Aller au contenu

Conflit dans l'État d'Arakan (depuis 2016)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Conflit dans l'État d'Arakan (depuis 2016)

Informations générales
Date en cours
(7 ans, 8 mois et 10 jours)
Lieu État d'Arakan (principalement)[1] ;
Sud de l'État Chin (débordements)[2]
Issue

En cours

  • Cessez-le-feu informel déclaré entre l'armée d'Arakan et la Tatmadaw en
Belligérants
Drapeau de la Birmanie Birmanie
Armée de l'Arakan (en) ARSA
RSO (en)
Commandants
Min Aung Hlaing
Soe Tint Naing[6]
Aung Myat Moe[7]
Anciennement :
Maung Maung Soe (jusqu'en 2017)
Sein Lwin (jusqu'en 2017)[7]
Sein Win (en) (jusqu'en 2021)
Twan Mrat Naing (en)[8],[9]
Nyo Twan Awng (en)[10]
Ataullah abu Ammar Jununi (en)[11]
Forces en présence
15 000 - 20 000 soldats[12]
~ 1 000 policiers[13]
30 000[14] Inconnu
Pertes
2016-2019 :
109 tués[b]
21 blessés[c]
100+ capturés[d]
Inconnu 2016-2017 :
475 tués[e]

≈ 1 125 combattants tués (en 2020)[15]
+ de 24 000 civils tués[16],[17],[18]
128 000 déplacés internes[19],[20]
+ de 950 000 réfugiés à l'étranger[a]

Le conflit dans l'État d'Arakan, aussi appelé crise des Rohingya, est un conflit armé situé dans l'État d'Arakan en Birmanie, entre les forces militaires birmanes et les forces armées rohingya de l'Armée du salut des Rohingya de l'Arakan. Ce conflit a démarré en , mais il fait écho au conflit de 2012 et aux insurrections (en) des populations rohingya qui existent durant une grande partie du XXe siècle.

Depuis 2016, le conflit aurait fait plusieurs milliers de morts et a amené une partie de la population Rohingya à fuir l'État d'Arakan en Birmanie pour se réfugier à l'étranger. On compte 950 000 réfugiés, principalement installés dans des campements au Bangladesh. Pour ces faits, le gouvernement birman fait l'objet d'accusations de génocide[44].

Chronologie[modifier | modifier le code]

2016[modifier | modifier le code]

Face aux persécutions, des organisations armées se forment, comme en , l'Armée du salut des Rohingya de l'Arakan (ARSA)[45]. En , des postes frontières sont attaqués, ce qui provoque de féroces représailles de la part de l'armée : viols, tortures et massacres. La situation réelle sur place reste difficile à évaluer, puisque la Birmanie interdit aux Nations unies et aux ONG l'accès du nord de l'Arakan où 150 000 personnes dépendent de leurs distributions alimentaires[46]. Elle n'a autorisé leur retour qu'à la fin d'[47].

En , l'Organisation internationale pour les migrations estime à environ 30 000 le nombre de Rohingya qui doivent fuir au Bangladesh, à la suite des violences en Birmanie, entre octobre et [48].

De nombreux Rohingyas subissent par ailleurs des arrestations arbitraires[49], y compris des enfants[50], certains d'entre eux seront condamnés à mort pour leurs responsabilités dans les attaques organisées par les milices rohingyas d'[51].

2017[modifier | modifier le code]

Le , l'Armée du salut des Rohingya de l'Arakan (ARSA) lance des attaques avec au moins 150 hommes contre une trentaine de postes frontières et de postes de police[52],[53]. Selon l'armée birmane, douze membres des forces de sécurité et 59 insurgés sont tués[53]. Selon Amnesty International, 53 villageois hindous, dont 20 hommes, 10 femmes et 23 enfants, sont également massacrés par des hommes de l'ARSA à Kha Maung Seik, près de Maungdaw, le 25 août 2017[54],[55]. Et le même jour, 46 autres villageois sont portés disparus au village voisin de Ye Bauk Kyar et pourraient également avoir été tués par l'ARSA[56],[55]. Ces attaques entraînent de féroces représailles contre les rohingyas, menées par les 33e et 99e divisions de l'armée birmane[53]. Des villages entiers sont incendiés. Le 27 août, les soldats de la 33e division massacrent 200 personnes et commettent de nombreux viols dans le village de Chut Pyin. Le 30 août, la 99e division assassine à son tour par balles ou à la machette 200 civils à Min Gyi ; les femmes sont obligées d'observer le massacre des hommes, avant d'être violées, puis égorgées ou tués à coups de crosse. Un autre massacre de civils a lieu le même jour dans le village de Tula Toli[57]. Le , l'armée birmane affirme que les combats font plus de 400 morts, dont 370 rebelles, 13 militaires ou policiers et 14 civils[58]. Le projet Arakan, une organisation de défense des droits des Rohingyas, évoque pour sa part près de 130 morts, dont des femmes et des enfants[59]. Selon l'ONU, en seulement huit jours, près de 90 000 personnes gagnent le Bangladesh[60], où plus de 400 000 réfugiés rohingyas sont présents le [61]; mais le pays ne veut pas en accueillir davantage et ferme sa frontière, bloquant ainsi 20 000 civils[58]. L'organisation revoit d'ailleurs à la hausse le bilan fourni par les autorités birmanes, évoquant début septembre un bilan humain potentiellement supérieur à 1 000 morts[62]. La situation d'extrême insécurité qui règne dans les villages rohingyas de l'Arakan, mais aussi l'attitude hostile de l'administration birmane envers elles ont obligé plusieurs ONG, mais aussi le Programme alimentaire mondial à cesser leurs activités dans ces zones[63].

Fin octobre, la situation des Rohingyas demeurait toujours critique : alors que l'ONU estime que près de 603 000 réfugiés rohingyas ont fui au Bangladesh depuis le début des affrontements deux mois plus tôt[64],[65], le pape François avance quant à lui le chiffre de 800 000 réfugiés[66]. En tout près d'un million de rohingyas se trouveraient au Bangladesh, en comptant ceux déjà présents dans les camps de réfugiés avant les violences du mois d'août et qui fuyaient les persécutions anciennes dont cette minorité fait l'objet[66]. Une situation que l'ambassadeur du Bangladesh à l'ONU décrit comme « intenable » pour son pays[66], qui envisage de stériliser les femmes rohingyas afin d'éviter une explosion démographique[67] et qui cherche également, en concordance avec les autorités birmanes, à rapatrier une partie des réfugiés rohingyas dans l'état d'Arakan[68]. Un retour périlleux pour les Rohingyas, qui ont vu le riz cultivé dans leurs champs abandonnés être récoltés par l’État birman[64], et qui pour la très large majorité d'entre eux ne possèdent aucun document officiel attestant qu'ils vivaient dans l'état d'Arakan avant le début des violences étant donné leur apatridie[68].

Le , au cours d'un entretien téléphonique avec le président turc Recep Tayyip Erdoğan, Aung San Suu Kyi, dirigeante de facto du gouvernement civil (mais qui ne contrôle pas l'armée), a dénoncé la couverture médiatique internationale faite au sujet de la crise en Arakan, y voyant un parti pris pro-rohingya et présentant celle-ci comme un « iceberg de désinformation », orchestré par des « terroristes rohingyas », dans le but de diaboliser le régime birman[69].

En , un plan proposé par la Chine visant à résoudre la crise des Rohingyas[70] est approuvé par le Bangladesh et la Birmanie[71]. À la fin du mois, le Bangladesh compte 620 000 réfugiés rohingyas présents sur son territoire[72],[73].

Le , l'ONG MSF tire la sonnette d'alarme à propos de la situation humanitaire des Rohingyas et estime que 6 700 d'entre eux ont été tués en un mois de combats entre le 25 août et le [74],[75].

Le , à la suite d'une résolution soumise par l'Organisation de la coopération islamique (OCI), l'Assemblée générale de l'ONU appelle la Birmanie à cesser son opération militaire contre les Rohingyas, à autoriser l'envoi d'un émissaire et de travailleurs humanitaire, à faciliter le retour des réfugiés et à doter cette minorité d'un statut de citoyenneté à part entière[76].

2018[modifier | modifier le code]

Le , les forces birmanes ont subi une embuscade tendue par des rebelles rohingyas, faisant plusieurs blessés. C'est la première opération de ce genre depuis [77].

Le même mois, l'armée birmane reconnaît que des forces de sécurité et des villageois ont tué et enterré dans une fosse commune dix civils en [78]. Aung San Suu Kyi salue l'enquête de l'armée et indique qu'une telle situation n'est plus d'actualité[79].

Des photos prises par l'ambassadeur de l'UE ainsi que des clichés satellitaires publiés par Human Rights Watch (HRW) en indiquent que des dizaines de villages ont été rasés autour de la ville de Maungdaw, épicentre des violences ; le gouvernement birman affirme que ces opérations ont été réalisées dans la perspective de rapatriements[80],[81]. Mais Amnesty International rapporte qu'à l'emplacement de ces villages disparus sont construites des installations pour les forces armées birmanes[82].

En , deux journalistes locaux de l'agence Reuters, arrêtés pour détention de documents relatifs aux opérations militaires en Arakan, sont condamnés à sept ans de prison par un tribunal de Rangoon pour « atteinte au secret d’État »[83]. À la suite de pressions internationales, les deux journalistes de Reuters sont graciés le par le président birman.

2019[modifier | modifier le code]

2020[modifier | modifier le code]

L'armée d'Arakan a frappé un avant-poste temporaire de la Tatmadaw au mont Mayu près du village d'Inn Din (en) et un avant-poste de la police des gardes-frontières (en) près du village d'Ahtet Nan Yar du canton de Rathedaung le 26 octobre. Le porte-parole de l'armée, le général de division Zaw Min Tun, a déclaré qu'ils avaient subi des pertes, sans préciser le nombre de morts[84]. L'armée d'Arakan a annoncé un cessez-le-feu unilatéral fin novembre afin que les élections générales, qui avaient été annulées auparavant dans neuf cantons du nord de l'État d'Arakan, puissent avoir lieu d'ici la fin de l'année[85]. La Tatmadaw a également entamé un dialogue, les affrontements ayant cessé après les élections[86].

2021[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir[21],[22],[23],[24],[25],[26],[27],[28].
  2. En 2019 : 54 soldats[5],[29],[30],[31],[32],[33], 54 policiers[30],[34],[35] et 1 officier du service d'immigration[36],[37].
  3. Voir[30],[32],[35],[38].
  4. Voir[39],[40],[41],[42].
  5. L'armée du Myanmar prétend n'avoir tué que des insurgés dans ses opérations ; leurs nombres n'ont pas été vérifiés de manière indépendante[36],[43].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Moe Myint, « Rakhine Crisis in Numbers », The Irrawaddy,‎ (lire en ligne [archive], consulté le ).
  2. (en) « Internet Blackout Imposed on Myanmar's Restive Rakhine State », Agence France-Presse via Voice of America,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b (en) Simon Lewis, Zeba Siddiqui, Clare Baldwin et Marshall Andrew R.C., « How Myanmar's shock troops led the assault that expelled the Rohingya », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  4. Katie Hunt, « Myanmar Air Force helicopters fire on armed villagers in Rakhine state », CNN,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  5. a et b Htet Naing Zaw, « AA Naval Attack Kills 2 Tatmadaw Fighters », The Irrawaddy,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Myanmar military denies atrocities against Rohingya, replaces general », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  7. a et b (en) « New Rakhine Police Chief Appointed », sur The Irrawaddy, (consulté le )
  8. (en) « Five AA top leaders charged under Counter-Terrorism Law », Burma News International,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Analysis: Arakan Army - A Powerful New Threat to the Tatmadaw », The Irrawaddy,‎ (lire en ligne)
  10. Moe Myint, « Arakan Army Claims It Killed 3 Tatmadaw Soldiers in Remote Clash », The Irrawaddy,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Paul Millar, « Sizing up the shadowy leader of the Rakhine State insurgency », Southeast Asia Globe Magazine,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  12. « An ethnic militia with daring tactics is humiliating Myanmar's army », The Economist,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. Min Aung Khine et Thet Ko Ko, « Western Border on High Alert as ARSA Attack Anniversary Nears », The Irrawaddy,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  14. (en) Altaf Parvez, « 'We recognise the human rights and citizen rights of the Rohingyas' », Prothom Alo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Myanmar », sur ucdp.uu.se, Uppsala Conflict Data Program (consulté le )
  16. Mohshin Habib, Christine Jubb, Salahuddin Ahmad, Masudur Rahman et Henri Pallard, « Forced migration of Rohingya: the untold experience », sur National Library of Australia, Ontario International Development Agency, Canada,
  17. « Former UN chief says Bangladesh cannot continue hosting Rohingya », Al Jazeera,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Around 24,000 Rohingya Muslims killed by Myanmar army, 18,000 raped: report », Daily Sabah,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « Myanmar: IDP Sites in Rakhine State (as of 31 July 2018) » [archive du ], OCHA (consulté le )
  20. (en) « Rohingya Crisis in Myanmar » [archive du ], Global Conflict Tracker (consulté le )
  21. « Bangladesh is now home to almost 1 million Rohingya refugees », The Washington Post,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  22. (en) « Pope apologizes to Rohingya refugees for 'indifference of the world' », CBC News,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  23. Nicol Winfield et Alan Fram, « Pope Francis Says 'Rohingya' During Emotional Encounter With Refugees », Time,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  24. « Pope uses term Rohingya during Asia trip », BBC News,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  25. « Myanmar bars U.N. rights investigator before visit », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  26. « China and Russia oppose UN resolution on Rohingya », The Guardian,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  27. « Myanmar Military Investigating a Mass Grave in Rakhine » [archive du ], sur Time (consulté le )
  28. (en) « 100,000 Rohingya on first repatriation list », Dhaka Tribune,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  29. (en) « One officer and 20 soldiers killed in AA clash », Mizzima,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. a b et c Aung Naing Soe, « Myanmar says 9 police killed in Arakan Army attack », AP News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. « 3 killed in rocket attack on army tugboat in western Myanmar », Xinhua,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. a et b Moe Myint, « Two Dead in Rakhine Border Post Attack », The Irrawaddy,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. Moe Myint, « Army Officer, 2 Navy Personnel Killed in AA Rocket Attack in Rakhine », The Irrawaddy,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. Agence France-Presse (AFP), « Myanmar policeman shot dead in northern Rakhine state », The Guardian,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  35. a et b (en) « 13 policemen die in Rakhine rebel attacks », The Straits Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. a et b (en) Antoni Slodkowski, « Myanmar army says 86 killed in fighting in northwest », Reuters India,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  37. « Myanmar tensions: Dozens dead in Rakhine militant attack » [archive du ], BBC News (consulté le )
  38. (en) « Seven Wounded in Landmine Blast on Military Vehicle in Myanmar’s Rakhine State », Radio Free Asia,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  39. « AA Frees 14 Police, 4 Women Captured in Attack on Border Posts », The Irrawaddy,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. (en) Andy Gregory, « Myanmar’s army shoots and sinks boats carrying its own kidnapped troops », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. Saw Nang et Mike Ives, « A Daring Helicopter Rescue After Rebels Capture a Ferry in Myanmar », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. (en) Waiyan Moe Myint, Khet Mar et Richard Finney, « Myanmar's Arakan Army Captures 30 Government Troops, Battalion Commander », Radio Free Asia,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. (en) « Nearly 400 die as Myanmar army steps up crackdown on Rohingya militants », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  44. Stéphanie Maupas, « La Birmanie sommée de prendre des mesures pour prévenir un génocide contre les Rohingya », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  45. Bruno Philip, « En Birmanie, la guérilla des Rohingya passe à l’offensive », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. « Viols, tortures, massacres: les Rohingyas fuient la Birmanie », sur RFI, (consulté le )
  47. Reuters, « Birmanie: Feu vert à la distribution de vivres dans l'Etat d'Arakan », sur Challenges (consulté le )
  48. avec AFP, « Des milliers de Rohingya passent de la Birmanie au Bangladesh », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. (en) « Hundreds of Rohingya held for consorting with insurgents in Bangladesh », sur The Star Online, (consulté le )
  50. (en) Wa Lone, Simon Lewis, Krishna N. Das, « Exclusive: Children among hundreds of Rohingya detained in Myanmar crackdown », sur Reuters, (consulté le )
  51. (en) « Death Sentence for Maungdaw Attacker Raises Questions About State Executions in Burma », sur The Irrawaddy, (consulté le )
  52. Le Monde avec AFP, « Birmanie : au moins 89 morts dans une attaque menée par des rebelles musulmans rohingya », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  53. a b et c Harold Thibault, « Birmanie : nouveaux détails sur les responsables des massacres de Rohingya », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. « Massacre d'Hindous au Myanmar », sur Amnesty International, (consulté le )
  55. a et b Bruno Philip, « Des Rohingya ont commis un massacre en Birmanie, affirme Amnesty International », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. « Un groupe armé rohingya massacre des dizaines d'Hindous », sur Amnesty International, .
  57. L'Obs avec AFP, « Birmanie : comment l'armée a piégé, tué et violé hommes, femmes et enfants d'un village rohingya », (consulté le ).
  58. a et b France Info avec Reuters, « Birmanie : les combats entre l'armée et les rebelles rohingyas ont fait près de 400 morts », (consulté le ).
  59. AFP, « Combats entre Rohingyas et l'armée en Birmanie : 400 morts », Le Point, .
  60. Bruno Philip, « En Birmanie, la crise humanitaire sans précédent des Rohingya », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  61. Le Monde avec AFP, « Plus de 400 000 réfugiés rohingya : le Bangladesh, démuni, alerte l’ONU », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. « Violences en Birmanie : le bilan pourrait dépasser les 1 000 morts », sur Europe 1, (consulté le ).
  63. Arnaud Vaulerin, « Birmanie : l’exode forcé des Rohingyas », Libération (consulté le ).
  64. a et b AFP, « La Birmanie récolte les champs des Rohingyas réfugiés au Bangladesh », sur L'Express, (consulté le )
  65. (en) « $340M pledged to help Rohingya refugees, U.N. says », sur CBS News, (consulté le )
  66. a b et c Mickaël Deneux et AFP, Reuters Agences, « Près d'un million de Rohingyas réfugiés au Bangladesh », Le Figaro, (consulté le ).
  67. « Le Bangladesh envisage un programme de stérilisation de réfugiés rohingyas », sur RFI, (consulté le )
  68. a et b « Rohingyas: la Birmanie et le Bangladesh discutent du retour des réfugiés », sur RFI, (consulté le )
  69. Fanny Laurent, « Rohingyas : Aung San Suu Kyi dénonce la désinformation des «terroristes» », Le Figaro, (consulté le )
  70. Romain Geoffroy, « Comprendre la crise des Rohingya en Birmanie », sur Le Monde,
  71. AFP, « Rohingyas : Birmanie et Bangladesh approuvent une initiative chinoise », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne, consulté le )
  72. « Crise des Rohingya : depuis le Bangladesh, le pape François appelle à des "mesures décisives" », sur France 24, (consulté le )
  73. « Bangladesh: le pape François réclame des «mesures décisives» pour les Rohingyas », sur RFI, (consulté le )
  74. Alexis Feertchak et AFP, Reuters Agences, « Birmanie : en un mois, au moins 6700 Rohingyas ont été tués », Le Figaro, (consulté le )
  75. L'Express avec AFP, « Birmanie : 6700 Rohingyas tués le premier mois des violences, selon MSFBirmanie: 6700 Rohingyas tués le premier mois des violences, selon MSF », sur L'Express, (consulté le ).
  76. « Birmanie – Rohingyas : résolution de l'ONU adoptée », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le ).
  77. « Birmanie – Rohingyas: embuscade contre l'armée birmane », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le ).
  78. « Myanmar : l’armée reconnait un charnier », sur Amnesty International France, (consulté le ).
  79. « Rohingyas tués : pour Aung San Suu Kyi, l’armée birmane prend ses responsabilités », sur Radio France internationale, (consulté le ).
  80. « Birmanie – Des villages rohingyas ont bien été rasés », Tribune de Genève,‎ (ISSN 1010-2248, lire en ligne, consulté le ).
  81. Juliette Gheerbrant et Jelena Tomic, « Birmanie: six mois après la répression, les Rohingyas toujours dans l'attente », sur Radio France internationale, (consulté le ).
  82. « Les villages rohingyas remplacés par des bases militaires », sur Amnesty France (consulté le ).
  83. « La Birmanie condamne deux journalistes de Reuters à sept ans de prison », Thailandeer,
  84. (en) « Arakan Army Kills Govt Troops in Raid Near Myanmar-Bangladesh Border », Irrawady,‎ (lire en ligne, consulté le )
  85. (en) « Myanmar Military Ready to Work With Arakan Army on Rakhine Voting », Irrawady,‎ (lire en ligne, consulté le )
  86. (en) Tint Zaw Tun, « Tatmadaw, Arakan Army discuss ceasefire », The Myanmar Times,‎ (lire en ligne, consulté le )