Concours international de piano Frédéric-Chopin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Entracte durant la première étape éliminatoire du XVe Concours international de piano Frédéric-Chopin (octobre 2005, Varsovie, Pologne).

Le Concours international de piano Frédéric-Chopin à Varsovie est l'un des concours de piano parmi les plus anciens et actuellement un des plus prestigieux. C'est également un des rares concours de piano consacré à un seul compositeur. Il a lieu tous les cinq ans et a été fondé en 1927 par le professeur Jerzy Żurawlew (pl), en hommage au grand compositeur polonais Frédéric Chopin dont l'instrument de prédilection a toujours été le piano. Le premier président était le compositeur polonais Witold Maliszewski.

L'histoire du concours[modifier | modifier le code]

Le concours a été créé en 1927 à l’initiative du pianiste et pédagogue polonais Jerzy Żurawlew[1]. Le concours est ensuite organisé tous les cinq ans, avec une interruption entre 1937 et 1949 en raison de la Seconde Guerre mondiale. Par exception, la Ve édition du concours a eu lieu en 1955. Le concours est d’abord organisé par la Société de musique de Varsovie puis coorganisé après la guerre par le ministère polonais de la Culture. De 1960 à 2005, la compétition est organisée par la Société Frédéric Chopin de Varsovie. En 2010, c’est l’Institut Frédéric-Chopin qui s’y substitue. Depuis 1957, le concours international de piano Frédéric-Chopin fait partie de la Fédération mondiale des concours internationaux de musique de Genève[1] (dont il fait d’ailleurs partie des fondateurs[2]) .

Depuis l’origine, le concours a lieu à la Philharmonie nationale de Varsovie (pl) (à l’exception de la IVe édition en raison des destructions dues à la Seconde Guerre mondiale)[2].

Le jury du concours[modifier | modifier le code]

Jan Ekier (2010)

Le jury est traditionnellement présidé par un grand musicien et généralement pédagogue polonais, spécialiste des œuvres de Frédéric Chopin : Witold Maliszewski en 1927, Adam Wieniawski en 1932 et 1937, Zbigniew Drzewiecki de 1949 à 1965, Kazimierz Sikorski en 1970 et 1975, Kazimierz Kord en 1980, Jan Ekier de 1985 à 1995 et Andrzej Jasiński depuis 2000[1]. En 2010, Jan Ekier, auteur de l'édition nationale polonaise des œuvres de Chopin, était président honoraire du jury.

Depuis l’origine, le jury était essentiellement composé de grands professeurs de piano et, de quelques concertistes invités (Marguerite Long, Wilhelm Backhaus, Nadia Boulanger, Arturo Benedetti Michelangeli…) ou de gagnants des éditions précédentes (Lev Oborine, Halina Czerny-Stefańska (en), Martha Argerich…). En 2010, l’Institut Frédéric Chopin a choisi de constituer le jury d’abord autour de grands pianistes concertistes, la plupart lauréats des précédentes éditions du concours (Martha Argerich, Dang Thai Son, Fou Ts’ong, Kevin Kenner (en), Adam Harasiewicz, Bella Davidovitch, Piotr Paleczny, Michie Koyama (pl)) ou non (Nelson Freire, Philippe Entremont), et d’une minorité de pédagogues (Katarzyna Popowa-Zydroń (en) et Andrzej Jasiński). Ce choix est souvent cité comme l’une des explications du palmarès 2010, jugé sévèrement notamment par la presse et la critique.

Le règlement et le répertoire du concours[modifier | modifier le code]

Règlement du concours[modifier | modifier le code]

Le concours est actuellement ouvert aux pianistes âgés de 17 à 30 ans[3], même si l’âge des participants a varié de 16 à 32 ans compte tenu de l’évolution des règlements au cours du temps[2].

Le règlement du concours a évolué au fil des éditions. Les candidats admis au concours après les épreuves de sélection (environ 80 candidats retenus, après avoir passé chacun une audition d'une vingtaine de minutes) sont soumis à deux ou trois étapes éliminatoires selon les éditions avant de pouvoir espérer arriver en finale, étape au cours de laquelle ils doivent exécuter l’un des concertos (le nº 1 ou le nº 2) avec l’Orchestre philharmonique de Varsovie. Chacune des étapes éliminatoires comporte une liste d'œuvres à exécuter obligatoirement parmi un choix restrictif d'opus et dans un délai imparti.

De 1970 à 2000, les étapes éliminatoires ont été au nombre de 3. En 2005, il n’y en eut plus que 2 (mais précédées désormais d’une nouvelle étape préliminaire). En 2010, le règlement est revenu au principe de 3 étapes éliminatoires pendant la durée du concours (3 semaines), tout en conservant celui d’une étape préliminaire (quelques mois auparavant) [3], et en ajoutant une première sélection de 160 candidats sur enregistrements vidéo, compte tenu de l’augmentation très importante du nombre de candidats (257 en 2005[4], 346[5] en 2010, comparés aux 26 candidats de 1927).

Répertoire du concours[modifier | modifier le code]

Portrait de Chopin par Delacroix

Les œuvres retenues aux différentes étapes éliminatoires ont également varié au cours des années.

En 2005, lors du 1er tour, les candidats devaient exécuter une liste de morceaux imposés, auxquels s’ajoutaient ceux choisis par chacun dans une large liste d’œuvres de Chopin de manière à constituer une audition d’une durée de 40 à 45 minutes. Au 2e tour, les candidats devaient exécuter une sonate, une polonaise et des mazurkas[1].

En 2010, lors du 1er tour, les candidats devaient choisir deux études (parmi deux groupes définis), un nocturne et un scherzo ou une ballade (ou encore la Fantaisie op.49 ou la Barcarolle). Lors du 2e tour, un opus de mazurkas, une polonaise, un scherzo ou une ballade, une valse étaient à choisir dans une liste limitative, œuvres complétées par des pièces au choix du candidat pour constituer une audition d’une durée d’environ 45 minutes. Au 3e tour, la polonaise-fantaisie était obligatoire pour tous les candidats, ainsi qu’une sonate au choix et à nouveau des œuvres au choix du candidat pour constituer une audition d’une durée d’environ 45 minutes[3].

Règles d’évaluation des candidats[modifier | modifier le code]

Lors des étapes éliminatoires, chaque candidat est évalué par chaque membre du jury de deux manières : par un oui/non indiquant si le membre du jury estime que le candidat doit ou non participer au tour suivant, et par une note allant de 1 à 100. Pour chaque candidat, une moyenne arithmétique des points obtenus est calculée, après application d’une procédure de calcul faisant intervenir deux moyennes auxiliaires visant à limiter l’impact de notes trop éloignées de la moyenne initiale. De même, lors de la finale, chaque candidat est évalué par une note allant de 75 à 100. C’est sur la base de la somme des moyennes des notes obtenues aux 4 étapes, qu’est établie la liste des lauréats[6]. Les points attribués par chaque membre du jury à chaque candidat ont été publiés en 2010 sur le site officiel du concours, à l’issue de la proclamation des résultats[7].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Rafal Blechacz

Le concours comporte six récompenses principales sous forme de prix avec une somme en dollars (certains d’entre eux pouvant ne pas être attribués à l’appréciation du jury). Le premier prix était ainsi assorti en 2010 d’une médaille d’or et d’une somme de 30 000 dollars[8]. Chacun des finalistes reçoit une distinction.

Des récompenses spéciales, ayant évolué au fil des éditions, sont décernées hors concours pour la meilleure interprétation d'une polonaise, d'une mazurka, d'une sonate ou d'un concerto. Le prix de la Radio polonaise pour la meilleure performance dans une mazurka est décerné depuis l’origine. Le prix pour la meilleure performance dans une polonaise est décerné par la Société Frédéric Chopin depuis 1960. Le prix de l’Orchestre philharmonique de Varsovie pour la meilleure performance dans un concerto est décerné depuis 1980[2]. En 2005, Rafał Blechacz a non seulement remporté le premier prix, mais également les trois prix spéciaux d'interprétation. En 2010, des prix ont été offerts pour la meilleure performance dans la polonaise-fantaisie et dans une sonate, respectivement par l’Université de musique Frédéric Chopin et par le pianiste et ancien lauréat du concours, Krystian Zimerman[3].

Les événements accompagnant le concours Chopin[modifier | modifier le code]

Le Président polonais Bronisław Komorowski au concert des lauréats, octobre 2010.

Le concours Chopin est un événement national en Pologne. La cérémonie de remise des prix est marquée par la présence du président de la République et de représentants du gouvernement polonais. La ville de Varsovie vit à l’heure du concours Chopin. La dernière édition, imprégnée de l’évolution due aux nouvelles technologies, était accompagnée d’une retransmission intégrale des épreuves sur internet et sur la chaîne TVP Kultura, de l’édition quotidienne d’un CD reprenant les performances les plus remarquables de l’avant-veille, CD diffusé gratuitement à la Philharmonie, dans les rues de Varsovie et sur Internet, ainsi qu’un journal quotidien comprenant des commentaires sur les prestations de la veille, des articles historiques et des interviews de personnalités autour du concours Chopin[9].

L'Église de la Sainte-Croix de Varsovie

Le concours s’accompagne également de nombreux événements : des concerts, des opéras ou des ballets, des rencontres, des débats, ainsi que des expositions. Ainsi, pas moins de 30 expositions différentes ont eu lieu en rapport avec Chopin depuis le début de l’organisation du concours. Depuis 1975, le concours est marqué le 17 octobre par la célébration de l’anniversaire de la mort du compositeur. À cette occasion, le Requiem de Mozart est joué dans l’Église de la Sainte-Croix de Varsovie, en mémoire des funérailles du compositeur à Paris, au cours desquelles ce même requiem avait été joué[2].

Les polémiques nées au cours des précédentes éditions[modifier | modifier le code]

Le cas d’Ivo Pogorelich[modifier | modifier le code]

La Xe édition du concours, qui a eu lieu en 1980, a été marquée par la controverse née autour de l’un des candidats, le pianiste yougoslave Ivo Pogorelich[10]. Certains membres du jury, parmi lesquels Martha Argerich, Paul Badura-Skoda et Nikita Magaloff se sont montrés particulièrement enthousiastes à l’égard du style du jeune pianiste, quand d’autres trouvaient son interprétation inacceptable et son comportement provocant. Au milieu d’eux, Andrzej Jasinski déclara : « Je ne peux pas noter cette personne »[10]. Alors que Pogorelich allait être éliminé du concours avant la finale, Martha Argerich quitta le jury, déclarant sa colère et n’hésitant pas à comparer Pogorelich à un « nouveau Horowitz »[11] et affirmant « Ivo Pogorelich est un génie »[12]. S’il n’obtint pas le premier prix, il obtient celui de la critique et une mention. La carrière de Pogorelich était lancée. Deutsche Grammophon signa même un contrat avec lui peu de temps après l'incident.

Pour autant, 28 ans après, Ivo Pogorelich tente, lors d’un passage à Varsovie, en 2008 de relancer la polémique en demandant la publication des délibérations du jury afin de « lever l’ombre qui pèse » sur lui depuis ce concours[13].

Yulianna Avdeeva, 1er prix de l’édition 2010[modifier | modifier le code]

Yulianna Avdeeva, lors de la remise du Premier Prix en 2010 par le président polonais Bronisław Komorowski

La victoire de la pianiste russe Yulianna Avdeeva a donné lieu à une nouvelle polémique à l’issue de la XVIe édition du concours en 2010, la presse et la critique attendant plutôt la victoire de l’Autrichien Ingolf Wunder (et soutenant également les trois candidats arrivés 2e ex-aequo, 3e et 4e, le Russo-Lituanien Lukas Geniušas, le Russe Daniil Trifonov et le Bulgare Evgeni Bozhanov)[14]. Le musicologue et journaliste Adam Rozlach a, par exemple, déclaré : « C’est la plus grande surprise dans l’histoire de ce concours ». Il explique son jugement : « Jusqu’à présent, les décisions du jury témoignaient de l’importance, au-dessus de tout, de la fidélité à l’âme de Chopin. Mais cette année, on a choisi non pas Chopin, mais la pianiste Avdeeva ». Le quotidien Rzeczpospolita titre « Un verdict bouleversant » le lendemain des résultats, qualifiant même le jeu de la gagnante de « lamentablement prévisible ». Le ministre polonais de la culture, Bogdan Zdrojewski explique ce résultat par la composition du jury : « C’est une pianiste qui intrigue les pianistes, et il faut se rappeler que cette fois-ci, le jury était dominé par les grands pianistes. »

On constatera pourtant[15]que 7 jurés sur 12 ont placé dans leur vote Yulianna Avdeeva en 1re position en finale (dont Martha Argerich qui a défendu son choix dans la presse et salué la victoire d’une femme pour la première fois depuis sa propre victoire en 1965[16]), tandis que 5 sur 11 seulement ont placé Ingolf Wunder en 1re position (dont 4 jurés les ayant placés tous deux 1ers ex-aequo). En outre, la pianiste russe a obtenu des notes moyennes la positionnant en première place à chaque étape du concours. Et Philippe Entremont, membre du jury, déclare sur ARTE, le soir de la cérémonie de remise des prix, qu’aucune discussion n’a été nécessaire lors des délibérations du jury, les notes s’imposant d’elles-mêmes.

Les lauréats du concours Chopin[modifier | modifier le code]

Les lauréats des six premiers prix de chaque édition[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-après recense les pianistes ayant reçu les six premiers prix des différentes éditions du concours international de piano Frédéric-Chopin[17] (4 ont été attribués en 1927, 15 en 1932, 13 en 1937, 12 en 1949, 10 en 1955, 6 depuis).

Année Édition 1er prix 2e prix 3e prix 4e prix 5e prix 6e prix Prix suivants (1932, 1937, 1949, 1955)
et Prix spéciaux d'interprétation
1927 I Drapeau : URSS Lev Oborine Drapeau : Pologne Stanisław Szpinalski (en) Drapeau : Pologne Róża Etkin-Moszkowska (en) Drapeau : URSS Grigory Ginzburg Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : Pologne Henryk Sztompka (pl)
1932 II Alexander Uninsky (en) Drapeau : Hongrie Imré Ungár (en) Drapeau : Pologne Bolesław Kon (en) Drapeau : URSS Abram Lufer (en) Drapeau : Hongrie Louis (Lajos) Kentner Drapeau : URSS Leonid Sagalov (en) 7e prix : Drapeau : Pologne Leon Boruński (pl)
8e prix : Drapeau : URSS Teodor Gutman
9e prix : Drapeau : Hongrie Gyula Károlyi (de)
10e prix : Drapeau : Autriche Kurt Engel (de)
11e prix : Drapeau : URSS Emanuel Grossman
12e prix : Drapeau : Allemagne Josef Wagner
13e prix : Drapeau : Pologne Maryla Jonas (en)
14e prix : Drapeau : Hongrie Lily Herz
15e prix : Drapeau : Belgique Suzanne de Mayère (pl)
Meilleures mazurkas[18] : Aleksandr Uninsky (en)
1937 III Drapeau : URSS Yakov Zak Drapeau : URSS Roza Tamarkina Drapeau : Pologne Witold Małcużyński Drapeau : Royaume-Uni Lance Dossor (en) Drapeau : Hongrie Agi Jambor (en) Drapeau : IIIe Reich Edith Picht-Axenfeld 7e prix : Drapeau : France Monique de La Bruchollerie
8e prix : Drapeau : Pologne Jan Ekier
9e prix : Drapeau : URSS Tatiana Goldfarb
10e prix : Drapeau : Pologne Olga Iliwicka-Dąbrowska
11e prix : Drapeau : France Pierre Maillard-Verger
12e prix : Drapeau : France Lélia Gousseau
13e prix : Drapeau : Pologne Halina Kalmanowicz (pl)
Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : URSS Yakov Zak (Jakov Zak (en))
Prix du public : Drapeau : Japon Chieko Hara
1942 Pas de compétition à la suite de l'occupation de la Pologne par le Troisième Reich allemand et l'Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale
1949 IV Drapeau : URSS Bella Davidovitch

Drapeau : Pologne Halina Czerny-Stefańska (en)

Drapeau : Pologne Barbara Hesse-Bukowska (en) Drapeau : Pologne Waldemar Maciszewski (en) Drapeau : URSS Georgi Muravlov (pl) Drapeau : Pologne Władysław Kędra (en) Drapeau : Pologne Ryszard Bakst (en) 7e prix : Drapeau : URSS Yevgeny Malinin
8e prix : Drapeau : Pologne Zbigniew Szymonowicz (pl)
9e prix : Drapeau : URSS Tamara Guseva (en)
10e prix : Drapeau : URSS Victor Merzhanov
11e prix : Drapeau : Pologne Regina Smendzianka (en)
12e prix : Drapeau : Pologne Tadeusz Żmudziński (pl)
Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : Pologne Halina Czerny-Stefańska (en)
1955 V Drapeau : Pologne Adam Harasiewicz Drapeau : URSS Vladimir Ashkenazy Drapeau : République populaire de Chine Fu Cong Drapeau : France Bernard Ringeissen Drapeau : URSS Naum Starkmann Drapeau : URSS Dmitri Papyerno (en) 7e prix : Drapeau : Pologne Lidia Grychtołówna (en)
8e prix : Drapeau : Pologne André Tchaikowsky
9e prix : Drapeau : URSS Dmitry Sakharov
10e prix : Drapeau : Japon Kiyoko Tanaka (ja)
Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : République populaire de Chine Fu Cong
1960 VI Drapeau : Italie Maurizio Pollini Drapeau : URSS Irina Zaritskaya (en) Drapeau : Iran Tania Achot-Haroutounian (pl) Drapeau : République populaire de Chine Li Min-Chan (en) Drapeau : URSS Zinayda Ignatyeva (en) Drapeau : URSS Valeri Kastelsky (pl) Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : URSS Irina Zaritskaya (en)
Meilleure polonaise[19] : Drapeau : URSS Irina Zaritskaya (en)
1965 VII Drapeau : Argentine Martha Argerich Drapeau : Brésil Arthur Moreira Lima (en) Drapeau : Pologne Marta Sosińska (en) Drapeau : Japon Hiroko Nakamura (en) Drapeau : États-Unis Edward Auer (en) Drapeau : Pologne Elżbieta Głąbówna (pl) Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : Argentine Martha Argerich
Meilleure polonaise[19] : Drapeau : Pologne Marta Sosińska (en)
1970 VIII Drapeau : États-Unis Garrick Ohlsson Drapeau : Japon Mitsuko Uchida Drapeau : Pologne Piotr Paleczny Drapeau : États-Unis Eugen Indjic Drapeau : URSS Natalya Gavrilova (pl) Drapeau : Pologne Janusz Olejniczak Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : États-Unis Garrick Ohlsson
Meilleure polonaise[19] : Drapeau : Pologne Piotr Paleczny
1975 IX Drapeau : Pologne Krystian Zimerman Drapeau : URSS Dina Joffe (en) Drapeau : URSS Tatyana Fedkina (pl) Drapeau : URSS Pavel Gililov (de) Drapeau : États-Unis Dean Kramer (en) Drapeau : Brésil Diana Kacso (pl) Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : Pologne Krystian Zimerman
Meilleure polonaise[19] : Drapeau : Pologne Krystian Zimerman
1980 X Drapeau : Viêt Nam Đặng Thái Sơn Drapeau : URSS Tatiana Chebanova Drapeau : URSS Arutyun Papazyan (en) non attribué Drapeau : Japon Akiko Ebi

Drapeau : Pologne Ewa Pobłocka (pl)

Drapeau : France Erik Berchot

Drapeau : URSS Irina Pietrova (pl)

Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : Viêt Nam Đặng Thái Sơn et Drapeau : Pologne Ewa Pobłocka (pl)
Meilleure polonaise[19] : Drapeau : Viêt Nam Đặng Thái Sơn et Drapeau : URSS Tatiana Chebanova
Meilleur concerto[20] : Drapeau : Viêt Nam Đặng Thái Sơn et Drapeau : URSS Tatiana Chebanova
1985 XI Drapeau : URSS Stanislav Bounine Drapeau : France Marc Laforet Drapeau : Pologne Krzysztof Jabłoński (pl) Drapeau : Japon Michie Koyama (ja) Drapeau : France Jean-Marc Luisada Drapeau : URSS Tatiana Pikayzen (pl) Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : France Marc Laforet
Meilleure polonaise[19] : Drapeau : URSS Stanislav Bounine
Meilleur concerto[20] : Drapeau : URSS Stanislav Bounine
Prix du public : Drapeau : France Marc Laforet
1990 XII non attribué Drapeau : États-Unis Kevin Kenner (en) Drapeau : États-Unis Yukio Yokoyama (ja) Drapeau : Italie Corrado Rollero (it)

Drapeau : Russie Margarita Chevtchenko (pl)

Drapeau : Russie Anna Malikova (en)

Drapeau : Japon Takako Takahashi

Drapeau : France Caroline Sageman Meilleures mazurkas[18] : Non attribué
Meilleure polonaise[19] : Drapeau : États-Unis Kevin Kenner (en) et Drapeau : Pologne Wojciech Świtała (pl)
Meilleur concerto[20] : Non attribué
1995 XIII non attribué Drapeau : France Philippe Giusiano

Drapeau : Russie Alexei Sultanov

Drapeau : États-Unis Gabriela Montero Drapeau : Russie Rem Urasin (en) Drapeau : Japon Rika Miyatani (pl) Drapeau : Pologne Magdalena Lisak (pl) Meilleures mazurkas[18] : Non attribué
Meilleure polonaise[19] : Non attribué
Meilleur concerto[20] : Non attribué
2000 XIV Drapeau : République populaire de Chine Yundi Li Drapeau : Argentine Ingrid Fliter Drapeau : Russie Alexander Kobrin (en)) Drapeau : République populaire de Chine Sa Chen (en) Drapeau : Italie Alberto Nosè (en) Drapeau : Japon Mika Satō (pl) Meilleures mazurkas[18] : Non attribué
Meilleure polonaise[21] : Drapeau : République populaire de Chine Yundi Li et Drapeau : République populaire de Chine Sa Chen (en)
Meilleur concerto[20] : Non attribué
2005 XV Drapeau : Pologne Rafał Blechacz non attribué Drapeau : Corée du Sud Dong-Hyek Lim

Drapeau : Corée du Sud Dong-Min Lim

Drapeau : Japon Takashi Yamamoto

Drapeau : Japon Shohei Sekimoto (ja)

non attribué Drapeau : Hong Kong Ka Ling Colleen Lee (en) Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : Pologne Rafał Blechacz
Meilleure polonaise[19] : Drapeau : Pologne Rafał Blechacz
Meilleur concerto[20] : Drapeau : Pologne Rafał Blechacz
Meilleure sonate[22] : Drapeau : Pologne Rafał Blechacz
Prix du public : Drapeau : Pologne Rafał Blechacz
2010 XVI Drapeau : Russie Yulianna Avdeeva Drapeau : Autriche Ingolf Wunder

Drapeau : Lituanie Lukas Geniušas

Drapeau : Russie Daniil Trifonov Drapeau : Bulgarie Evgueni Bojanov (en) Drapeau : France François Dumont non attribué Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : Russie Daniil Trifonov
Meilleure Polonaise-Fantaisie[23] : Drapeau : Autriche Ingolf Wunder
Meilleur concerto[20] : Drapeau : Autriche Ingolf Wunder
Meilleure polonaise[19] : Drapeau : Lituanie Lukas Geniušas
Meilleure sonate[22] : Drapeau : Russie Yulianna Avdeeva
2015 XVII Drapeau : Corée du Sud Seong-Jin Cho Drapeau : Canada Charles Richard-Hamelin Drapeau : États-Unis Kate Liu Drapeau : États-Unis Eric Lu Drapeau : Canada Tony Yike Yang (en) Drapeau : Russie Dmitri Chichkine (pl) Meilleures mazurkas[18] : Drapeau : États-Unis Kate Liu
Meilleur concerto[20] : Non attribué
Meilleure polonaise[19] : Drapeau : Corée du Sud Seong-Jin Cho
Meilleure sonate[22] : Drapeau : Canada Charles Richard-Hamelin
Prix du public : Drapeau : Pologne Szymon Nehring (pl)

Quelques lauréats qui ont marqué le concours Chopin[9][modifier | modifier le code]

  • Fu Cong (Chine) en 1955 est le premier pianiste asiatique à remporter un prix (derrière Adam Harasiewicz et Vladimir Ashkenazy) au concours Chopin (doublé du prix spécial d'interprétation pour une mazurka).
  • Martha Argerich (Argentine) est la première Sud-Américaine (et la seule à ce jour) à avoir remporté en 1965 le premier prix lors du concours Chopin. Si le concours Chopin ne marque pas le début de sa carrière, le triomphe qui en résulte lui donne une autre dimension et lie à jamais son histoire tumultueuse et celle du concours[10].
  • Đặng Thái Sơn (Viêt Nam) remporte en 1980 le premier prix, mais également les trois prix d'interprétation (mazurka, polonaise et concerto) tout en étant le premier Asiatique à remporter le premier prix au concours Chopin.
  • Comme à chaque fois que le concours est remporté par un Polonais, Adam Harasiewicz (1955), Krystian Zimerman (1975) et Rafał Blechacz (2005) connaîtront une ferveur particulière du public dans leur pays d'origine.
  • Rafał Blechacz (Pologne) obtient en 2005 le premier prix, les quatre prix spéciaux d'interprétation, ainsi que le prix du public. Le deuxième prix n'est pas attribué par le jury lors de cette XVe édition du concours pour marquer l'écart avec les autres candidats.
  • Caroline Sageman (France) est à 17 ans la plus jeune lauréate du concours en 1990.
  • Tony Yike Yang (en) (Canada), âgé alors de 16 ans, est devenu en 2015 le plus jeune lauréat du concours.
  • Alexei Sultanov (Russie) refuse le deuxième prix qui lui est attribué en 1995, compte tenu de la non-attribution du premier prix et sera victime peu de temps après d'un accident vasculaire cérébral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Histoire du concours Chopin sur le portail polonais culture.pl – Consulté le 16-09-11
  2. a, b, c, d et e Histoire du concours sur le site officiel – Consulté le 17-09-11
  3. a, b, c et d Règlement du concours 2010 sur le site officiel – Consulté le 17-09-11
  4. Compte rendu de la XVe édition (2005) du concours sur le site officiel – Consulté le 17-09-11
  5. Liste des candidats au concours 2010 sur le site officiel – Consulté le 17-09-11
  6. Règles de fonctionnement du jury sur le site officiel – Consulté le 17-09-11
  7. Scores des participants à chaque étape sur le site officiel – Consulté le 17-09-11
  8. Liste des prix de la XVIe édition (2010) sur le site officiel – Consulté le 17-09-11
  9. a et b Site officiel du concours international de piano Frédéric Chopin – Consulté le 17-09-11
  10. a, b et c Martha Argerich, L’Enfant et les Sortilèges, Olivier Bellamy, Buchet Chastel, Collection Musique
  11. Biographie d’Ivo Pogorelich – Consulté le 17-09-11
  12. Biographie d’Ivo Pogorelich sur le site Sostenuto – Consulté le 17-09-11
  13. Le pianiste Ivo Pogorelich règle ses comptes, 28 ans après, 20 Minutes, 19 août 2008]
  14. Communiqué AFP du 20 octobre 2010 : Concours Chopin : vive polémique après la victoire de la Russe Avdeeva
  15. Points given by the members of the Jury of the 16th International Fryderyk Chopin Piano Competition
  16. BBC News Entertainment & Arts
  17. Compte rendu des précédentes éditions du concours sur le site officiel - Consulté le 18-09-11
  18. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Prix de la radio polonaise pour la meilleure performance dans des mazurkas
  19. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Prix de la Société Frédéric Chopin pour la meilleure performance dans une polonaise
  20. a, b, c, d, e, f, g et h Prix de la Philharmonie de Varsovie pour la meilleure performance dans un concerto
  21. Prix de la Société Frédéric Chopin et de la ville de Varsovie pour la meilleure performance dans une polonaise
  22. a, b et c Prix Krystian Zimerman pour la meilleure performance dans une sonate
  23. Prix du vice-chancelier de l'Université de musique Frédéric-Chopin pour la meilleure performance dans une Polonaise-Fantaisie (op. 61)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]