Conférence de Constantinople

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bulgarie selon la Conférence de Constantinople.

La Conférence de Constantinople des Grandes puissances (Grande-Bretagne, France, Russie, Allemagne, Autriche-Hongrie et Italie) s'est tenue entre le et le . À la suite d'un soulèvement en Bosnie et en Herzégovine à partir de 1875, et l'Insurrection bulgare d'avril 1876, les Grandes puissances se mettent d'accord sur un projet de réformes politiques en Bosnie et dans les territoires ottomans ayant une population majoritairement bulgare.

Contexte[modifier | modifier le code]

Décadence économique[modifier | modifier le code]

La Krach de Vienne ébranle l'économie des régions européennes de l'empire ottoman, en particulier les régions peuplées de Bulgares, alors en plein essor économique[a], tandis que l'emprise des pays européens sur l'empire ottoman aboutit à placer ce dernier « semi-colonie des pays industrialisés »[1].

L'insurrection de 1876[modifier | modifier le code]

Dans ce contexte de crise économique, le mécontentement gagne les populations chrétiennes de Roumélie, appauvries par la pression fiscale et la politique économique ottomanes, aboutissant à placer les productions locales en concurrence directe avec les productions des pays développés[2].

La constitution ottomane[modifier | modifier le code]

Participants[modifier | modifier le code]

Représentants ottomans[modifier | modifier le code]

Représentants des puissances[modifier | modifier le code]

Discussions[modifier | modifier le code]

Issue[modifier | modifier le code]

Perte du soutien britannique[modifier | modifier le code]

En rejetant la décision des Grandes puissances, l'Empire ottoman se vit plus tard refuser tout soutien politique et militaire des grandes puissances au cours de la Guerre russo-turque de 1877-1878, contrairement à ce qui s'était passé pendant la Guerre de Crimée de 1853-1856.

Insurrection générale de la Roumélie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'économie de la Roumélie est alors caractérisée par un fort développement artisanal et manufacturier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Todorov 1980, p. 46.
  2. Todorov 1980, p. 47.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nicolaj Todorov, « La Bulgarie et la crise de 1875-1878 », Revue d'histoire moderne et contemporaine, t. 27, no 1,‎ , p. 44-51 (lire en ligne). 

Articles connexes[modifier | modifier le code]