Concepción Cabrera de Armida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Concepción Cabrera de Armida
image illustrative de l’article Concepción Cabrera de Armida
Vénérable
Naissance , San Luis Potosí, Mexique
Décès , Mexico, Mexique 
Nationalité Drapeau : Mexique Mexicaine
Vénérée à église San José del Altillo à Mexico
Béatification décret signé le 8 juin 2018 par le pape François ; date à fixer
Vénérée par l'Église catholique
Fête 3 mars

Concepción Cabrera de Armida, ou Conchita ( - ), est une laïque et militante catholique mexicaine. Épouse et mère de neuf enfants, elle est connue pour ses expériences mystiques et ses écrits spirituels. Elle a donné naissance aux Obras de la Cruz et fondé trois autres instituts religieux. Le 8 juin 2018, le Saint-Siège annonce sa prochaine béatification.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et mariage[modifier | modifier le code]

María Concepción Cabrera de Armida, surnommée Conchita, naît le dans une famille aisée de San Luis Potosí. Ses parents, Octaviano Cabrera Lacavex et Clara Arias Rivera, appartiennent à la petite bourgeoisie mexicaine et sont profondément religieux. À l'âge de 21 ans, Conchita se fiance avec Francisco Armida. Leur mariage est célébré le [1]. Entre 1885 et 1899, le couple donnera naissance à neuf enfants. La famille vit aisément et les enfants reçoivent une bonne éducation.

Le , Francisco Armida meurt prématurément. Conchita se retrouve seule pour gérer la famille et élever ses neuf enfants. Elle se dédie à leur éducation et aux travaux de la maison. Elle leur enseigne aussi les préceptes de la foi catholique, si bien que quelque uns d'entre eux entreront dans la vie religieuse. Elle est active au sein de sa paroisse, assiste à la messe tous les matins et visite les voisins pauvres ou malades. En 1895, elle crée l'Œuvre de la Croix pour ceux qui "désirent sanctifier leur quotidien en s'identifiant au Christ sur la Croix"[1].

Œuvres religieuses[modifier | modifier le code]

Les quatre œuvres et instituts auxquels elle a donné naissance :

  • Œuvres de la Croix : fondé en 1895, rassemble des laïcs, des époux, des prêtres et des religieux dans le but de sanctifier leur quotidien. Il n'y a pas de règles mais le but est de est de s'offrir, et notamment effectuer des sacrifices, pour le rachat des péchés du monde, en s'identifiant au Christ sur la croix.
  • Congrégation des Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus : fondé en 1897, religieuses contemplatives. Elles sont particulièrement tournées vers l'adoration eucharistique et prient pour la sanctification des prêtres.
  • Alliance de l'Amour avec le Sacré-Cœur de Jésus : fondée en 1909, elle rassemble des fidèles qui incluent dans leur quotidien des heures de prière et une aide particulière (dans la prière et le service) au ministère sacerdotal
  • Fraternité du Christ Prêtre : fondé en 1912, association de fidèles et de religieux pour la sanctification du ministère sacerdotal

Conchita est aussi connue pour avoir inspiré la fondation des Missionnaires de l'Esprit Saint, fondés en 1914 par Félix de Jésus Rougier. En février 1903, au cours d'une confession, elle reconnaît dans le père Rougier le prêtre que le Seigneur lui aurait indiqué au cours d'une expérience mystique ; il l'aurait choisit pour fonder une nouvelle famille religieuse et redonner un souffle à l'Église catholique au Mexique. Le père Rougier y voit une révélation de Dieu et mettra tout en place pour effectuer ce qu'il voit comme une "mission"[1]. Dès lors, Conchita et le père Rougier resteront liés jusqu'à leur mort et elle participera de près à la fondation des nombreux instituts du missionnaire français.

Elle sera aussi la promotrice de la consécration du Mexique à l'Esprit-saint en 1924.

Dernières années[modifier | modifier le code]

Après le départ de ses enfants du foyer et après la fondation de ses œuvres et instituts religieux, Conchita vit dans une grande austérité, partageant ses journées entre prière, écriture et visite à ses religieuses ou aux membres des œuvres qu'elle a fondées. En 1913, le pape Pie X l'autorise, par une autorisation exceptionnelle, de faire sa profession religieuse tout en restant dans le milieu familial.

Elle meurt donc en religieuse le à Mexico, entourée de ses enfants.

Spiritualité[modifier | modifier le code]

Conchita a mis par écrit toutes ses expériences mystiques et ses réflexions dans son journal. Celui est composé de 60 000 pages manuscrites, rassemblées dans 158 tomes. L'un des recueils d'écrits de Conchita est Journal spirituel d'une mère de famille, traduit dans une dizaines de langue et réédité plusieurs fois.

Dans ses écrits, elle fait notamment part de ses nombreuses visions et d'autres expériences mystiques telles que les apparitions du Christ ou de la Sainte Trinité. Le Christ lui transmet des messages notamment centré sur son Sacré-Cœur et la Miséricorde divine. Dans ses écrits, Conchita fait part de la grâce de maternité des âmes qu'elle a reçu. Cela consiste à s'offrir, corps et âme, au salut des âmes. Elle se fera victime pour chacune des âmes et notamment pour les plus pécheurs et pour les prêtres. Tout au long de ses écrits, elle parle aussi du mystère de l'Eucharistie.

Son œuvre écrite est considérée par certains théologiens comme un œuvre majeure de spiritualité et comparable aux écrits de saint Thomas d'Aquin ou de sainte Thérèse d'Avila.

Béatification[modifier | modifier le code]

La cause pour sa béatification et canonisation débute en 1959 dans l'archidiocèse de Mexico.

Le , le pape Jean-Paul II reconnaît l'héroïcité de ses vertus et la déclare vénérable.

Le 8 juin 2018, le pape François reconnaît comme authentique un miracle attribué à l'intercession de Conchita, et signe le décret permettant sa béatification[2]. La date de la cérémonie durant laquelle elle sera proclamée bienheureuse n'a pour le moment pas été fixée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Concepción Cabrera de Armida, L'Incarnation : source de Miséricorde, Saint-Céneré, Téqui, 2017.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Javier Sicilia, Concepción Cabrera de Armida: la amante de Cristo, Fondo de Cultura Económica, , 518 p. (ISBN 9681664485 et 9789681664480).
  • (es) Ignacio Navarro Alfaro, Itinerario espiritual de Concepción Cabrera de Armida: las grandes etapas, La Cruz, , 125 p. (ISBN 9707630051 et 9789707630055).
  • (es) Bernardo Olivera, Un encuentro sellado por la pureza: Concepción Cabrera de Armida y Félix de Jesús Rougier, La Cruz, , 239 p. (ISBN 9686919961 et 9789686919967).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]