succès et finit par s'incliner par étranglement arrière dans la fin de cette reprise[54]. Nate Diaz inflige à Conor McGregor sa première défaite à l'UFC[55].

Un combat revanche est rapidement annoncé en tête d'affiche du gala UFC 200 du [56]. Mais quelques semaines plus tard, devant le refus de McGregor de participer aux événements de promotion avant le combat pour mieux se concentrer sur sa préparation, l'UFC change ses plans et annule le match[57],[58]. Début juin, la rencontre entre les deux combattants est finalement prévue en combat principal de l'UFC 202 du [59]. L'Irlandais prend à nouveau l'avantage dès l'entame de ce match en poids mi-moyen en attaquant notamment la jambe droite de Diaz avec des coups de pieds répétés. McGregor montre cependant des signes de fatigue à la moitié du deuxième round et l'Américain en profite pour reprendre l'avantage dans la troisième reprise. Diaz termine le round par une série de coups de poings auxquels McGregor survit difficilement avant d'être sauvé par le gong. En revenant dans les deux derniers rounds, le champion des poids plumes l'emporte finalement par décision majoritaire (48-47, 47-47, 48-47), prenant sa revanche sur Diaz[60].

En attendant le retour du champion irlandais dans la catégorie des poids plumes, un titre intérimaire est mis en place dans cette division et remporté par José Aldo lors de l'UFC 200 du . Même s'il était question que McGregor retourne alors défendre sa ceinture face au Brésilien[61], il en est finalement autrement et c'est face au nouveau champion des poids légers de l'UFC, Eddie Alvarez, que sa prochaine confrontation est fixée pour l'UFC 205 du au Madison Square Garden de New York[62]. Lors de cet événement, il remporte la ceinture des poids légers par KO dès le second round, et devient le premier combattant de l'histoire de l'UFC à posséder deux titres simultanément dans deux catégories de poids différentes.

Après sa victoire, McGregor annonce qu'il prend une pause pour préparer la naissance de son premier enfant[62]. Son double règne est de courte durée puisque le , l'UFC impose à l'Irlandais l'abandon du titre des poids plumes, le combattant ne souhaitant plus retourner dans cette division[63]. Il passe ensuite de nombreux mois à provoquer Floyd Mayweather Jr lors de sorties publiques et sur les réseaux sociaux afin de le pousser à combattre contre lui[64].

Parcours en boxe anglaise (2016-2017)[modifier | modifier le code]

Le , Conor McGregor obtient une licence professionnelle de boxe anglaise par la commission athlétique de l'État de Californie[65]. Le , Floyd Mayweather, l'un des meilleurs boxeurs des années 2000, annonce qu'il sort de sa retraite pour combattre contre Conor McGregor le à Las Vegas. Après des mois de provocations et de négociation entre les deux combattants, l'événement promet d'être l'un des plus lucratifs de l'histoire[66],[67]. L'inexpérience de McGregor est régulièrement critiquée, remettant en question l'intérêt sportif du combat, jusqu'à le décrire comme une « farce médiatique »[68] ou encore une « mascarade sportive »[69].

De nombreux Irlandais ont fait le déplacement à Las Vegas[70] et de nombreuses vedettes sont présentes autour du ring comme LeBron James, James Harden, Ray Lewis, Jamie Foxx, Jennifer Lopez ou encore Bruce Willis[71]. Le combat est retardé pour répondre aux nombreuses demandes d'achat en ligne pour le voir[71]. Dans une salle non remplie, McGregor montre de la bravoure en début de combat, réalisant quelques coups intéressants qui touchent Mayweather[72],[73],[74]. Il frappe également à plusieurs reprises son adversaire à l'arrière de la tête et se fait reprendre par l'arbitre[71]. Après un début en retenue, Mayweather accélère à partir de la quatrième reprise, visant McGregor au corps[72],[73],[74]. Au fur et à mesure des rounds, McGregor est de plus en plus fatigué[74],[75]. Touché dans la sixième puis la septième reprise, McGregor est finalement battu par KO technique à la dixième reprise du combat[72],[73],[76]. S'il a mis du cœur à l'ouvrage, l'Irlandais a été totalement dominé par l'Américain, les cartes des juges étant toutes pour Mayweather au moment de l'arrêt du combat (89-82, 89-81 et 87-83)[72]. Pour son premier combat de boxe anglaise, McGregor surprend de nombreux observateurs par son jeu plus équilibré et plus intense que prévu[73],[77]. Malgré sa défaite, il n'exclut pas de combattre à nouveau en boxe anglaise[78].

L'absence de Conor McGregor à l'UFC se poursuit après la défaite contre Floyd Mayweather. Interpellé à de multiples reprises par Khabib Nurmagomedov, l'athlète irlandais esquive la confrontation dans l'octogone[79].

Inculpation pour agressions et retour en MMA (2018)[modifier | modifier le code]

Lors de la présentation de l'UFC 223 en , McGregor s'introduit dans les parkings du Barclays Center avec une dizaine de personnes et attaque l'un des bus transportant des combattants à l'aide de divers objets qu'il projette sur le véhicule[80],[81]. Le combattant Michael Chiesa (en) est blessé au visage, l'obligeant à se retirer de son combat contre Anthony Pettis[82]. Ce grave incident, en réaction à la décision de l'UFC de lui retirer son titre de champion des poids légers, vaut à McGregor une inculpation pour trois agressions[80],[81],[83]. L'Irlandais est libéré sous caution en attente de sa prochaine audition[84]. Pendant l'été, il plaide coupable et passe un accord pour éviter l'emprisonnement et est sanctionné à cinq jours de travaux d'intérêt général[85].

Début août, Dana White officialise le combat entre Conor McGregor et Khabib Nurmagomedov pour le titre de champion de la catégorie légers à Las Vegas en date du 6 octobre[85]. Après de long mois d'absence, McGregor revient affronter celui qui a pris sa place dans l'UFC, remportant tous ses combats pour devenir le champion à la place de l'Irlandais dont les titres ont été retirés pour inactivité[85]. Combat principal de l'UFC 229[86], l'opposition entre l'Irlandais et le Daghestanais tourne rapidement à l'avantage de Nurmagomedov qui contrôle le combat au sol[87]. Les deux reprises suivantes suivent le même scénario, après plusieurs échanges de coups de debout, McGregor est emmené et dominé au sol[87]. À bout de souffle, il est de nouveau emmené au sol dans la quatrième reprise et doit taper sur un étranglement arrière de son adversaire[87]. Le combattant irlandais demande immédiatement une revanche au champion en titre[88],[89].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Conor McGregor rencontre Dee Devlin en 2008 alors qu'il n'a que 19 ans[90]. En couple depuis, McGregor et Devlin sont à partir de 2013 et les débuts du combattant à l'UFC l'un des couples les plus connus en Irlande[91]. La réussite sportive de McGregor permet à Devlin, qui travaillait jusqu'alors pour un cardiologue, d'arrêter de travailler[92]. Les sœurs de McGregor ont également arrêté de travailler[92]. Le , le premier enfant du couple, Conor Jack McGregor Jr., naît à l'hôpital Coombe Maternity de Dublin[93],[94]. Ses parents en font dès ses premiers mois une vedette des réseaux sociaux[95].

Personnalité et style[modifier | modifier le code]

Apparence[modifier | modifier le code]

Mesurant 1,75 mètre, Conor McGregor pèse environ 77 kg en dehors du ring et est capable de descendre à 66 kg pour faire le poids et combattre dans la division des poids plumes[12].

Charismatique, il attire par son apparence avec une barbe et de nombreux tatouages, ainsi qu'un vocabulaire et un accent atypiques[96]. À 20 ans, il se tatoue derrière le mollet des lettres arabiques alors qu'il est saoul à Ayía Nápa[97]. Il fait ensuite tatouer sur sa nuque un crucifix entouré d'ailes, et une spirale d'épines qui part du bas du crucifix pour se poursuivre tout au long de sa colonne vertébrale[97]. Sur son torse, McGregor a un imposant tatouage avec un gorille à dos argenté et une couronne sur la tête avec un cœur humain dans la bouche, réalisé lors de sa blessure en 2013[97]. En vacances à Venice, il ajoute un tatouage de tigre sur son ventre[97]. Au début du mois de décembre 2015, il fait inscrire avec deux nouveaux tatouages sur son abdomen : McGregor et Notorious[98],[99].

Comportement[modifier | modifier le code]

Alors qu'il n'est pas encore un candidat au titre de l'UFC, Conor McGregor imprègne l'organisation par son comportement sur et en dehors de l'octogone[24]. Son mélange de confiance, d'assurance et d'insolence en font une attraction de l'UFC[100]. Habillé d'un costume, il fait le spectacle en conférences de presse par le dédain qu'il montre à ses adversaires[24]. Les supporteurs irlandais présents à Dublin le suivent à Boston et à Las Vegas, chantant comme les supporteurs d'une équipe de football[101]. McGregor mentionne très régulièrement ses racines irlandaises. Sa musique d'entrée est Foggy Dew, que Sinead O’Connor a même chantée en direct lors de l'entrée sur le ring de McGregor lors de l'UFC 189[102]. Il utilise son trash-talking et la guerre psychologique d'avant-combat ainsi que sa popularité pour mettre la pression sur ses adversaires[12],[101],[103]. Il est par ailleurs surnommé Mystic Mac pour avoir validé à plusieurs reprises sur le ring d'audacieuses prédictions annoncées avant ses combats comme battre son adversaire dans le premier round ou encore qu'il serait champion de sa division à l'UFC[104].

De son aveu, McGregor « ne tient pas en place et doit s'entraîner, sinon il n'est pas lui-même et est sur les nerfs »[10]. Son comportement en dehors des rings dépasse régulièrement les limites. Lors de la conférence de presse de l'UFC 202, il arrive largement en retard et commence sans s'excuser. Après quelques questions son adversaire quitte le débat. McGregor s'énerve, le ton monte accompagné de lancers de bouteilles d'eau, ce qui met un terme à la conférence[105]. En novembre 2017, il pousse et tente de frapper un arbitre en célébrant la victoire de son collègue Charlie Ward lors du Bellator 187 de Dublin[106].

Style de combattant[modifier | modifier le code]

Les qualités de cogneur de Conor McGregor font qu'il préfère combattre debout plutôt qu'au sol. Principalement en garde fausse patte[s 16], McGregor est gaucher et se tient le pied droit en avant, une garde classique[107]. Sa posture est son point fort avec un dos toujours droit, des épaules relaxées, ainsi que des appuis bas et un menton haut lui permettant de frapper à chaque seconde[108]. Entraîné par Ido Portal, il fait de ses déplacements dans l'octogone une priorité[109],[110],[111]. Son jeu de jambes est spectaculaire et lui permet de créer les espaces et angles nécessaires pour lancer des coups de poing efficaces[108]. Sa main gauche est l'une de ses armes principales[101], qu'il utilise principalement avec un crochet qui fait sa réputation[112]. Il utilise également de nombreuses techniques de taekwondo avec des coups de pied retournés[112].

Conor McGregor s'entraîne régulièrement à Reykjavik en Islande, dans le gymnase d'Halli Nelson, le père du combattant Gunnar Nelson, qui est également un des amis de McGregor[113]. Le combattant Artem Lobov est également un ami proche de McGregor et un partenaire d'entraînement[s 12].

Médiatisation[modifier | modifier le code]

Outre ses performances sportives, Conor McGregor s'est rapidement imposé comme le combattant le plus médiatisé de l'histoire de l'UFC. Par sa capacité à attirer l'attention, au travers d'insultes visant ses futurs adversaires ou de ses affirmations narcissiques répétées, le personnage auto-proclamé The Notorious (Le Célèbre) alimente les débats auprès des fans ou sur les réseaux sociaux, et occupe régulièrement l'espace médiatique.

Tournées promotionnelles[modifier | modifier le code]

En amont de l'UFC 189 avec José Aldo[modifier | modifier le code]

Conor McGregor pendant la promotion de son combat contre José Aldo le 30 mars 2015 à Londres.

Pour sa confrontation avec José Aldo, l'UFC met en place la plus grosse promotion autour d'un combat de son histoire. En effet, l'UFC 189: World Tour est une tournée de huit conférences de presse dans huit villes différentes, partant du Brésil (Rio de Janeiro), traversant les États-Unis (Las Vegas, Los Angeles, Boston, New York), passant par le Canada (Toronto), la Grande-Bretagne (Londres) pour finir en Irlande (Dublin). Le président de l'UFC Dana White déclare alors que le coût global de cette promotion avoisine les 7 millions de dollars[114]. Lors de la dernière étape de la tournée, à Dublin, Conor McGregor vole la ceinture de champion d'Aldo devant 5 000 spectateurs en folie, point culminant de la tension entre les deux combattants[115],[116],[117].

En amont du duel avec Floyd Mayweather[modifier | modifier le code]

Afin d'assurer la promotion de l'affrontement en boxe anglaise contre Floyd Mayweather Jr., Conor McGregor effectue avec son adversaire une tournée promotionnelle dans quatre villes différentes : Los Angeles, Toronto, New York et Londres en quatre jours. À chaque événement, les deux combattants s'affrontent lors d'une joute verbale et d'un face-à-face[118],[119],[120].

Impact sur la culture populaire[modifier | modifier le code]

Personnage du jeu vidéo officiel de l'UFC, EA Sports UFC, sorti en 2014, McGregor est, deux ans plus tard, sur la pochette du deuxième opus de la série, EA Sports UFC 2, après sa victoire contre José Aldo[121]. Il assure alors la promotion du jeu vidéo dont la sortie est prévue le , avec l'animateur Conan O'Brien par exemple[122].

En octobre 2015, McGregor s'entraîne avec Hafþór Júlíus Björnsson, sportif et acteur jouant le personnage de Gregor Clegane dans la série télévisée Game of Thrones[123]. En janvier 2016, une pétition propose que le visage de Conor McGregor soit présent sur des pièces de 1 euro irlandaises[124] mais l'Oireachtas rejette la proposition[125].

À la suite de sa double confrontation contre Nate Diaz, McGregor devient médiatiquement très demandé. Il a son personnage dans le jeu vidéo Call of Duty: Infinite Warfare[126] et a été approché pour jouer le rôle du méchant dans un opus de la série James Bond[127]. Dans la préparation de son combat avec Floyd Mayweather, Conor McGregor annonce la diffusion d'un documentaire à sa gloire produit par Universal Studios[128]. Il est désigné par le magazine Time comme l'une des cent personnalités les plus influentes en 2017[129]. Forbes le considère comme l'une des trente personnalités européennes de plus de 30 ans les plus influentes de l'industrie du divertissement[130].

Aspects financiers[modifier | modifier le code]

Affluences et ventes records[modifier | modifier le code]

Dès l'année 2015, soit seulement deux ans après son arrivée dans l'organisation, les combats de McGregor obtiennent un à un des chiffres de vente records. Le 18 janvier, son combat en tête d'affiche de l'UFC Fight Night 59 bat le record de la plus grande audience télévisuelle pour un gala de MMA sur la chaîne Fox Sport 1 (2 751 000 en moyenne sur l'ensemble du gala, 3 162 000 lors du combat principal)[131]. L'affluence de 13 828 spectateurs présents au TD Garden un dimanche soir et la recette de 1,34 millions de dollars sont également des chiffres importants[132]. Dès lors, l'Irlandais n'apparaît plus qu'en combat principal d’événements diffusés en paiement à la carte, moyen de diffusion le plus rentable de l'organisation.

Malgré le retrait de José Aldo dans les dernières semaines précédant l'UFC 189, l’événement attire tout de même 825 000 acheteurs, chiffre qui n'avait pas été atteint depuis deux ans. En fin d'année, McGregor rencontre enfin José Aldo pour le titre des poids plumes. L’événement se vend à 1 200 000 exemplaires, soit le second plus gros chiffre de l'histoire des paiements à la carte de l'UFC. Par la suite, ses deux combats face à Nate Diaz vont égaler (1 600 000 pour l'UFC 196) puis battre (1 650 000 pour l'UFC 202) le record de vente établi en juillet 2009 lors de l'UFC 100[133],[127].

Rémunérations[modifier | modifier le code]

Avant de rentrer dans l'UFC, Conor McGregor touche les aides sociales irlandaises. Une semaine avant son premier combat, il encaisse un chèque de 235 dollars[134]. Pour son premier combat à l'UFC, l'Irlandais reçoit une paie de 16 000 dollars et sa performance lui rapporte un bonus supplémentaire de 60 000 dollars[135]. Ses deux combats suivants lui rapportent 20 000 et 24 000 dollars[135].

Pour son premier pay-per-view, l'Irlandais touche pour la première fois un montant de plus de 100 000 dollars avec 150 000 dollars pour son apparition et la victoire ainsi qu'un bonus de 50 000 dollars de performance[135]. Pour son affrontement contre Dennis Siver, The Notorious reçoit 170 000 dollars pour son apparition et la victoire ainsi qu'un bonus de 50 000 dollars pour sa performance[135].

Sa victoire contre José Aldo en conclut une année lucrative pour le combattant dont les revenus sont estimés à 11 millions de dollars[136]. McGregor s'achète une luxueuse villa pour 1 million de dollars à Kildare en Irlande et des voitures de luxe aux membres de sa famille et à sa petite amie[10],[136].

McGregor a déclaré que ses revenus pour l'année 2016 sont de 40 millions de dollars[134]. Il a signé des contrats avec Reebok et Monster Energy pour un montant de 4 millions de dollars[135]. Cette même année, c'est le premier combattant de MMA à entrer dans le classement des cent sportifs les plus payés au monde[135]. Au printemps 2017, McGregor signe des contrats avec Anheuser-Busch et Beats Electronics[137]. Forbes évalue ses revenus à 34 millions de dollars en 2016[137].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Distinctions et records[modifier | modifier le code]

En 2016, Conor McGregor devient le premier combattant de l'histoire de l'UFC à détenir deux titres dans deux divisions différentes en même temps : champion des poids plumes et des poids légers. Quelques années plus tôt, l'Irlandais a déjà réalisé le même exploit dans l'organisation Cage Warriors dans les deux mêmes catégories. The Notorious est également l'auteur du KO le plus rapide de l'histoire lors d'un combat de championnat en battant José Aldo en 13 secondes. Cette performance conclut une année parfaite qui lui vaut d'être désigné combattant de l'année 2015 par ESPN[138], par Fox Sports[139], par Combat Press[140], par MMAjunkie[141] ou encore par Sherdog[142].

Titres et bonus[modifier | modifier le code]

  • Cage Warriors Fighting Championship (CWFC)
    • Champion poids légers de la CWFC
    • Champion poids plumes de la CWFC
  • Ultimate Fighting Championship
    • Champion intérimaire des poids plumes du au
    • Champion des poids plumes du au
    • Champion des poids légers depuis le au
  • Bonus UFC
    • Combat de la soirée (2)
    • KO de la soirée (1)
    • Performance de la soirée (6)
    • Plus grand nombre de Performance de la soirée consécutivement (5)
    • Plus grand nombre de Bonus consécutivement (8)

Liste des combats professionnels[modifier | modifier le code]

MMA[modifier | modifier le code]

Tableau récapitulatif
25 combats 21 victoires 4 défaites
Par KO 18 0
Par soumission 1 4
Sur décision 2 0
Résultat Record Adversaire Méthode Événement Date Round Temps Lieu Notes
Défaite 21-4 Drapeau de la Russie Khabib Nurmagomedov Soumission (étranglement arrière) UFC 229: Khabib vs. McGregor 4 3:03 Las Vegas, Nevada, États-Unis Combat pour le titre en poids léger.

Victoire 21-3 Drapeau des États-Unis Eddie Alvarez TKO (coups de poing) UFC 205: Alvarez vs. McGregor 2 3:04 New York, New York, États-Unis Remporte le titre des poids légers de l'UFC.
Performance de la soirée.

Victoire 20-3 Drapeau des États-Unis Nate Diaz Décision majoritaire UFC 202: Diaz vs. McGregor II 5 5:00 Las Vegas, Nevada, États-Unis Combat en poids mi-moyen sans titre en jeu.
Combat de la soirée.

Défaite 19-3 Drapeau des États-Unis Nate Diaz Soumission (étranglement arrière) UFC 196: McGregor vs. Diaz 2 4:12 Las Vegas, Nevada, États-Unis Combat en poids mi-moyen sans titre en jeu.
Combat de la soirée.

Victoire 19-2 Drapeau du Brésil José Aldo KO (coup de poing) UFC 194: Aldo vs. McGregor 1 0:13 Las Vegas, Nevada, États-Unis Remporte le titre des poids plumes de l'UFC.
Performance de la soirée.

Victoire 18-2 Drapeau des États-Unis Chad Mendes TKO (coups de poing) UFC 189: Mendes vs. McGregor 2 4:57 Las Vegas, Nevada, États-Unis Remporte le titre intérimaire des poids plumes de l'UFC.
Performance de la soirée.

Victoire 17-2 Drapeau de l'Allemagne Dennis Siver TKO (coups de poing et coups de coude) UFC Fight Night: McGregor vs. Siver 2 1:54 Boston, Massachusetts, États-Unis Performance de la soirée.

Victoire 16-2 Drapeau des États-Unis Dustin Poirier TKO (coups de poing) UFC 178: Johnson vs. Cariaso 1 1:46 Las Vegas, Nevada, États-Unis Performance de la soirée.

Victoire 15-2 Drapeau du Brésil Diego Brandão TKO (coups de poing) UFC Fight Night: McGregor vs. Brandão 1 4:05 Dublin, Irlande Performance de la soirée.

Victoire 14-2 Drapeau des États-Unis Max Holloway Décision unanime UFC Fight Night: Shogun vs. Sonnen 3 5:00 Boston, Massachusetts, États-Unis
Victoire 13-2 Drapeau des États-Unis Marcus Brimage TKO (coups de poing) UFC on Fuel TV: Mousasi vs. Latifi 1 1:07 Stockholm, Suède KO de la soirée.

Victoire 12-2 Drapeau de la Slovaquie Ivan Buchinger KO (coup de poing) CWFC 51 1 3:40 Dublin, Irlande Remporte le titre des poids légers du CWFC.

Victoire 11-2 Drapeau de l'Angleterre Dave Hill Soumission (étranglement arrière) CWFC 47 2 4:10 Dublin, Irlande Remporte le titre des poids plumes du CWFC.

Victoire 10-2 Drapeau de l'Angleterre Steve O'Keefe KO (coups de coude) CWFC 45 1 1:33 Kentish Town, Angleterre
Victoire 9-2 Drapeau de la Norvège Aaron Jahnsen TKO (coups de poing) CWFC: Fight Night 2 1 3:29 Amman, Jordanie
Victoire 8-2 Drapeau de la Pologne Artur Sowinski TKO (coups de poing) Celtic Gladiator 2: Clash of the Giants 2 1:12 Portlaoise, Irlande
Victoire 7-2 Drapeau de l'Irlande du Nord (drapeau du Royaume-Uni) Paddy Doherty KO (poing) Immortal Fighting Championships 4 1 0:04 Donegal, Irlande
Victoire 6-2 Drapeau de l'Angleterre Mike Wood KO (coups de poing) Cage Contender 8: Fields vs. Redmond 1 0:16 Dublin, Irlande
Victoire 5-2 Drapeau de l'Irlande du Nord (drapeau du Royaume-Uni) Hugh Brady TKO (coups de poing) Chaos Fighting Championships 8 1 2:31 Derry, Irlande du Nord
Défaite 4-2 Drapeau de l'Irlande Joseph Duffy Soumission (étranglement bras-tête) CWFC 39: The Uprising 1 0:38 Cork, Irlande
Victoire 4-1 Drapeau de l'Irlande du Nord (drapeau du Royaume-Uni) Connor Dillon TKO (arrêt du coin) Chaos Fighting Championships 7 1 4:22 Derry, Irlande du Nord
Victoire 3-1 Drapeau de l'Irlande Stephen Bailey TKO (coups de poing) K.O.: The Fight Before Christmas 1 1:22 Dublin, Irlande
Défaite 2-1 Drapeau de la Lituanie Artemij Sitenkov Soumission (clé de genou) Cage of Truth 3 1 1:07 Dublin, Irlande
Victoire 2-0 Drapeau de l'Irlande Mo Taylor TKO (coups de poing) Cage Rage Contenders: Ireland vs. Belgium 1 NC Dublin, Irlande
Victoire 1-0 Drapeau de l'Irlande Gary Morris TKO (coups de poing) Cage of Truth 2 2 NC Dublin, Irlande

Boxe anglaise[modifier | modifier le code]

Tableau récapitulatif
1 combats 0 victoires 1 défaites
Avant la limite 0 1
Sur décision 0 0
Type de décision possible : KOTKO (KO technique) • UD (décision aux points unanime) • MD (décision aux points majoritaire) • SD (décision aux points partagée) • D (match nul) • NC (sans décision) • RTD (abandon)
Résultat Record Adversaire Type Round Date Lieu Notes
Défaite 0-1 Drapeau des États-Unis Floyd Mayweather, Jr. TKO 10 Drapeau : États-Unis Las Vegas, Nevada, États-Unis Money Belt WBC

Notes et références[modifier | modifier le code]

Citations originales[modifier | modifier le code]

  1. (en) « We're not here to take part. We're here to take over ».

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b La catégorie des poids plumes en MMA est réservée aux combattants entre 61,7 kg et 65,8 kg (de 136 à 145 livres), alors que la division plumes de boxe anglais est limitée à 57 kg.
  2. a et b La catégorie des poids légers en MMA est réservée aux combattants entre 66 kg et 70 kg (de 146 à 155 livres), alors que la division plumes de boxe anglais est limitée à 61,2 kg.
  3. Tom Egan s'incline contre l'Anglais John Mathaway dans la première reprise sous les coups de coup de son adversaire.

Références[modifier | modifier le code]

  • Jack Slack, Notorious : The Life and Fights of Conor McGregor, 2017
  1. a, b et c Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 2 et 3.
  2. Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 4 à 10.
  3. a, b et c Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 11 et 12.
  4. Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 13 et 14.
  5. Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 18 et 19.
  6. Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 22 à 24.
  7. a, b, c, d et e Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 27 et 28.
  8. a et b Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 28 et 29.
  9. Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 30 et 31.
  10. a et b Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 33 à 37.
  11. Slack 2017, « 2. A Bum No Longer », p. 29.
  12. a, b, c, d, e, f, g et h Slack 2017, « 2. A Bum No Longer », p. 34 à 36.
  13. a, b, c et d Slack 2017, « 2. A Bum No Longer », p. 37 à 39.
  14. a, b, c, d et e Slack 2017, « 2. A Bum No Longer », p. 40 à 42.
  15. a et b Slack 2017, « 2. A Bum No Longer », p. 42 et 43.
  16. Slack 2017, « 1. Straight Blast Gym », p. 14 à 18.
  • Autres
  1. Aude Lasjaunias (Las Vegas (Nevada), envoyée spéciale), « Boxe : Mayweather bat McGregor, la victoire de la raison sur la passion », lemonde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  2. [PDF] (en) « Résultats UFC 178 », sur Nevada Athletic State Commission (consulté le 28 avril 2015).
  3. (en) Martin Domin, « McGregor revelling in hype as Irish star hunts second UFC victory in Boston », Dailymail, (consulté le 15 août 2017).
  4. (en) Wright Thompson, « Crossing Crumlin Road : Long after he escaped Dublin, Conor McGregor still rebels against its psychic barriers. Small wonder he's crazy enough to box Floyd Mayweather », ESPN The Magazine Fighting Issue, (consulté le 13 août 2017).
  5. a et b (en) Gareth A Davies, « 'He is a mummy's boy - though he'd kill me for saying it' : As Conor McGregor prepares for the fight of his life against Floyd Mayweather, Gareth A Davies discovers the inside story of Crumlin warrior’s rise », sur independent.ie, (consulté le 29 mai 2018).
  6. (en) George Gigney, « The secret behind Conor McGregor’s striking skills », sur boxingnewsonline.net, (consulté le 15 août 2017).
  7. (en) Ewan MacKenna, « U Might Not Know Him Yet », sur irishexaminer.com, (consulté le 29 mai 2018).
  8. (en) Donald McRae, « UFC’s Conor McGregor: ‘I pinch myself because I am surrounded by luxury but it is built on sacrifice’ », The Guardian, (consulté le 13 août 2017).
  9. (en) Oliver Harvey, « Conor McGregor’s journey from plumber’s apprentice to £78m mega-fight against legend Floyd Mayweather in just four years », The Sun, (consulté le 13 août 2017).
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) [vidéo] Conor McGregor: Notorious, 90 minutes, 2017.
  11. a et b (en) John Kavanagh, Win or Learn : MMA, Conor McGregor and Me: A Trainer's Journey, Penguin UK, , 240 p. (ISBN 9780241977675, lire en ligne), « chapitre 5 », p. 51 et 52.
  12. a, b et c (en) L. Jon Wertheim, « Straight Outta Dublin : Trash Talk, Brash Predictions and a Series of Resounding Wins Have Conor McGregor the UFC's Latest Star, But The Fighting Pride of Ireland Still Wants More », Sports Illustrated, vol. 124, no 8,‎ , p. 30 à 35 (lire en ligne).
  13. « UFC on FUEL TV 9 ‘Gustafsson vs. Mousasi': La carte des combats », sur MMA Nouvelles, (consulté le 15 juillet 2015).
  14. a et b (en) Damon Martin, « Conor McGregor After Blistering Debut: 'This Is Only the Beginning for Me' », Bleacher Report, .
  15. « UFC on FUEL TV 9: Les Bonus, 60K$ », sur MMA Nouvelles, (consulté le 15 juillet 2015).
  16. (en) Fergus Ryan, « Irish MMA fighter Conor McGregor becomes a superstar overnight with first UFC bout », sur independent.ie, .
  17. a et b (en) Ken Pishna, « UFC Victory Under His Belt, Popular Irishman Conor McGregor is Now Shipping Up to Boston », sur Yahoo! Sports, .
  18. a, b, c et d (en) Franklin McNeil, « Conor McGregor keeps UFC record intact in Boston », The Irish Times, .
  19. (en) Damon Martin, « The Blueprint: Conor McGregor Gains Recovery Secrets from Georges St-Pierre », Bleacher Report, .
  20. (en) Franklin McNeil, « Conor McGregor out with torn ACL », ESPN, .
  21. (en) Carl O'Malley, « Conor McGregor ready to back up the talk against Brandao », The Irish Times, .
  22. (en) Fergus Ryan, « Conor McGregor comes out fighting for his return to MMA », sur independent.ie, .
  23. [vidéo] (en) Fergus Ryan, « Countdown to Fight Night Dublin: McGregor vs. Brandao », UFC, .
  24. a, b et c (en) Brett Okamoto, « Conor McGregor: Admitted fight addict », ESPN, .
  25. (en) Brett Okamoto, « McGregor stops Brandao in first round », ESPN, .
  26. (en) Elaine McCahill, « Top 10 quotes from Irish superstar Conor McGregor », Fox Sports, .
  27. (en) Brett Okamoto, « McGregor to fight Poirier in Las Vegas », ESPN, .
  28. a et b (en) Elaine McCahill, « Fans paint Vegas green as McGregor knocks out Poirier », sur independent.ie, .
  29. a et b (en) Brett Okamoto, « Alvarez beaten on debut as McGregor hype rolls on », ESPN, .
  30. (en) Shaun Al-Shatti, « Conor McGregor considered pulling out of UFC 178 because of torn thumb ligaments », MMA Fighting, .
  31. a, b et c (en) Elias Cepeda, « Conor McGregor wins with controversial KO at UFC 178 », Yahoo!, .
  32. a et b (en) Mike Foss, « Conor McGregor destroyed Dennis Siver and jumped the cage to challenge his next opponent », For The Win - USA Today, .
  33. a, b, c et d (en) Ronan Keenan, « UFC: Conor McGregor ‘terminates’ Dennis Siver », The Irish Times, .
  34. (en) Brett Okamoto, « Conor McGregor mauls Dennis Siver », ESPN, .
  35. (en) Damon Martin, « Jose Aldo vs. Conor McGregor likely for UFC 187 on May 23 in Las Vegas », sur FOX Sports, (consulté le 26 février 2015).
  36. (en) Thomas Gerbasi, « Aldo-McGregor Set for International Fight Week in July », sur UFC.com, (consulté le 26 février 2015).
  37. (en) « Champ Jose Aldo injured, questionable for UFC 189 bout with Conor McGregor », sur MMAjunkie, (consulté le 1er juillet 2015).
  38. (en) Matt Erickson, « Jose Aldo still on at UFC 189 – but Conor McGregor-Chad Mendes contingency in place », sur MMAjunkie, (consulté le 1er juillet 2015).
  39. (en) Matt Erickson, « Jose Aldo out of UFC 189; Chad Mendes meets Conor McGregor for interim belt », sur MMAjunkie, (consulté le 1er juillet 2015).
  40. (en) Erik Fontanez, « UFC 189 Results: Conor McGregor TKOs Chad Mendes in the 2nd », sur MMAWeekly, (consulté le 15 juillet 2015).
  41. (en) Matt Erickson, « UFC 189 bonuses: 'Fight of the Night'? It's Dana White's 'Fight of the … Ever' », sur MMAjunkie, (consulté le 15 juillet 2015).
  42. (en) Ken Pishna, « TUF 22 Coaches Conor McGregor and Urijah Faber Lead Europeans vs. Americans », sur MMAWeekly, (consulté le 15 juillet 2015).
  43. (en) Mike Bohn, « Jose Aldo vs. Conor McGregor title unification bout set for Dec. 12 in Las Vegas », sur MMAjunkie, (consulté le 12 août 2015).
  44. (en) UFC, « UFC 194 Embedded: Vlog Series - Episode 5 » [vidéo], Youtube, .
  45. (en) Matt Erickson, « UFC 194 results: Conor McGregor KOs Jose Aldo in just 13 seconds to win 145 title », sur MMAjunkie, (consulté le 14 décembre 2015).
  46. (en) « UFC 194 bonuses: Conor McGregor's record-breaking KO worth an extra $50,000 », sur MMAjunkie, (consulté le 14 décembre 2015).
  47. (en) Tristen Critchfield, « Conor McGregor Wants UFC Lightweight Title, Has No Plans to Vacate 145-Pound Strap », sur sherdog.com, (consulté le 8 janvier 2016).
  48. (en) « Report: Rafael dos Anjos-Conor McGregor, Holly Holm-Miesha Tate for UFC 196, Las Vegas », sur MMAjunkie, (consulté le 8 janvier 2016).
  49. (en) « Rafael dos Anjos out of UFC 196 main event vs. Conor McGregor », Fox Sports, (consulté le 14 août 2017).
  50. (en) Matt Erickson, « Rafael dos Anjos out of Conor McGregor fight at UFC 196 with broken foot (Updated) », sur MMAjunkie, (consulté le 25 février 2016).
  51. (en) « Nate Diaz gets the call, faces Conor McGregor in new UFC 196 main event », Fox Sports, (consulté le 14 août 2017).
  52. (en) Mike Bohn, « UFC 196: Conor McGregor vs. Nate Diaz – Not History, But Lots of Hate », Rolling Stone, (consulté le 14 août 2017).
  53. (en) Brent Brookhouse, John Morgan, « With Rafael dos Anjos out of UFC 196, Nate Diaz gets call to face Conor McGregor », sur MMAjunkie, (consulté le 25 février 2016).
  54. a et b (en) « Conor McGregor suffers shock defeat to Nate Diaz », Eurosport, (consulté le 14 août 2017).
  55. « UFC 196 : Nate Diaz défait Conor McGregor par soumission », sur RDS.ca, (consulté le 17 août 2016).
  56. (en) Chuck Mindenhall, « Rematch between Conor McGregor and Nate Diaz official for UFC 200 », sur MMA Fighting, (consulté le 18 août 2016).
  57. (en) Mookie Alexander, « Dana White announces Conor McGregor's removal from UFC 200 main event », sur Bloody Elbow, (consulté le 18 août 2016).
  58. (en) « Conor McGregor confirms he's not retired in statement blasting UFC », sur The Guardian, (consulté le 18 août 2016).
  59. (en) Tristen Critchfield, « Nate Diaz-Conor McGregor Rematch Official for UFC 202 on Aug. 20 », sur Sherdog, (consulté le 18 août 2016).
  60. « Conor McGregor a battu Nate Diaz par décision majoritaire à l'UFC 202 », sur RDS.ca, (consulté le 23 août 2016).
  61. (en) Jed Meshew, « EMorning Report: Dana White says Conor McGregor won't be stripped of title », sur MMA Fighting, (consulté le 27 septembre 2016).
  62. a et b (en) Mike Bohn, « Eddie Alvarez to defend lightweight belt vs. Conor McGregor at UFC 205 in New York », sur MMAjunkie, (consulté le 27 septembre 2016).
  63. « Conor McGregor abandonne l'une de ses ceintures », sur Le Journal de Montréal, (consulté le 27 novembre 2016).
  64. (en) Mike Bohn, « Eddie Alvarez to defend lightweight belt vs. Conor McGregor at UFC 205 in New York », sur MMAjunkie, (consulté le 15 août 2017).
  65. (en) Martin Rogers, « UFC champion Conor McGregor issued California boxing license », USA Today, (consulté le 15 août 2017).
  66. Maxime Malet, « Conor McGregor défiera bien Floyd Mayweather dans un combat qui va générer des sommes colossales », L'Équipe, (consulté le 13 août 2017).
  67. « Comment le combat à un milliard de dollars entre Conor Mcgregor et Floyd Mayweather a-t-il été rendu possible ? », L'Équipe, (consulté le 13 août 2017).
  68. [vidéo] « McGregor - Mayweather, un véritable combat ou une farce ? », L'Équipe, (consulté le 13 août 2017).
  69. « Mayweather vs McGregor : la lutte du cash », Libération, (consulté le 13 août 2017).
  70. (en) Bryan Armen Graham, « 'Las Vegas is Ireland now': Conor McGregor fans invade the Strip », The Guardian, (consulté le 27 août 2017).
  71. a, b et c (en) Ben Baskin, « After Months of Hype, Mayweather and McGregor Deliver a Boxing Spectacle », Sports Illustrated, (consulté le 27 août 2017).
  72. a, b, c et d (en) Dan Rafael, « Floyd Mayweather defeats Conor McGregor by TKO in 10th round », ESPN, (consulté le 27 août 2017).
  73. a, b, c et d Y.S., « Floyd Mayweather domine Conor McGregor par k.-o. technique », L'Équipe, (consulté le 27 août 2017).
  74. a, b et c (en) John Eligon et Victor Mather, « Mayweather vs. McGregor: Highlights From Every Round », The New York Times, (consulté le 27 août 2017).
  75. AFP, « Boxe : le favori Mayweather l’emporte sur McGregor en dix rounds », Le Monde, (consulté le 27 août 2017).
  76. Laurent Favre, « Voyage (d'affaire) au bout de la nuit », Le Temps, (consulté le 27 août 2017).
  77. Jean-Moise Dubourg, « Floyd Mayweather vient à bout de Conor McGregor à la 10e reprise », Eurosport, (consulté le 27 août 2017).
  78. AFP, « Conor McGregor n'exclut pas de continuer à boxer », Eurosport, (consulté le 27 août 2017).
  79. (en) Mark Kriegel, « The downfall of Conor McGregor », sur ESPN.com, (consulté en =29 mai 2018).
  80. a et b « MMA : Coup de sang de Conor McGregor à New York », sur lemonde.fr, (consulté le 29 mai 2018).
  81. a et b (en) Daniel Victor, « Conor McGregor Is Charged With Assault Before UFC 223 », sur nytimes.com, (consulté le 29 mai 2018).
  82. (en) Brett Okamoto, « Conor McGregor throws objects at bus transporting UFC 223 fighters », sur espn.com, (consulté le 29 mai 2018).
  83. AFP, « MMA : Conor McGregor inculpé à New York pour agression », sur leparisien.fr, (consulté le 29 mai 2018).
  84. (en) PA et Reuters, « Conor McGregor released on $50,000 bail after appearing in New York court », sur irishtimes.com, (consulté le 29 mai 2018).
  85. a, b et c (en) Brett Okamoto, « Conor McGregor to fight Khabib Nurmagomedov on Oct. 6 in long-awaited MMA return », sur espn.com, (consulté le 4 août 2018).
  86. (en) Brett Okamoto, « UFC 229 Cheat Sheet: Khabib Nurmagomedov vs. Conor McGregor », sur espn.com, (consulté le 7 octobre 2018).
  87. a, b et c Jérôme Guillas, « Conor McGregor battu par Khabib Nurmagomedov pour la ceinture des légers », sur lequipe.fr, (consulté le 7 octobre 2018).
  88. (en) Kirk A. Bado, « Conor McGregor: 'Looking forward to the rematch' », USA Today, (consulté le 7 octobre 2018).
  89. (en) Brett Okamoto, « Postfight brawl ensues after Khabib Nurmagomedov submits Conor McGregor », sur espn.com, (consulté le 7 octobre 2018).
  90. (en) Ciara Sammon, « When VIP met Conor McGregor and girlfriend Dee! », VIP, (consulté le 14 août 2017).
  91. (en) Ailbhe Jordan, « Dee Devlin and Conor McGregor's relationship timeline : From plumbing to pregnancy - the story of Ireland's top couple », Irish Mirror, (consulté le 14 août 2017).
  92. a et b (en) Alastair Campbell, « Conor McGregor: 'I am going for multi-multi-millions' », GQ, (consulté le 14 août 2017).
  93. (en) James Ward, « Conor McGregor and Dee Devlin welcome baby boy into the world », Irish Mirror, (consulté le 14 août 2017).
  94. « Conor McGregor : A peine né, le bébé du combattant UFC casse déjà la baraque ! », Pure People, (consulté le 14 août 2017).
  95. (en) Justin Bank et Lisa Iaboni, « Conor McGregor’s Baby Suits Up in Custom Threads Ahead of Fight », The New York Times, (consulté le 29 mai 2018).
  96. (en) Jason Gay, « UFC Star Conor McGregor Says He’s Lost His Mind », The Wall Street Journal, (consulté le 14 août 2017).
  97. a, b, c et d (en) Tom Sheen, « Conor McGregor’s tattoos: What do they mean and how many does UFC superstar have? », The Sun, (consulté le 15 août 2017).
  98. (en) Nick Schwartz, « A history of Conor McGregor’s remarkable tattoos », Fox Sports, (consulté le 15 août 2017).
  99. (en) Claire Healy, « Conor McGregor reveals new tattoo addition to growing collection », Irish Mirror, (consulté le 15 août 2017).
  100. (en) Darren Heitner, « Cocky, Confident Conor McGregor Is Perfect For The UFC », Forbes, (consulté le 14 août 2017).
  101. a, b et c (en) Phil Murphy, « Who is Conor McGregor? », ESPN, (consulté le 14 août 2017).
  102. (en) Damon Martin, « Conor McGregor on Sinead O’Connor at UFC 189: ‘The show must be a spectacle’ », Fox Sports, (consulté le 14 août 2017).
  103. (en) Michael Martinez, « Conor McGregor Will Intimidate, Infuriate, Dominate. All At Once. », UFC, (consulté le 14 août 2017).
  104. (en) Connor Boyd, « Conor McGregor promised fans he will KO Floyd Mayweather inside two rounds and ‘Mystic Mac’ has predicted the exact outcome of his fights five times before... », Dailymail, (consulté le 29 juin 2018).
  105. (en) Eamon Donoghue, « Conor McGregor arrives late to press conference then trades bottles with Nate Diaz », sur irishtimes.com, (consulté le 2 juin 2018).
  106. (en) Mikael McKenzie, « Conor McGregor STORMS octagon and PUNCHES official in wild rampage », sur express.co.uk, (consulté le 2 juin 2018).
  107. (en) Jack Slack, « Conor McGregor is the Future of Mixed Martial Arts », Vice, (consulté le 14 août 2017).
  108. a et b (en) Connor Ruebusch, « Judo Chop: The Striking of Conor McGregor », SB Nation, (consulté le 15 août 2017).
  109. (en) Sam Blum, « Conor McGregor's movement method: the missing link in MMA? », The Guardian, (consulté le 14 août 2017).
  110. (en) UFC, « UFC 194 Embedded: Vlog Series - Episode 1 » [vidéo], Youtube, .
  111. (en) UFC, « UFC 194 Embedded: Vlog Series - Episode 2 » [vidéo], Youtube, .
  112. a et b (en) Alex Watt, « The cult of Conor McGregor: Why it's time to give 'The Notorious' Irish fighter a UFC title shot », Mirror, (consulté le 14 août 2017).
  113. (en) Martin Rogers, « Where does Conor McGregor go to train — and chill? Iceland, of course », USA Today, (consulté le 15 août 2017).
  114. (en) Matthew Dunn, « The UFC 189 World Tour is Dana White’s most expensive gamble ever », sur news.com.au, (consulté le 15 novembre 2016).
  115. (en) Troy Machir, « Conor McGregor stole Jose Aldo's belt at UFC press conference in Dublin », sur sportingnews.com, (consulté le 29 mai 2018).
  116. (en) James Dielhenn, « UFC 189: Conor McGregor steals belt off Jose Aldo during final tour stop in Dublin », sur skysports.com, (consulté le 29 mai 2018).
  117. (en) Gareth A Davies, « UFC: Belt stealer Conor McGregor and champion Jose Aldo star in global tour with Dana White », (consulté le 29 mai 2018).
  118. (en) Brett Okamoto, « Floyd Mayweather, Conor McGregor trade insults as media tour begins », ESPN, (consulté le 15 août 2017).
  119. (en) Lorenzo Reyes, « Floyd Mayweather-Conor McGregor theatrics keep escalating at third promotional stop », USA Today, (consulté le 15 août 2017).
  120. « Floyd Mayweather : «McGregor est un lâche et un escroc» », L'Équipe, (consulté le 15 août 2017).
  121. (en) Luke Reilly, « Conor McGregor Joins Ronda Rousey on EA Sports UFC 2 Cover », IGN, (consulté le 15 août 2017).
  122. (en) Allegra Frank, « Watch Conan O'Brien's MMA debut against Conor McGregor in UFC 2 », sur polygon.com, (consulté le 15 août 2017).
  123. [vidéo] (en) TheMacLife productions, « Conor McGregor vs The Mountain (Game of Thrones) », Youtube, (consulté le 16 août 2017).
  124. (en) Michael Cogley, « Should Conor McGregor be the face of the €1 coin? Leinster House debate on proposal », sur independent.ie, (consulté le 15 août 2017).
  125. (en) Scott Rafferty, « Conor McGregor Loses Bid to be Featured on Euro Coin », Rolling Stone, (consulté le 15 août 2017).
  126. (en) Mike Bohn, « Conor McGregor on Being in 'Call of Duty: Infinite Warfare': 'I Do Big Things' », Rolling Stone, (consulté le 14 août 2017).
  127. a et b Chrystelle Bonnet, « Conor le barbare », L'Équipe, (consulté le 14 août 2017).
  128. « Conor McGregor aura droit à son film », L'Équipe, (consulté le 13 août 2017).
  129. (en) Arnold Schwarzenegger, « Conor McGregor », Time, (consulté le 15 août 2017).
  130. (en) Natalie Robehmed et Madeline Berg, « Forbes 30 Under 30 Europe - Entertainement : Attracting fame and followers on the court and silver screen », Forbes, (consulté le 29 mai 2018).
  131. « UFC Fight Night 59 ‘McGregor vs. Silver’: L’événement fracasse des records de cotes d’écoute », sur MMA Nouvelles, (consulté le 15 novembre 2016).
  132. (en) « UFC Fight Night 59: McGregor VS. Siver Gate and Attendance », sur mmaweekly.com/, (consulté le 15 novembre 2016).
  133. (en) Dave Meltzer, « UFC Blue Book PPV », sur MMApayout, (consulté le 15 novembre 2016).
  134. a et b (en) Darren Rovell, « How much money will Mayweather-McGregor make? », ESPN, (consulté le 15 août 2017).
  135. a, b, c, d, e et f (en) Matt Connolly, « Conor McGregor Making Forbes' Highest-Paid Athletes List A Rags To Riches Tale For Fighter And UFC », Forbes, (consulté le 15 août 2017).
  136. a et b (en) Declan Whooley, « Conor McGregor set to return home for Christmas to luxurious €2m mansion », sur independent.ie, (consulté le 2 juin 2018).
  137. a et b (en) « Conor McGregor », Forbes, (consulté le 15 août 2017).
  138. (en) Brett Okamoto, « Fighter of the year: Conor McGregor hands down », ESPN, (consulté le 15 août 2016).
  139. (en) « There’s no debate, Conor McGregor is the 2015 ‘Fighter of the Year’ », sur Fox Sports, (consulté le 15 août 2016).
  140. (en) Vince Carey, « Combat Press 2015 MMA Awards: Fighter of the Year – Conor McGregor », sur combatpress.com, (consulté le 15 août 2016).
  141. (en) Mike Bohn, « 2015 MMAjunkie Awards: Male Fighter of the Year – Conor McGregor », sur mmajunkie.com, (consulté le 15 août 2016).
  142. (en) Eric Stanton, « Sherdog.com's 2015 Fighter of the Year: McGregor », sur sherdog.com, (consulté le 15 août 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Jack Slack, Notorious : The Life and Fights of Conor McGregor, John Blake Publishing Ltd, , 279 p. (ISBN 978-1786064066). 

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Conor McGregor: Notorious, film biographique de 90 minutes produit par Conor McGregor Sports & Entertainment, GP Money Productions, Motive Television et Paradigm Sports Management, réalisé par Gavin Fitzgerald, distribué par Universal Studios, sorti le , (ASIN B01KK40RQW).
  • (en) Notorious, documentaire en six épisodes produit par RTE et FOX Sports, (ASIN B00YUHPMFC).
  • (en) UFC 178 Embedded: Vlog Series, produit par l'UFC, six épisodes.
  • (en) UFC Fight Night Boston: Embedded Vlog, produit par l'UFC, cinq épisodes.
  • (en) UFC 189 World Championship Tour Embedded, produit par l'UFC, dix épisodes.
  • (en) UFC 189 Embedded: Vlog Series, produit par l'UFC, neuf épisodes.
  • (en) UFC 194 Embedded: Vlog Series, produit par l'UFC, six épisodes.
  • (en) UFC 196 Embedded: Vlog Series, produit par l'UFC, cinq épisodes.
  • (en) UFC 202 Embedded: Vlog Series, produit par l'UFC, six épisodes.
  • (en) UFC 205 Embedded: Vlog Series, produit par l'UFC, six épisodes.
  • (en) All Access - Mayweather vs. McGregor, saison 21 de la série All Access produite par Showtime, quatre épisodes diffusés du 28 juillet au 21 août 2017.
  • (en) UFC 229 Embedded: Vlog Series, produit par l'UFC.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 2 juillet 2018 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 2 juillet 2018 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.