Georges de Saint-Foix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Georges de Saint-Foix (né le à Paris - mort le à Aix-en-Provence) est un musicologue français, connaisseur apprécié de Mozart et spécialiste du XVIIIe siècle[1] et du début du XIXe siècle. Il est le fils du Comte de Saint-Foix du même nom, celui-là-même qui en 1858 servit de guide à Gustave Flaubert à Carthage alors qu'il préparait son roman Salammbô[2]. Élève à la Schola Cantorum, il étudie le violon et la Théorie de la Musique avec Vincent D'Indy. Juriste de formation, il devient l'un des plus brillants musicologues français de la première moitié du XXe siècle en se faisant connaître par ses études sur Mozart, Cherubini, Bach, Clementi, Gluck et Boccherini[3].

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

  • W. A. Mozart : sa vie musicale et son œuvre de l'enfance à la pleine maturité, 1756-1777, essai de biographie critique, avec Théodore de Wyzewa.
  • Georges de Saint-Foix et Louis Picquot, Boccherini : notes et documents nouveaux et Notice sur la vie et les ouvrages de Luigi Boccherini, Paris, Librairie musicale R. Legouix, 1930, 203 p. (OCLC 2901630). Réédition de l'ouvrage de Louis Picquot[4] avec une introduction de 45 pages et des annotations actualisées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Antoine Albalat, Gustave Flaubert et ses amis, Plon, 1927 page 16, note 1. Consulté le 3 février 2012.
  2. Antoine Albalat, Gustave Flaubert et ses amis, Plon, 1927, pages 12 à 16. Consulté le 3 février 2012.
  3. (es) Jaime Tortella (Dir.), Luigi Boccherini : Diccionario de Términos, Lugares y Personas, Madrid, Asociación Luigi Boccherini (no 3), 2008, 484 p. (ISBN 84-612-6846-6, OCLC 731149670) (en) lire en ligne Document utilisé pour la rédaction de cet article.
  4. (1804-1870). Auteur de la première biographie de Luigi Boccherini intitulée Notice sur la vie et les ouvrages de Luigi Boccherini, suivie du catalogue raisonné de toutes ses œuvres, tant publiées qu'inédites, Paris, chez Philipp (= Camille Prilipp), 1851.

Liens externes[modifier | modifier le code]