Conclave de 1740

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Conclave de 1740
Armoiries pontificales de Benoît XIV.
Dates et lieu
Début du conclave
Fin du conclave
Lieu du vote Cité du Vatican, Rome
Élection
Nombre de cardinaux 64-68
Nombre de votants 54-51
Personnages clefs
Camerlingue Drapeau : Italie Annibale Albani
Doyen Drapeau : Italie Pietro Ottoboni,
puis Tommaso Ruffo
Cardinal protodiacre Drapeau : Italie Lorenzo Altieri
Pape élu
Nom du cardinal élu Prospero Lambertini
Nom de pape Benoît XIV
Listes des papes : chronologique · alphabétique

Le conclave papal de 1740 est convoqué à la mort du pape Clément XII le , afin de lui désigner un successeur. Il dure six mois, de février à , et est parmi les conclaves les plus longs depuis le XIIIe siècle.

Lors de l'ouverture du conclave, le , le cardinal Pietro Ottoboni (1667–1740), doyen du Collège des cardinaux fait figure de favori, mais sa mort peu de temps après l'ouverture du conclave vient modifier les plans du groupe de cardinaux fidèles à la Maison de Bourbon. Ces derniers proposent alors le nom de Pompeio Aldrovandi, mais durent finalement accepter que ce dernier ne parvienne pas à obtenir la majorité requise des deux-tiers des voix.

Après six mois d'élections infructueuses, et l'élimination d'autres candidats potentiels, Prospero Lambertini, archevêque de Bologne, qui était cardinal depuis le , est élu pape. Il devient le 247e pape de l'Église catholique romaine, sous le nom de Benoît XIV.

Déroulement du conclave[modifier | modifier le code]

Le conclave débute le , à l'issue des funérailles de Clément XII.

À l'ouverture des débats, seuls trente-deux cardinaux prennent part au conclave, et malgré son âge, le cardinal Pietro Ottoboni (1667–1740), qui a été cardinal depuis quinze ans et qui est le doyen du Collège des cardinaux, fait figure de favori pour succéder à Clément XII. Malgré tout, la candidature d'Ottoboni suscite une certaine opposition en raison de son attitude protectrice envers la France. Après seulement une semaine de débats, il tombe malade, il quitte le conclave le et meurt le 29[1],[2]. Le rôle de doyen est alors pris par Tommaso Ruffo, vice-doyen du Sacré Collège[3].

Alors que de nouveaux cardinaux parvenaient à Rome et entraient au conclave, un groupe de cardinaux français décida de former une alliance avec les cardinaux autrichiens espagnols, napolitains et toscans. Ces cardinaux, fidèles aux Bourbons proposèrent le nom du cardinal Aldrovandi, mais - après quarante jours de scrutins infructueux - il devint évident que ce dernier ne pourrait rassembler une majorité des deux-tiers des voix.

Au sein du Collège, l'indécision et l'attentisme semblaient s'imposer. Une liste de noms furent proposés, mais tous furent rejetés faute de consensus parmi les cardinaux. Le cardinal Acquaviva d'Aragona opposa l'exclusive du roi Philippe V d'Espagne contre l'élection de Pier Marcellino Corradini[4].

Finalement, après de longues délibérations, le cardinal Lambertini, fut proposé comme candidat de compromis. Il aurait alors déclaré au Collège « Si vous souhaitez élire un saint, choisissez Gotti; si vous souhaitez élire un homme d’État, choisissez Aldrovandi; si vous souhaitez élire un homme honnête, choisissez moi »[5],[6],[7]. Cette déclaration semble avoir fait pencher le Collège en sa faveur, ainsi que sa réputation d'intellectuel, de sagesse, de tempérance et de modération dans ses idées politiques[8].

L'élection de Benoît XIV[modifier | modifier le code]

Benoît XIV par Bracci

Selon les termes des historiens Carlton et Phillips, le collège des cardinaux était « ...trop conscient de sa propre faiblesse pour risquer d'offenser les cours voisines. Finalement, il porta son choix sur un homme qui était le moins susceptible d'être offensant, car il n'avait jamais de sa vie été engagé dans les affaires diplomatiques, que ce soit en tant qu'ambassadeur ou nonce. Cet homme c'était Prospero Lambertini, originaire de Bologne. »[9]

Le au soir, Lambertini fut élu pape, avec plus des deux-tiers des voix des cinquante et un cardinaux présents. Il accepta son élection et prit le nom de Benoît XIV en l'honneur de son prédécesseur et ami, le pape Benoît XIII[8].

Ce conclave, qui avait duré six mois, était le plus long depuis les conclaves du XIIIe siècle. En effet, le conclave de 1268-1271 avait duré près de trois ans, celui de 1292-1294 deux ans et celui de 1287-1288 plus d'un an; cependant, il était légèrement plus long que celui de 1277 qui avait duré quelques jours de moins[10].

Benoît fut couronné quelques jours plus tard au balcon de la Basilique du Vatican. Le jeune Horace Walpole, qui était à Rome à cette époque, essaya d'assister au couronnement mais dit renoncer en raison de l'affluence exceptionnelle. Il écrivit alors à son ami Conway "Je suis désolé de n'avoir pu assister au couronnement du pape, mais pour le voir j'aurais peut-être dû rester jusqu'à ce que je sois assez vieux pour être moi-même élu pape."[11]

Liste des participants[modifier | modifier le code]

Sur les soixante-huit cardinaux vivants à la mort de Clément XII, quatre moururent pendant le sede vacante et cinquante-et-un prirent part aux derniers tours de scrutin[4]:

Nom Date d'élévation au cardinalat Fonction
Pietro Ottoboni (1667–1740) évêque d'Ostia et Velletri, doyen du Collège des cardinaux; malade, il quitte le conclave le et meurt le [1].
Tommaso Ruffo (1663–1753) cardinal-évêque de Porto e Santa Rufina; il succède à Ottoboni en tant que doyen du Sacré Collège
Annibale Albani (1682–1751) cardinal-évêque de Sabina.
Lodovico Pico della Mirandola (1668–1743) cardinal-évêque d'Albano
Pier Marcellino Corradini (1658–1743) cardinal-évêque de Frascati
Armand Gaston Maximilien de Rohan (1674–1749) évêque de Strasbourg
Carlo Maria Marini (1677–1747)
Thomas-Philippe d’Hénin-Létard d’Alsace-Boussut de Chimay (1679–1759) archevêque de Malines
Luis Antonio Belluga y Moncada (1662–1743)
Alessandro Albani (1692–1779)
Giambattista Altieri le jeune (1673–1740) cardinal-évêque de Palestrina. Il décède pendant le conclave, le , d'apoplexie, il avait déjà eu une attaque trois ans plus tôt[12].
Vincenzo Petra (1662–1747)
Niccolò Coscia (1682–1755)
Niccolò del Giudice (1660–1743)
Angelo Maria Quirini (1680–1755) évêque de Brescia
Francesco Antonio Finy (1669–1743)
Prospero Lambertini (1675–1758) archevêque de Bologne; élu pape par le conclave.
Nicolò Maria Lercari (1675–1757)
Sigismund von Kollonitsch (1677–1751) archevêque de Vienne
Philip Ludwig von Sinzendorf (1699–1747) évêque de Györ
Vincenzo Ludovico Gotti (1664–1742), O.P.
Leandro di Porzia (1673–1740) préfet de la Congrégation de l'Index ; il meurt le durant le conclave
Pierluigi Carafa the younger (1677–1755)
Giuseppe Accoramboni (1672–1747)
Camillo Cibo (1681–1743)
Francesco Borghese (1697–1759)
Carlo Vincenzo Ferreri O.P. (1682–1742) évêque d'Alexandria
Neri Maria Corsini (1685–1770)
Bartolomeo Massei (1663–1745)
Bartolomeo Ruspoli (1697–1741)
Vincenzo Bichi (1668–1750)
Giuseppe Firrao (1670–1744) archevêque d'Aversa.
Antonio Saverio Gentili (1681–1753)
Giovanni Antonio Guadagni, O.C.D. (1674–1759) évêque d'Arezzo.
Troiano Acquaviva d'Aragona (1695–1747)
Agapito Mosca (1678–1760)
Domenico Riviera (1671–1752) cardinal-prêtre de Ss. Quirico e Giulitta
cardinal-prêtre de Ss. XII Apostoli
Marcello Passari (1678–1741) cardinal-prêtre de S. Maria in Aracoeli, archevêque titulaire de Nazianzo
Giovanni Battista Spinola (1681–1752) cardinal-diacre de S. Cesareo in Palatio
Pompeio Aldrovandi (1668–1752) patriarche latin titulaire de Jérusalem, cardinal-prêtre de S. Eusebio
Pietro Maria Pieri, O.S.M. (1676–1743) cardinal-prêtre de S. Giovanni a Porta Latina
Giacomo Lanfredini (1680–1741) cardinal-prêtre de Santa Maria in Portico
Serafino Cenci (1676–1740) archevêque de Bénévent ; il meurt durant le conclave le
Giuseppe Spinelli (1694–1763) archevêque de Naples
Henri Oswald de La Tour d'Auvergne (1671–1747) archevêque de Vienne
Rainiero d'Elci (1670–1761) archevêque de Ferrare
Carlo Rezzonico le Vieu (1693–1769) pape Clément XIII
Domenico Passionei (1682–1761)
Silvio Valenti Gonzaga (1690–1756) légat pontifical à Bologne
Gaetano Stampa (1667–1742) archevêque de Milan
Pierre Guérin de Tencin (1680–1758) cardinal-prêtre de Ss. Nereo ed Achilleo, archevêque d'Embrun et de Lyon
Marcellino Corio (1664–1742)
Carlo Maria Sacripante (1689–1758)
Prospero Colonna (1672–1743)

Liste des cardinaux absents[modifier | modifier le code]

Quatorze cardinaux furent absents pendant toute la durée du conclave[4]:

Nom Date d'élévation au cardinalat Fonction
Lorenzo Altieri (1671-1741) Frère du cardinal Altieri (1673–1740), qui mourut pendant le conclave.
Nuno da Cunha e Ataíde (1664-1750) Il fit le voyage à Rome pour le conclave de 1721, mais arriva après l'élection du pape Innocent XIII; il ne participa pas aux conclaves de 1724, de 1730 et de 1740[13].
Melchior de Polignac (1661–1742) cardinal-prêtre de S. Maria in Via, diplomate et poète néo-latin
Benedetto Odescalchi-Erba (1679-1740) Archevêque de Milan, il démissionna du gouvernement de son archidiocèse en 1736 en raison de son apoplexie et mourut le [14].
Giulio Alberoni (1664–1752) Homme d’État au service de Philippe V d'Espagne
Léon Potier de Gesvres (1656-1744) Archevêque de Bourges depuis 1694, il ne fit jamais le déplacement à Rome pour recevoir sa barrette rouge de cardinal et ne participa à aucun conclave[15].
Damian Hugo Philipp von Schönborn évêque de Speyer et de Constance (Allemagne)
André Hercule de Fleury (1653–1743) Premier conseiller d’État de Louis XV
João da Motta e Silva (1685-1747) Il ne fut jamais à Rome; à partir de 1736 il est le principal conseiller du roi Jean V de Portugal[16].
Louis Antoine de Bourbon (1727–1785) Infant d'Espagne, il est le plus jeune fils de Philippe V d'Espagne. Alors qu'il n'est âgé que de 8 ans, il reçoit la barrette rouge de cardinal en 1736 à Madrid. À l'ouverture du conclave, il a douze ans et ne quitte pas l'Espagne[17].
Joseph Dominicus von Lamberg évêque de Passau
Tomás de Almeida patriarche de Lisbonne
Gaspar de Molina y Oviedo, O.E.S.A. évêque de Malaga
Jan Aleksander Lipski (1690-1746) évêque de Cracovie, il ne fit jamais le déplacement à Rome pour recevoir sa barrette rouge de cardinal.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Pietro Ottoboni (1667–1740) sur fiu.edu
  2. Biographie de Benoît XIV sur saint-mike.org
  3. (en) Tommaso Ruffo (1663-1753) sur fiu.edu
  4. a b et c (en) Salvador Miranda, Liste des participants au conclave papal de 1740.
  5. (en) Pape Benoît XIV sur la Catholic encyclopedia en ligne sur catholicity.com
  6. (en) Matthew Bunson, The pope encyclopedia: an A to Z of the Holy See (1995), p. 45
  7. (en) Michael J. Walsh, Pocket Dictionary of Popes (2006) p. 21
  8. a et b (en) Amleto Giovanni Cicognani, Canon law: I. Introduction to the study of canon law, book 1 (1934), p. 401
  9. Daniel Parish Kidder, The Lives of the popes from A. D. 100 to A. D. 1853 (Carlton & Phillips, 1853), p. 512
  10. (en) P. H. Gallen, How Popes Are Chosen and Other Essays (1927, réimprimé par Kessinger Publishing, 2003), p. 18
  11. (en) Horace Walpole, The letters of Horace Walpole, earl of Oxford vol. 1 (Henry G. Bohn, 1861), p. 53
  12. Giambattista iuniore Altieri (1673–1740), sur fiu.edu
  13. Nuno da Cunha e Ataíde (1664-1750) sur fiu.edu
  14. Benedetto Erba-Odescalchi (1679-1740) sur fiu.edu
  15. Léon Potier de Gesvres(1656-1744) sur fiu.edu
  16. João da Mota e Silva (1685-1747) sur fiu.edu
  17. (en) BORBÓN Y FARNESIO, Luis Antonio Jaime de (1727-1785) sur fiu.edu

Sources[modifier | modifier le code]