Conclave de 1730

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conclave de 1730
Armoiries pontificales de Clément XII.
Dates et lieu
Début du conclave 5 mars 1730
Fin du conclave 12 juillet 1730
Lieu du vote Palais apostolique (État pontifical)
Élection
Nombre de cardinaux 67[1]
Nombre de votants 54
Personnages clefs
Camerlingue Annibale Albani
Doyen Francesco Pignatelli
Cardinal protodiacre Benedetto Pamphilj
Lorenzo Altieri
Pape élu
Nom du cardinal élu Lorenzo Corsini
Nom de pape Clément XII
Listes des papes : chronologique · alphabétique
Clément XII

Le conclave de 1730 est convoqué à la mort du pape Benoît XIII, le collège des cardinaux se réunit du 5 mars au 12 juillet 1730 et élit le cardinal Lorenzo Corsini comme successeur au Saint-Siège, ce dernier prend le nom de Clément XII.

Déroulement du conclave[modifier | modifier le code]

Rendu fort long par ses divisions à la fois religieuses et diplomatiques, marqué par des vetos et des luttes de clan, ce conclave ne débouche sur un compromis qu'après huit mois. L'atmosphère au décès de Benoît XIII était mauvaise à Rome, dont l'administration par le bras droit du pape, le cardinal Niccolò Coscia, avait laissé une telle hostilité que celui-ci dû fuir un temps.

Les partis, factions, étaient nombreuses. Les deux frères Albani (Annibale et Alessandro), neveux du pape Innocent XI étaient à la tête de voix italiennes. Un parti Autrichien et un parti Bourbon s'opposaient, disposant d'un veto pour l'Empereur et de deux (France et Espagne) pour les Bourbons. Enfin, les zelanti, proches des jésuites, refusant de se plier aux compromissions avec les pouvoirs séculiers.

Tentant de profiter de la lenteur de l'arrivée des cardinaux (seuls 36 étaient présents à l'ouverture du conclave), dans les premiers jours, Tommaso Ruffo puis Antonfelice Zondadari, Antonio Banchieri (ex gouverneur de Rome et ex vice-chancelier) virent leurs noms en vue, puis leurs chances s'enfuir. Après le veto (24 avril) espagnol, contre le cardinal Giuseppe Renato Imperiali, puis l'échec à sept voix près du cardinal Gianantonio Davia de Bologne (11 juin), on fut bien près de l'élection du cardinal Pier Marcellino Corradini. Mais, bien que le veto espagnol ait déjà été utilisé, les cardinaux espagnols s'y opposèrent (en menaçant de quitter le conclave). Le parti autrichien choisit d'éviter la crise, sans utiliser le veto, et proposa un cardinal âgé de 79 ans : Lorenzo Corsini qui fut enfin élu, choisit Biancheri comme secrétaire d'État et le nom de Clément.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Benedetto Pamphilj et Bernardo Maria Conti sont morts durant le conclave.

Liens externes[modifier | modifier le code]