Connecteur logique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un connecteur logique (ou opérateur logique) est, en logique et en linguistique, un symbole ou un mot établissant une liaison entre deux énoncés.

Linguistique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En grammaire, les connecteurs logiques sont des morphèmes (adverbes, conjonctions de coordination ou de subordination, parfois même interjections), qui établissent une liaison entre deux énoncés, voire entre un énoncé et une énonciation. Dans la langue parlée, on les appelle aussi marqueurs discursifs, marqueurs pragmatiques, mots du discours, particules (discursives, énonciatives). Ces marqueurs ont fat l'objet de plusieurs travaux de recherche, notamment sur leur typologie. Degand et Sanders[1] mentionnent ainsi les marqueurs discursifs globaux qui jouent une fonction structurationnelle et et organisationnelle : les marqueurs métadiscursifs réfèrent explicitement à l'organisation du discours (en résumé, pour conclure, mon objectif est, etc.) ; les marqueurs de digression signalent l'introduction d'un nouveau topique ou renvoient à un topique suivant ; les marqueurs de segmentation forment un système linguistique et paralinguistique comme la ponctuation, certains connecteurs adverbiaux et expressions référentielles[2].

Ils regroupent des connecteurs logiques et des connecteurs argumentatifs comme « mais », c'est-à-dire des mots qui, en plus de leur rôle de jonction, insèrent les énoncés reliant dans un cadre argumentatif. L'étude des connecteurs intègre ainsi les perspectives de la grammaire de texte (soucieuse de la cohésion du texte) et celle de la pragmatique (intéressé par l'orientation argumentative des énoncés et la relation d'interlocution).

Leur rôle est de rendre un texte plus fluide et de mieux l'organiser.

L'absence de connecteur entre deux énoncés est en soi une forme de jonction.

On peut citer les connecteurs suivants :

Addition et  /  de plus  /  puis  /  en outre  /  non seulement ... mais encore  /  de surcroît  /  ainsi que  /  également  /  tout en...
Alternative ou  /  soit ... soit  /  tantôt ... tantôt  /  ou ... ou  /  ou bien  /  seulement ... mais encore  /  l'un ... l'autre  /  d'un côté ... de l'autre  /  d'une part... d'autre part
But afin que  /  pour que  /  de peur que  /  en vue que  /  de façon que
Cause car  /  pour,en effet  /  effectivement  /  comme  /  par  /  parce que  /  puisque  /  attendu que  /  vu que  /  étant donné que  /  grâce à  /  à cause de  /  par suite de  /  eu égard à  /  en raison de  /  du fait que  /  dans la mesure où  /  sous prétexte que  /  compte tenu de
Comparaison comme  /  de même que  /  ainsi que  /  autant que  /  aussi ... que  /  si ... que  /  de la même façon que  /  semblablement  /  pareillement  /  plus que  /  moins que  /  non moins que  /  selon que  /  suivant que  /  comme si
Concession malgré  /  en dépit de  /  quoique  /  bien que  /  alors que  /  même si  /  ce n'est pas que  /  certes  /  bien sûr  /  évidemment  /  il est vrai que  /  toutefois
Conclusion en conclusion  /  pour conclure  /  en guise de conclusion  /  en somme  /  bref  /  ainsi  /  donc  /  en résumé  /  en un mot  /  par conséquent  /  finalement  /  enfin  /  en définitive
Condition, supposition si  /  au cas où  /  à condition que  /  pourvu que  /  à moins que  /  en admettant que  /  pour peu que  /  à supposer que  /  en supposant que  /  dans l'hypothèse où  /  dans le cas où  /  probablement  /  sans doute  /  apparemment
Conséquence donc  /  aussi  /  partant  /  alors  /  ainsi  /  ainsi donc  /  par conséquent  /  de ce fait  /  de si bien que  /  d'où  /  en conséquence  /  conséquemment  /  par suite  /  c'est pourquoi  /  de sorte que  /  en sorte que  /  de façon que  /  de manière que  /  si bien que  /  tant et si bien que
Classification, énumération d'abord  /  tout d'abord  /  de prime abord  /  en premier lieu  /  premièrement  /  en deuxième lieu  /  en second lieu  /  deuxièmement  /  après  /  ensuite  /  de plus  /  quant à  /  en troisième lieu  /  puis  /  en dernier lieu  /  pour conclure  /  enfin
Explication savoir  /  à savoir  /  c'est-à-dire  /  soit...
Illustration par exemple  /  comme ainsi  /  c'est ainsi que  /  c'est le cas de  /  notamment  /  entre autres  /  en particulier  /  à l'image de  /  comme l'illustre  /  comme le souligne  /  tel que
Justification car  /  c'est-à-dire  /  en effet  /  parce que  /  puisque  /  de sorte que  /  ainsi  /  c'est ainsi que  /  non seulement ... mais encore  /  du fait de
Opposition mais  /  cependant  /  or  /  en revanche  /  alors que  /  pourtant  /  par contre  /  tandis que  /  néanmoins  /  au contraire  /  pour sa part  /  d'un autre côté  /  en dépit de  /  malgré  /  nonobstant  /  au lieu de  /  d'une part...d'autre part
Restriction cependant  /  toutefois  /  néanmoins  /  pourtant  /  mis à part  /  ne ... que  /  en dehors de  /  hormis  /  à défaut de  /  excepté  /  sauf  /  uniquement  /  simplement
Exclusion hors que  /  sauf que  /  excepté que.
Temps quand  /  lorsque  /  avant que  /  après que  /  alors que  /  dès lors que  /  depuis que  /  tandis que  /  en même temps que  /  pendant que  /  au moment où

Logique formelle[modifier | modifier le code]

Comme dans toute approche logique, il faut distinguer un aspect syntaxique et un aspect sémantique.

Syntaxe[modifier | modifier le code]

D'un point de vue syntaxique, les connecteurs sont des opérateurs dans un langage formel pour lesquels un certain nombre de règles définissent leur usage[3], au besoin complétées par une sémantique.

Sémantique[modifier | modifier le code]

Logique classique[modifier | modifier le code]

Si l'on se place dans la logique classique, c'est-à-dire dans une logique où l'interprétation des variables se fait dans les booléens ou dans une extension multivalente de celle-ci, une logique p-valente possède connecteurs n-aires.

Table des connecteurs logiques. (organisés par valeur de vérité)
Connecteurs logiques organisés en un diagramme de Hasse.

Dans le cas de la logique bivalente classique le tableau suivant recense les seize fonctions booléennes associées aux entrées P et Q.

Fonction booléenne Notation Formules équivalentes Table de vérité Diagramme de Venn
Proposition P P
  Q
0 1
P 0   0 0
1   1 1
Venn0101.svg
Proposition Q Q
  Q
0 1
P 0   0 1
1   0 1
Venn0011.svg
Négation de P ¬P
~P
  Q
0 1
P 0   1 1
1   0 0
Venn1010.svg
Négation de Q ¬Q
~Q
  Q
0 1
P 0   1 0
1   1 0
Venn1100.svg
Disjonction
(OU)
P Q
P  Q
P OR Q
P ¬Q
¬PQ
¬P ↑ ¬Q
  Q
0 1
P 0   0 1
1   1 1
Venn0111.svg
Conjonction
(ET)
P Q
P & Q
P · Q
P AND Q
P ¬Q
¬P Q
¬P ¬Q
  Q
0 1
P 0   0 0
1   0 1
Venn0001.svg
Disjonction réciproque
(NON-OU)
PQ
P NOR Q
P ¬Q
¬P Q
¬P ¬Q
  Q
0 1
P 0   1 0
1   0 0
Venn1000.svg
NON-ET PQ
P | Q
P NAND Q
P → ¬Q
¬PQ
¬P ¬Q
  Q
0 1
P 0   1 1
1   1 0
Venn1110.svg
Contradiction FALSE P ¬P
  Q
0 1
P 0   0 0
1   0 0
Venn0000.svg
Tautologie TRUE P ¬P
  Q
0 1
P 0   1 1
1   1 1
Venn1111.svg
Implication PQ
P Q
P ↑ ¬Q
¬P Q
¬P ← ¬Q
  Q
0 1
P 0   1 1
1   0 1
Venn1011.svg
Implication réciproque P Q
P Q
P ¬Q
¬PQ
¬P → ¬Q
  Q
0 1
P 0   1 0
1   1 1
Venn1101.svg
Non-implication P Q
P Q
P ¬Q
¬PQ
¬P ¬Q
  Q
0 1
P 0   0 0
1   1 0
Venn0100.svg
Non-implication réciproque P Q
P Q
P ↓ ¬Q
¬P Q
¬P ¬Q
  Q
0 1
P 0   0 1
1   0 0
Venn0010.svg
Équivalence P Q
PQ
P Q
P XNOR Q
P IFF Q
P ¬Q
¬P Q
¬P ¬Q
  Q
0 1
P 0   1 0
1   0 1
Venn1001.svg
Disjonction exclusive
(OU exclusif)
P Q
P Q
P Q
P XOR Q
P ¬Q
¬P Q
¬P ¬Q
  Q
0 1
P 0   0 1
1   1 0
Venn0110.svg

Logiques non classiques[modifier | modifier le code]

Logique intuitionniste[modifier | modifier le code]
Article détaillé : sémantique de Kripke.

Une sémantique possible de la logique intuitionniste se fait dans les modèles de Kripke. Dans ce cadre la sémantique d'un connecteur est donnée en expliquant comment la valuation d'une formule dont le principal conecteur est donnée dépend des valuations des composants de la formule. Comme exemple, supposons que la formule est . Alors si pour tout monde tel que on a implique alors par définition .

Logiques modales[modifier | modifier le code]

Il faut dans ce cadre exliquer comment les connecteurs se comportent vis à vis des modalités.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) L. Degand et T. Sanders, « The impact of relational markers on expository text comprehension in l1 and l2 », Reading and Writing, vol. 7-8, no 15,‎ , p. 739–758.
  2. Peter Bluementhal, Iva Novakova, Dirk Siepmann, Les émotions dans le discours, Peter Lang, , p. 357.
  3. Par exemple la règle de tiers ecxclu est ou non satisfaite.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]