Organisations juives en Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Congrès juif russe)
Aller à : navigation, rechercher

Le Congrès des organisations et des communautés juives religieuses de Russie (KEROOR, en russe : Конгресс Еврейских Религиозных Общин и Организаций в России) créé en 1993[1] est la doyenne des organisations de défenses des Juifs religieux en Russie. Elle fut présidée par l'homme d'affaires Arcadi Gaydamak, qui dirige plusieurs autres sociétés de bienfaisance juives[2].

Dès 1996, une nouvelle organisation émerge, le Congrès juif russe à l'ambition plus grande puisqu'elle couvre toutes les facettes du monde juif et ne se cantonne pas au fait religieux[3], le KEROOR subsistant comme organisation religieuse[3].

Le Congrès Juif Russe (RJC) est un fonds de bienfaisance à but non lucratif et une des plus importantes organisations laïques des juifs de Russie. Il a été créé en 1996 à l'initiative d'un groupe d'hommes d'affaires juifs, les travailleurs actifs et des personnalités religieuses de renouveau de la vie juive en Russie.[pas clair] [1]

Le Congrès juif russe unit les juifs les plus influents et les plus prospères de Russie, des agents de l'État de haut standing, hommes d'affaires, les acteurs de la science et de la culture.[Quoi ?]

Gouvernance du Congrès juif russe[modifier | modifier le code]

Les organismes qui administrent le CJR sont le Présidium du Conseil d'Administration et le Conseil Publique. Les chefs du RJC comprennent Vladimir Resin, Mikhail Fridman, Yevgenia Albats, Vitaly Ginzburg, Yuliy Gusman, Andrey Kozyrev, Berel Lazar, Henry Reznik, Vladimir Soloviev (journaliste), Gennady Khazanov, Mikhail Berger, Matvey Ganapolsky, Mikhail Zhvanetsky et d'autres (données de la fin 2004)[4].

Le Comité de contrôle est dirigé par le directeur général adjoint de RAO UES Yakov Urinson.

Présidents des RJC[4][modifier | modifier le code]

Budget de RJC[5][modifier | modifier le code]

  • 2010 $6.770.000
  • 2011 $8.720.000
  • 2012 $9.500.000

Activités[modifier | modifier le code]

Le Congrès juif de Russie finance la renaissance des traditions religieuses et culturelles du peuple juif, la construction des synagogues dans la province russe, les programmes de financement des écoles juives, les études du legs de la Shoah, le développement des études universitaires dans le domaine du judaïsme académique, les programmes sociaux, culturels et éducatifs des communautés juives et coopère avec les organisations et organismes internationaux juifs et israéliens.

Construction des Synagogues[modifier | modifier le code]

La construction de la première synagogue en Russie après la révolution - la Synagogue commémorative sur le mont de la Génuflexion, ouverte au culte en 1998, et du premier en Russie muée de la mémoire des victimes de la Shoah qu'elle abrite, a été un des épisodes importants de l'activité du RJC. Tous les fonds investis dans ce mémorial ne provenaient que du RJC. Au total, la synagogue a coûté plus de 13 Millions de dollars. La reconstruction en 2001- 2006 de la plus vieille synagogue de Moscou à Bolchoï Spassoglinichtchevski Péréoulok a constitué un autre projet global du RJC[6].

Mémorial National de l'Armée rouge, Israël[modifier | modifier le code]

En 2011 - 2012 le Congrès Juif Russe a soutenu la construction du monument commémoratif à l'Armée Rouge dans la ville de Netanya en Israël. Le RJC a fait don de 500.000 dollars pour la construction du monument qui a été inauguré par Vladimir Poutine le 25 juin, 2012[7],[8].

RJC et les Autorités de la Russie[modifier | modifier le code]

Malgré de nombreux officiers influents de l'État, hommes d'affaires, les acteurs de la science et la culture étant membres du RJC, depuis le début des 2000e, son autorité avant que le gouvernement russe a réduit, tandis que le gouvernement appuie principalement Fédération des Communautés Juives de Russie.

En ce qui concerne RJC, son plus proche allié du moment est le Congrès des Organisations et Associations Religieuses Juives de Russie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Michael Beizer (trad. I. Michael Aronson), « Congress of Jewish Religious Communities and Organizations in Russia », sur The YIVO Encyclopaedia of Jews in Easter Europe (consulté le 5 septembre 2017).
  • (ru) Semen Charnyi, « Rossiiskaia evreiskaia obshchina : Sovremennaia situatsiia », Evrei Evrazii, no 1,‎ , p. 20–24.
  • (he) Pinchas Goldschmidt, « Li-heyot rav ro’shi be-Moskvah, 1996 », Yehude Berit ha-Mo‘atsot ba-ma‘avar, vol. 18, no 3,‎ , p. 129–136.
  • (ru) S. Ia. Kozlov, « Iudaizm v sovremennoi Rossii : Osnovnye struktury i napravleniia », Issledovaniia po prikladnoi i neotlozhnoi sotsiologii, vol. 137,‎ .
  • (en) Binyamin Pinkus, « The Jewish Religion in the USSR during the Gorbachev Era : Survival or Renewed Growth? », Shvut,‎ , p. 150–193.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) sans auteur, « GENERAL INFORMATION ON RUSSIAN JEWISH COMMUNITY ORGANIZATIONS », sur Euro-Asians Jewish Congress, circa 2008
  2. « Arcadi Gaydamak, un profil sombre », sur L'Obs,
  3. a et b (en) Marjorie Mandelstam Balzer, Religion and Politics in Russia: A Reader, Rouledge, (lire en ligne)
  4. a et b (en) RJC in English, pp 16
  5. (en) RJC in English, pp 5
  6. (en) RJC in English
  7. Putin, Peres unveil Netanya memorial honoring Red Army, Article (en), The Jerusalem Post, 26 juin 2012
  8. (en) RJC in English, pp 9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]