Conférence de Marrakech de 2001 sur les changements climatiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

COP7
Logo officiel.
Logo officiel.

Type Conférence des parties
Édition 7e
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Localisation Marrakech
Organisateur Organisation des Nations unies
Date au
Participant(s) Pays membres de la CCNUCC

La Conférence de Marrakech de 2001 sur les changements climatiques a eu lieu du 29 octobre au 10 novembre 2001 à Marrakech au Maroc. C'est la 7e conférence conférence des parties (COP7) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Historique[modifier | modifier le code]

Afin de garantir un suivi efficace des dispositions de la CCNUCC au niveau international, une conférence des parties (COP) est organisée chaque année, depuis 1995, avec la participation de tous les pays parties à cette Convention :

1995 : Conférence de Berlin (COP1)[modifier | modifier le code]

Elle a permis d'adopter le Mandat de Berlin, qui stipulait qu'un Protocole pour l'application de la Convention allait être préparé pour adoption à la COP3.

1996 : Conférence de Genève (COP2)[modifier | modifier le code]

Elle s'est tenue à Genève et a été consacrée à la préparation du protocole de la troisième COP : le protocole de Kyoto

1997 : Conférence de Kyoto (COP3)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Protocole de Kyoto.

C'est l'une des plus importantes conférences des parties. Elle a connu l'adoption du protocole de Kyoto. Ce dernier intégrait des engagements de la part des pays industrialisés de limiter leurs émissions en gaz à effet de serre avec un échéancier : réduire, d'ici 2012, leurs émissions de gaz à effet de serre de 5,2 % par rapport aux niveaux des émissions de 1990. 

Pour encourager les pays industrialisés à s'acquitter de leurs engagements à moindres coûts, le Protocole a aussi défini trois "mécanismes de flexibilité". Il s'agit des permis d'émission négociables (PEN), de l'application Conjointe (JI, Joint Implementation), et du Mécanisme de Développement Propre (MDP). Grâce à ce marché, les pays industrialisés obtiendront des crédits de réduction démission en aidant les pays en transition ou en développement à se doter d'équipements propres. Ceux d'entre eux qui sont très pollueurs pourront aussi acheter des crédits de réduction démission à d'autres pays industrialisés moins pollueurs.

1998 : Conférence de Buenos Aires (COP4)[modifier | modifier le code]

La 4e conférence des parties s'est tenue à Buenos Aires. Les parties y ont adopté le Plan d'Action de Buenos Aires (PABA) qui traduisait leur détermination à renforcer la mise en application de la Convention et à se préparer à l'entrée en vigueur du Protocole de Kyoto.  

1999 : Conférence de Bonn (COP5)[modifier | modifier le code]

La 5e conférence des parties s'est tenue à Bonn en Allemagne. Ses travaux visaient la concrétisation du Plan de Buenos Aires.

2000 : Conférence de La Haye (COP6) [modifier | modifier le code]

Cette conférence, tenue à La Haye, avait pour objectif de préparer la mise en application concrète du protocole de Kyoto par une ratification généralisée de celui-ci. Cet objectif n'a finalement pas pu être atteint.

2001 : Conférence de Bonn (COP6-bis)[modifier | modifier le code]

Objectifs de la COP7[modifier | modifier le code]

Après l'échec enregistré à La Haye lors de la COP6, de nombreuses questions importantes inhérentes à l'application de la Convention et du Protocole ont été renvoyées pour discussion à Marrakech : c'est ainsi que les questions liées au transfert de technologies propres, de transfert de ressources financières pour faire face aux effets néfastes attendus des changements climatiques, ou encore celles liées au respect des engagements vis-à-vis de ces deux instruments devaient être éludées.

L'intérêt de la COP7 réside également dans le fait qu'elle constitue la dernière rencontre internationale dédiée à l'environnement avant la tenue du Sommet mondial sur le développement durable en Afrique du Sud en 2002.

Résultats de la COP7[modifier | modifier le code]

Traduit de l'anglais :

Les négociateurs ont enveloppé le travail sur le Buenos Aires Plan d'Action, la finalisation de la plupart des détails opérationnels et de mise en scène pour le pays à ratifier le Protocole de Kyoto. La trousse complète de décisions est connu sous le nom des Accords de Marrakech. Les États-unis délégation a maintenu son rôle d'observateur, à la baisse de participer activement dans les négociations. D'autres parties ont continué à exprimer l'espoir que les Etats-unis ré-engager dans le processus à un certain point, et travaillé à la réalisation de la ratification du Protocole de Kyoto par le nombre requis de pays pour la mettre en vigueur (55 pays à la ratifier, y compris ceux représentant 55 % des pays développés , les émissions de dioxyde de carbone en 1990). La date du Sommet Mondial sur le Développement Durable (août–septembre 2002) a été mis en avant comme une cible pour amener le Protocole de Kyoto en vigueur. Le Sommet Mondial sur le Développement Durable (SMDD) tenu à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Les principales décisions prises lors de la COP-7 sont :

  • Règles opérationnelles pour les marchés internationaux d'échange d'émissions entre les parties au Protocole et pour le MDP et la mise en œuvre conjointe;
  • Un programme de conformité qui décrit les conséquences du défaut de rencontrer les objectifs en matière d'émissions, mais différée aux parties au Protocole, une fois qu'il est entré en vigueur, la décision sur ces conséquences seraient juridiquement contraignant;
  • Procédures comptables pour les mécanismes de flexibilité;
  • Une décision à considérer lors de la COP 8 comment réaliser un examen de la pertinence des engagements qui pourraient conduire à des discussions sur les engagements futurs des pays en développement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]