Congrès national (Soudan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Congrès national.

Congrès national
(ar) المؤتمر الوطني
Présentation
Fondation 1992
Disparition 2019
Siège Khartoum
Religion Sunnisme
Idéologie Islamisme
Nationalisme arabe
Salafisme
Conservatisme social
Affiliation internationale Frères musulmans
Couleurs Vert
Site web www.ncp.sd/index.php?lang=enVoir et modifier les données sur Wikidata

Le Congrès national (المؤتمر الوطني, transcrit al-Mo'tamar al-Watany ; en anglais National Congress Party - NCP) est un parti politique soudanais fondé en 1992 par des anciens membres du Front national islamique. Au niveau international, il est lié à la confrérie des Frères musulmans.

Le Congrès national jouit d'un large soutient au nord du pays. Certains de ses membres ont été élus à la tête de l'Ordre des avocats et de la plupart des organisations faîtières d'agriculteurs du nord du Soudan. Le parti est représenté au sud via l'inclusion des membres du Congrès national du sud au gouvernement. La section sud du parti était dirigée par l'ancien vice-président Moses Machar et Riek Gai Kok.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Congrès national est fondé en 1992. En 2000, une faction dissidente, le Congrès national populaire, se sépara du Congrès national en raison de divergences entre le président Omar el-Béchir et l'islamiste radical Hassan al-Tourabi.

Lors des élections législatives de , le parti remporta 355 des 360 sièges à pourvoir. L’élection présidentielle de la même année vit Omar el-Béchir réélu avec 86,6 % des voix.

Le Congrès national est, face au Mouvement de libération du peuple soudanais, l'une des deux parties principales aux accords de paix signés en et qui doivent mettre un terme à la guerre civile.

En 2005, l'Alliance des forces de travail, de l'ancien président Gaafar Nimeiry a fusionné avec le Congrès national.

Le parti a été dissout à la suite du coup d'État du 11 avril 2019 au Soudan, qui fait suite aux révolution soudanaise[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « How Sudan's strongmen stayed in power », sur BBC News (consulté le 21 avril 2019)