Conclave de 1721

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Conclave de 1721
Armoiries pontificales de Innocent XIII.
Dates et lieu
Début du conclave
Fin du conclave
Lieu du vote Rome
Élection
Nombre de cardinaux 68
Nombre de votants 55-56
Nombre de tours 75
Personnages clefs
Camerlingue Drapeau : Italie Giovanni Battista Tolomei
Doyen Drapeau : Italie Sebastiano Antonio Tanara
Cardinal protodiacre Drapeau : Italie Benedetto Pamphilj
Pape élu
Nom du cardinal élu Michelangelo Conti
Nom de pape Innocent XIII
Listes des papes : chronologique · alphabétique

Le conclave papal de 1721 fut convoqué à la mort du pape Clément XI afin d'élire son successeur. Il eut lieu du 31 mars au et s'acheva par l'élection du cardinal Michelangelo de Conti, qui prit le nom de règne pontifical d'Innocent XIII.

Divisions au sein du Sacré-Collège[modifier | modifier le code]

À l'ouverture du conclave, le Collège des cardinaux se trouvait divisé en quatre camps, deux camps politique et deux camps au sein de la Curie[1]. La faction impériale, la mieux représentée au sein du Collège, était menée par le ministre impérial Althan; son influence était estimée à vingt ou vingt-cinq voix. Elle représentait les intérêts de Charles VI du Saint-Empire.

Le camp des Bourbon était composé d'un groupe de cardinaux qui défendaient les intérêts des deux puissances catholiques dirigées par la Maison de Bourbon — à savoir la France et l'Espagne — il était fort des voix de onze à douze cardinaux. Il représentaient les intérêts de Louis XV de France et de Philippe V d'Espagne.

Le parti clémentin constituait la troisième faction; elle était menée par Annibale Albani, cardinal-neveu de Clément XI. Le nombre de ses partisans était estimé entre huit et quinze. Enfin, les zelanti constituaient le dernier camp. Il était composé de cardinaux opposés à l'influence des monarques séculiers sur le gouvernement de l’Église. Leur chef était le cardinal Fabroni. Le nombre de ses partisans était estimé entre six et douze.

Les observateurs de l'époque s'attendaient à ce que les clémentins et les zelanti unissent leurs forces pendant le conclave.

Papabili[modifier | modifier le code]

Pas moins de trente cardinaux pouvaient être considérés comme papabili, mais parmi eux, Francesco Pignatelli faisait figure de favori. Il avait le soutien de l'Autriche et d'un grand nombre de cardinaux du parti des zelanti. Annibale Albani soutenait officiellement le candidat de l'Autriche, mais désirait au fond de lui l'élection de Fabrizio Paolucci, secrétaire d’État de son oncle défunt. Les autres candidats disposant d'une chance d'être élus étaient Corsini, Tanara, Conti, Pamphili, Barbarigo et Gozzadini[2].

Cardinaux excommuniés[modifier | modifier le code]

Au moment de la mort du pape Clément XI, deux cardinaux avaient été excommuniés, Giulio Alberoni et de Noailles. Il fut cependant décidé qu'ils devaient être invités au conclave. Le cardinal de Noailles s'excusa en raison de son âge avancé et de sa santé déclinante[3],[4].

Un autre problème concernait le cardinal vice-Chancelier Ottoboni: il n'avait pas encore été ordonné. Mais il fut néanmoins admis à participer au conclave[5].

Déroulement du conclave[modifier | modifier le code]

Le , seuls vingt-sept cardinaux avaient réussi à rejoindre Rome pour le début du conclave[6] Le , ils étaient quarante[3],[4]. Enfin, deux derniers cardinaux Thomas-Philippe d’Hénin-Létard d’Alsace-Boussut de Chimay et Damian Hugo Philipp von Schönborn arrivèrent le , la veille de sa clôture[3].

Le cardinal Annibale Albani essaya de profiter du faible nombre de cardinaux présents (la plupart étant des cardinaux issus de la Curie et élevés par son oncle) pour parvenir à une élection rapide de son candidat, le cardinal Fabrizio Paolucci. Lors du premier tour de scrutin, au matin du 1er avril, Paolucci reçut huit votes, plus deux votes supplémentaires lors de accessus. Lors du deuxième tour, dans l'après-midi du jour même, il ne manquait plus à Paolucci que trois votes afin d'atteindre la majorité requise des deux-tiers des voix. Mais ce fut le moment que le cardinal von Althan (le seul cardinal-prince présent lors des premiers tours) prononça au nom de l'empereur Charles VI du Saint-Empire la jus exclusivae (exclusive) à l'encontre de Paolucci[7].

Le veto impérial fut accepté et au matin du , le cardinal secrétaire d'État Paolucci ne reçut aucune voix. Le jour même, le cardinal français de Rohan arriva finalement au conclave. Il remercia von Althann pour son action contre Paolucci[8].

Pendant le mois d'avril plusieurs candidats furent proposés — Spada, Gozzadini, Cornaro, Caracciolo — mais aucun ne parvint à rassembler suffisamment de votes[9]. Le , le cardinal Cienfuegos parvint en retard au conclave, mais avec des instructions récentes de la Cour impériale. À la fin du mois d'avril, il était désormais évident que celui qui disposait des meilleures chances d'être élu était le cardinal Conti, proposé par le camp français (Bourbon). Le , il obtint sept votes. Cependant, la faction impériale attendait toujours l'arrivée de son candidat favori Pignatelli, et avait pour consigne de ne voter pour Conti que si l'élection était déjà jouée. Mais, lorsque Pignatelli finit par arriver au conclave le 1er mai, ce fut au tour de l'Espagne de prononcer l'exclusive à son encontre. L'échec fait à la candidature de Pignatelli fut décisive: la faction impériale, admettant l'impossibilité de voir son candidat élu, accepta de voter pour Conti. Dans les jours qui suivirent, les deux factions issues de la Curie se rallièrent à leur tour à Conti[10].

Élection du pape Innocent XIII[modifier | modifier le code]

Le au matin, lors du soixante-quinzième tour de scrutin, le cardinal Michelangelo de Conti fut élu pape avec cinquante-quatre voix sur cinquante cinq. Le seul vote en sa défaveur était le sien, qu'il avait donné à Sebastiano Antonio Tanara, le doyen du Collège des cardinaux[3],[11]. Il accepta son élection et prit le nom de règne pontifical de Innocent XIII, en l'honneur du pape Innocent III, également membre de la famille de Conti. Quelques instants plus tard, le protodiacre Benedetto Pamphilj annonçait son élection au peuple de Rome selon la formule latine consacrée Habemus Papam[12], et le , il fut couronné officiellement de la tiare papale sur les marches de la Basilique du Vatican[13].

Liste des participants au conclave[modifier | modifier le code]

Le pape Clément XI mourut le , à l'âge de 71 ans, dans la vingt-et-unième année de son pontificat. Au moment de sa mort, le Sacré-Collège était composé de soixante-huit cardinaux. Parmi eux, cinquante-six prirent part au conclave, mais Giovanni Battista Salerni dut quitter le conclave pour raison de maladie[réf. nécessaire], les derniers tours de scrutin eurent donc lieu en présence de cinquante-cinq cardinaux-électeurs (classés dans l'ordre chronologique de leur élévation au rang de cardinal):

Nom Date d'élévation au cardinalat Fonction
Sebastiano Antonio Tanara Cardinal-évêque de Ostia e Velletri; Doyen du Collège des cardinaux; Préfet de la Congrégation du cérémonial; Préfet de la Congrégation de l'immunité ecclésiastique
Vincenzo Maria Orsini, O.P. Cardinal-évêque de Porto e Santa Rufina; vice-doyen du Sacré Collège des cardinaux; Administrateur du Bénévent
Francesco del Giudice Cardinal-évêque de Frascati; administrateur de Monreale; Secrétaire de la Sacrée congrégation de l'inquisition romaine et universelle; Cardinal-protecteur du Royaume de Sicile
Fabrizio Paolucci Cardinal-évêque d'Albano; Cardinal secrétaire d'État; Grand pénitent; Préfet de la Congrégation des Rites
Francesco Pignatelli, Theat. Cardinal-évêque de Sabina; Archevêque de Naples
Francesco Barberini Cardinal-évêque de Palestrina
Giacomo Boncompagni Cardinal-prêtre de S. Maria in Via; archevêque de Bologne
Giuseppe Sacripante Cardinal-prêtre de S. Prassede; préfet de la Sacrée congrégation pour la propagation de la foi; Proto-dataire de Sa Sainteté le pape
Giorgio Cornaro Cardinal-prêtre de SS. XII Apostoli; archevêque de Padoue
Lorenzo Corsini Cardinal-prêtre de S. Pietro in Vincoli; Préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique; Cardinal-protecteur des ordres des Franciscains et des Servites
Francesco Acquaviva d'Aragona Cardinal-prêtre de S. Cecilia; Cardinal-protecteur du Royaume d'Espagne
Tommaso Ruffo Cardinal-prêtre de S. Maria in Trastevere; Archevêque de Ferrare
Orazio Filippo Spada Cardinal-prêtre de S. Onofrio; Archevêque d'Osimo
Filippo Antonio Gualterio Cardinal-prêtre de S. Crisogono; Cardinal-protecteur de l'Angleterre et de l'Écosse
Giuseppe Vallemani Cardinal-prêtre de S. Maria degli Angelli alla Terme
Giandomenico Paracciani Cardinal-prêtre de S. Anastasia; Vicaire général de Rome
Carlo Agostino Fabroni Cardinal-prêtre de S. Agostino; Préfet de la Congrégation de l'Index
Pietro Priuli Cardinal-prêtre de S. Marco; évêque de Bergame
Michelangelo de' Conti Cardinal-prêtre de SS. Quirico e Giulitta; Cardinal-protecteur du Royaume du Portugal
Ulisse Giuseppe Gozzadini Cardinal-prêtre de S. Croce in Gerusalemme; Archevêque d'Imola
Lodovico Pico della Mirandola Cardinal-prêtre de S. Silvestro in Capite; archevêque de Senigallia
Gianantonio Davia Cardinal-prêtre de S. Callisto; Archevêque de Rimini
Agostino Cusani Cardinal-prêtre de S. Maria del Popolo; archevêque de Pavie
Giulio Piazza Cardinal-prêtre de S. Lorenzo in Panisperna; archevêque de Faenza
Antonfelice Zondadari Cardinal-prêtre de S. Balbina
Giovanni Battista Bussi Cardinal-prêtre de S. Maria in Aracoeli; Archevêque d'Ancône
Pier Marcellino Corradini Cardinal-prêtre de S. Giovanni a Porta Latina; Préfet de la Congrégation pour le Concile
Armand Gaston Maximilien de Rohan Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; Évêque de Strasbourg
Wolfgang Hannibal von Schrattenbach Cardinal-prêtre de S. Marcello; Évêque d'Olomouc; Protecteur d'Allemagne
Giovanni Battista Tolomei, S.J. Cardinal-prêtre de S. Stefano al Monte Celio; Camerlingue du Sacré Collège
Benedetto Odescalchi-Erba Cardinal-prêtre de SS. Nereo ed Achilleo; Archevêque de Milan
Henri-Pons de Thiard de Bissy Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; Évêque de Meaux
Innico Caracciolo Cardinal-prêtre de S. Tommaso in Parione; Évêque d'Aversa
Bernardino Scotti Cardinal-prêtre de S. Pietro in Montorio
Niccolò Caracciolo Cardinal-prêtre de S. Martino ai Monti; Archevêque de Capoue
Giovanni Battista Patrizi Cardinal-prêtre de SS. IV Coronati; Légat du pape à Ferrare
Nicolò Gaetano Spinola Cardinal-prêtre de S. Sisto
Giberto Bartolomeo Borromeo Cardinal-prêtre de S. Alessio; évêque de Novare; Patriarche latin d'Antioche
Imre Csáky Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; Archevêque de Kalocsa-Bács
Giorgio Spinola Cardinal-prêtre de S. Agnese fuori le mura
Cornelio Bentivoglio Cardinal-prêtre de S. Girolamo degli Schiavoni; Légat du pape en Émilie-Romagne
Thomas-Philippe d’Hénin-Létard d’Alsace-Boussut de Chimay Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; Archevêque de Malines
Gianfrancesco Barbarigo Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; évêque de Brescia
Michael Friedrich von Althann Cardinal-prêtre de S. Sabina; Évêque de Vác
Giovanni Battista Salerni, S.J. Cardinal-prêtre de S. Prisca[14]
Álvaro Cienfuegos Villazón, S.J. Cardinal-prêtre de S. Bartolomeo all’Isola; évêque de Catane
Benedetto Pamphilj, O.S.Io.Hieros. Cardinal-diacre de S. Maria in Via Lata; Protodiacre du Sacré Collège des cardinaux; Libraire de la Sainte Église catholique; Archiprêtre du patriarcat de la Basilique Saint-Jean de Latran; Préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique
Pietro Ottoboni Cardinal-diacre de S. Lorenzo in Damaso; vice-chancelier de la Sainte Église catholique romaine; Archiprêtre du patriarcat de la Basilique libérienne; Cardinal-protecteur du Royaume de France
Giuseppe Renato Imperiali Cardinal-diacre de S. Giorgio in Velabro; Préfet de Congrégation de la discipline régulière; Préfet de la Congrégation pour la discipline religieuse
Lorenzo Altieri Cardinal-diacre de S. Agata in Suburra
Carlo Colonna Cardinal-diacre de S. Angelo in Pescheria
Annibale Albani Cardinal-Diacre de S. Maria in Cosmedin; Camerlingue de la Sainte Église catholique; Archiprêtre de la Basilique du Vatican; Gouverneur de Frascati et de Castelgandolfo; Cardinal-protecteur de the Royaume de Pologne; ambassadeur d'Autriche auprès du Saint-Siège
Curzio Origo Cardinal-diacre de S. Eustachio
Damian Hugo Philipp von Schönborn Cardinal-diacre de S. Nicola in Carcere Tulliano ; évêque de Spire
Fabio Olivieri Cardinal-diacre de SS. Vito e Modesto; Secrétaire des brefs apostoliques
Giulio Alberoni Cardinal-diacre de S. Adriano; évêque de Malaga

Quarante-quatre cardinaux-électeurs furent créés par Clément XI, cinq par Innocent XII, cinq par Alexandre VIII, un par Innocent XI (Pamphili) et un par Clément X (Orsini).

Cardinaux absents[modifier | modifier le code]

Douze cardinaux ne purent prendre part à l'élection, du fait de leur absence[3]

Nom Date d'élévation au cardinalat Fonction
Galeazzo Marescotti Cardinal-prêtre de S. Lorenzo in Lucina; Proto-prêtre du Sacré Collège des cardinaux
Louis-Antoine de Noailles Cardinal-prêtre de S. Maria sopra Minerva; archevêque de Paris
Lorenzo Fieschi Cardinal-prêtre de S. Maria della Pace; archevêque de Gênes
Christian August von Sachsen-Zeitz Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; archevêque d'Esztergom; administrateur de Györ; Cardinal-protecteur d'Allemagne; Chancelier suprême du Royaume de Hongrie
Nuno da Cunha e Ataíde Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; Inquisiteur général de l'Inquisition portugaise; évêque titulaire de Targa
Léon Potier de Gesvres Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; archevêque de Bourges
François de Mailly Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice];archevêque de Reims
Luis Antonio Belluga y Moncada Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; évêque de Cartagène
José Pereira de Lacerda Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; évêque de Faro
Carlos de Borja y Centellas Cardinal-prêtre [sans titre cardinalice]; Patriarche des Indes occidentales; archevêque titulaire de Trébizonde
Melchior de Polignac Cardinal-diacre [sans titre associé]
Carlo Maria Marini ) Cardinal-diacre of S. Maria in Aquiro

Tous les absents avaient été ordonnés par le pape Clément XI, à l'exception de Marescotti, qui avait été nommé cardinal par Clément X, et de Noailles, par Innocent XII.

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. L. Pastor, pp5-9
  2. L.Pastor, p.10-14
  3. a b c d et e Sede Vacante 1721
  4. a et b Bibliothèque pontifical: Biographie d'Innocent XIII
  5. L. Pastor, p. 6
  6. L.Pastor, p.14
  7. L.Pastor, p.15
  8. L.Pastor, p. 16
  9. L.Pastor, p.19-20
  10. L.Pastor, p.21-24
  11. L.Pastor, p. 25
  12. L.Pastor, p. 26
  13. S.Miranda: Cardinal Michelangelo de' Conti (Pape Innocent XIII
  14. Il dut quitter le conclave pour raisons de santé