Concert Mayol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Concert parisien)
Aller à : navigation, rechercher
Concert Mayol
Type music-hall
Lieu 10, rue de l'Échiquier
Coordonnées 48° 52′ 17″ nord, 2° 21′ 02″ est

Géolocalisation sur la carte : 10e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 10e arrondissement de Paris)
Concert Mayol

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Concert Mayol

Le Concert Mayol est un cabaret parisien, aujourd'hui disparu, qui était situé 10, rue de l'Échiquier dans le 10e arrondissement.

Ouvert sur l'emplacement de l'ancien couvent des Filles-Dieu par MM. Fournier et Valentin sous le nom de Concert parisien, ce café-concert voit défiler les vedettes de l'époque : Paulus en 1882 (direction Musleck) puis, à partir de 1894 sous la direction de Dorfeuil, Yvette Guilbert, Dranem, Max Dearly, etc. C'est là que Félix Mayol fait ses débuts parisiens le 1er mai 1895. L'entrée se fait alors par le 37, rue du Faubourg-Saint-Denis.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Mayol et sa troupe (affiche d'Adrien Barrère, 1915)

Devenu célèbre, Mayol rachète l'établissement en 1909 et lui donne le nom de Concert Mayol. Ayant déplacé l'entrée principale rue de l'Échiquier, il y produit des spectacles dont il est la vedette et lance à son tour de jeunes artistes parmi lesquels Valentin Sardou, Maurice Chevalier et Raimu.

Il cède la direction en 1914 à Oscar Dufrenne qui consacre le lieu au music-hall en montant, en collaboration avec Henri Varna, des revues à grand spectacle. S'y produisent Gina Palerme, Marie Dubas, Lucienne Boyer, Émile Audiffred, Gaby Montbreuse, Fernandel, Parisys, etc. Lui succèdent en 1933 Saint-Granier qui, après des travaux de rénovation, y crée une opérette qui connait un grand succès, puis en 1934 André Denis et Paul Lefebvre qui se spécialisent dans les revues de « nu ». Après la Seconde Guerre mondiale, il ne retrouve plus son public et végète en présentant des spectacles de strip-tease jusqu'à sa fermeture définitive en 1976.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]