Conflit frontalier au Haut-Karabagh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article concerne un événement en cours.

Ces informations peuvent manquer de recul, ne pas prendre en compte des développements récents ou changer à mesure que l’événement progresse. Le titre lui-même peut être provisoire. N’hésitez pas à l’améliorer en veillant à citer vos sources.
 

Conflit frontalier au Haut-Karabagh
Description de cette image, également commentée ci-après

Localisation du Haut-Karabagh.

Informations générales
Date - en cours
(9 ans)
Lieu Drapeau du Haut-Karabagh Haut-Karabagh
Issue En cours
Belligérants
Drapeau de l'Arménie Arménie
Drapeau du Haut-Karabagh Haut-Karabagh
Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan
Commandants
Flag of Armenia.svg Serge Sargsian Flag of Azerbaijan.svg Ilham Aliev

Le conflit frontalier au Haut-Karabagh est une série d'escarmouches entre l'Arménie, le Haut-Karabagh et l'Azerbaïdjan faisant suite au cessez-le-feu en vigueur depuis la fin de la guerre du Haut-Karabagh, en mai 1994. Malgré le cessez-le-feu, les tensions persistent entre les deux pays au sujet de l'enclave ethnique du Haut-Karabagh, dégénérant parfois en combat armé.

Contexte[modifier | modifier le code]

Chronologie des accrochages[modifier | modifier le code]

2008[modifier | modifier le code]

Le , la violence la plus significative du cessez-le-feu a lieu avec la mort de huit à seize soldats[1]. De plus, l'usage d'artillerie démarque ces incidents des escarmouches précédentes lors desquelles seules des armes légères ont été utilisées[2].

2010[modifier | modifier le code]

Le 8 février, selon l'Azerbaïdjan, les Arméniens ouvrent le feu à 13 heures depuis Talish sur les positions azerbaïdjanaises de Tap Qaraqoyunlu (en). À 15 heures, les Arméniens ouvrent le feu depuis le rayon d'Agdam. Ces accrochages qui durent jusqu'au soir tuent trois soldats azerbaïdjanais selon les autorités, qui annoncent avoir tué au moins trois soldats arméniens, ce que l'Arménie dément officiellement[3],[4].

2012[modifier | modifier le code]

Selon les médias arméniens, dans la nuit du 3 au 4 juin 2012, des soldats azerbaïdjanais auraient tenté une incursion dans le nord-est du pays, près des villages de Berdavan et Chinari. Trois soldats arméniens auraient été tués et cinq autres blessés. L'Azerbaïdjan dénonce une manœuvre de diversion arménienne responsable de l'accrochage[5]. Le lendemain, les combats se poursuivent, l'Azerbaïdjan accusant une incursion arménienne, et annonçant la mort de cinq soldats azerbaïdjanais[6].

Les accrochages persistent pendant le mois de juin. Selon certaines sources arméniennes, entre 50 et 100 soldats azerbaïdjanais ont été tués à la suite de ces combats depuis le premier accrochage, contre quatre soldats arméniens[7],[8]. L'Azerbaïdjan annonce lui la mort de 40 soldats arméniens contre cinq des siens pour la même période[9].

2013[modifier | modifier le code]

2014[modifier | modifier le code]

À la suite du conflit en cours en Ukraine, les incidents graves se multiplient à partir de juillet 2014 sur la ligne de cessez-le-feu, provoquant des dizaines de victimes dans les deux camps[10].

2016[modifier | modifier le code]

Des affrontement éclatent la nuit du 1er au , et se poursuivent les jours suivants. Ces affrontements sont les plus meurtriers depuis le cessez-le-feu conclu de 1994[11]. Ils sont également appelés « guerre des quatre jours ».

Notes et références[modifier | modifier le code]