Conjuration de Catilina (Salluste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Première page de l'exemplaire destiné au pape
Léon X d'une édition du De Catilinae coniuratione de Salluste datant de la Renaissance conservé à la Bibliothèque du Vatican

La Conjuration de Catilina (en latin, De Catilinae coniuratione) est le récit par Salluste en 43 av. J.-C.[1] de la conjuration de Catilina, un évènement politique éponyme. Ce complot a été réalisé par Catilina pour la prise du pouvoir de Rome ; il est dénoncé par Cicéron en 63 av. J.-C..

Date de rédaction[modifier | modifier le code]

Salluste publie son ouvrage historique en 43-42 av. J.-C., après s'être retiré de la vie politique à la suite de l'assassinat de Jules César, dont il était un partisan. Salluste avait vingt-trois ans au moment de la conjuration, et fit ensuite carrière dans la mouvance démocratique des populares sans jamais jouer un rôle de premier plan. Vingt ans plus tard, il écrit ce qui est son premier ouvrage d'histoire avec une certaine impartialité, et analyse en préambule les causes historiques de cette crise de la République. Il reconnaît les mérites de Cicéron, qu'il détestait pourtant, et de Caton, et dédouane César de toute participation au complot[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Salluste, La conjuration de Catilina, traduction d'Alfred Ernout, Les Belles Lettres, Paris, 1962

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Hubert Zehnacker et Jean-Claude Fredouille, Littérature latine, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », (ISBN 2-13-055211-0, notice BnF no FRBNF40036597)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Zehnacker et Fredouille 2005, p. 123.
  2. L'affaire Catilina, La conjuration de Catilina et les Catilinaires, traduction et commentaires de Germaine Roussel, 10-8, 1964, pp. 21-22