Confédération générale du travail de la République argentine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CGT.
image illustrant le syndicalisme image illustrant l’Argentine
Cet article est une ébauche concernant le syndicalisme et l’Argentine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

La Confederación General del Trabajo de la República Argentina (CGT-Confédération générale du travail de la République argentine) est le principal syndicat argentin. Elle a été fondée en 1930 par des ouvriers membres de plusieurs courants politiques. Depuis 1943, elle est majoritairement péroniste. Elle est affiliée à la Confédération syndicale internationale et à la Confédération syndicale des travailleurs et travailleuses des Amériques.

En 1968, une fraction opposée aux concessions faites par le dirigeant métallurgiste Augusto Vandor (es) à la dictature militaire d'Ongania fit scission, pour former, avec le graphiste Raimundo Ongaro, la Confédération générale du travail des Argentins (CGTA), qui participa notamment au Cordobazo de 1969. Avec d'autres mouvements de la Jeunesse péroniste, la CGTA impulsa la politique d'opposition frontale à la dictature. Plusieurs de ses membres, dont Julio Troxler, participèrent par la suite aux Forces armées péronistes (FAP).


Lien externe[modifier | modifier le code]