Concertos pour piano nº 1-4 de Mozart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Concerto pour piano no 1 en fa majeur
Concerto no 2 en si bémol majeur
Concerto no 3 en ré majeur
Concerto no 4 en sol majeur
K. 37 et 39-41
image illustrative de l’article Concertos pour piano nº 1-4 de Mozart
Mozart, en 1770

Genre Concerto pour piano
Nb. de mouvements 3
Musique Wolfgang Amadeus Mozart
Effectif Piano et orchestre
Dates de composition 1767

Les quatre premiers concertos pour piano no 1 à 4 ( numérotés K. 37 et 39-41) ont été écrits par Wolfgang Amadeus Mozart à l'âge de onze ans, à Salzbourg. Son père Leopold Mozart a noté que ces concertos avaient été terminés en avril 1767 pour le K. 37 et en juillet pour les K. 39-41.

Historique[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps, ils ont été considérés comme des œuvres originales. Aujourd'hui, nous savons qu'il s'agit en fait d'orchestrations de sonates de divers compositeurs allemands. Les œuvres sur lesquels se basent les concertos ont été publiées en grande partie à Paris, et il est probable que Mozart et sa famille les ont connues ou leurs auteurs durant leur séjour à Paris en 1763-1764.

En exploitant les mouvements de sonates d'autres compositeurs, le jeune Mozart semble s'être initié à la manière de résoudre les problèmes que soulève la composition de concertos pour piano[1]. Il est possible que Leopold Mozart ait planifié d'utiliser ces œuvres comme méthode d'apprentissage. Il poussait le jeune Mozart à aborder sans détours tous les principaux problèmes de composition. Cette hypothèse est confortée par deux faits. Premièrement, Leopold a exclu ces quatre premiers concertos de sa liste de 1768, ce qui suggère qu'il ne les considérait pas réellement comme des créations de son fils. Deuxièmement, dans les quatre autographes, on reconnaît la main de Mozart et celle de Leopold (à noter que le K.41 est principalement écrit par Leopold)[1].

Concerto no 1 en fa majeur, K. 37[modifier | modifier le code]

Le concerto est écrit pour cordes, piano (ou clavecin) et une paire de hautbois et de cors. Il comporte trois mouvements:

  1. Allegro, en fa majeur
  2. Andante, en do majeur
  3. Allegro

Le premier mouvement est basé sur un mouvement d'une sonate de Hermann Raupach (en) pour clavier avec accompagnement de violon, figurant dans une série de six publiées à Paris en 1756.

L'origine du second mouvement est inconnue. Eric Blom, éditeur de la 5e édition du Grove's Dictionary (1954), suggère que ce mouvement sot réellement une composition de Mozart.

Le mouvement final se base sur une sonate de Leontzi Honauer de Strasbourg.

Concerto no 2 en si bémol majeur, K. 39[modifier | modifier le code]

Le concerto est écrit pour cordes, piano (ou clavecin) et une paire de hautbois et de cors. Il comporte trois mouvements:

  1. Allegro spiritoso, en si bémol majeur
  2. Andante staccato
  3. Molto allegro

Les premier et troisième mouvements sont à nouveau de Raupach, alors que le mouvement lent est basé sur une pièce de Johann Schobert, un compositeur admiré par Mozart.

Concerto no 3 en ré majeur, K. 40[modifier | modifier le code]

Le concerto est écrit pour cordes, piano (ou clavecin) et une paire de hautbois, de cors et de trompettes. Il comporte trois mouvements:

  1. Allegro maestoso, en ré majeur
  2. Andante
  3. Presto

Le premier mouvement est basé une fois de plus sur une composition de Honauer, le second sur une de Johann Gottfried Eckard (op. 1, n.º 4), le claveciniste le plus fameux de son époque. Le troisième sur la pièce de Carl Philipp Emmanuel Bach La Boehmer, publiée au début des années 1760. Les cadences de Mozart pour le concerto ont été sauvées.

Concerto no 4 en sol majeur, K. 41[modifier | modifier le code]

Le concerto est écrit pour cordes, piano (ou clavecin) et une paire de cors et de flûtes. Il comporte trois mouvements:

  1. Allegro
  2. Andante, en sol mineur.
  3. Molto Allegro

Les premier et troisième mouvements sont basés sur des mouvements de Honauer, et le second sur un de Raupach.

Évaluation[modifier | modifier le code]

En comparaison avec les concertos postérieurs de Mozart ou ceux de Johann Christian Bach, il s'agit d'œuvres assez pauvres. Les préludes que Mozart a ajoutés aux sonates ne présentent pas une richesse de thèmes, comme ce sera typique dans ses œuvres postérieures. Ni l'exposition ni la section centrale n'offrent de nouveaux matériaux thématiques. Le rôle joué par le clavier comme soliste ou basse continue n'est pas clairement séparé. Cependant, certains traits des structures postérieures peuvent être détectés: par exemple, la taille relative des sections est approximativement similaire, bien que dans un cadre beaucoup plus restreint.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Piano Concertos Nos. 1–4 (Mozart) » (voir la liste des auteurs).

  1. a et b Stanley Sadie (2008) "Mozart: The early years"

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]