Comté (région naturelle d'Auvergne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Comté
Image illustrative de l’article Comté (région naturelle d'Auvergne)
Vic-le-Comte et ses environs

Pays France
Subdivision administrative Auvergne-Rhône-Alpes
Subdivision administrative Puy-de-Dôme
Villes principales Vic-le-Comte
Régions naturelles
voisines
Livradois,
Billomois
Limagne d'Issoire
Pays (div. territoriale) Allier Comté Communauté
Régions et espaces connexes Grande Limagne

La Comté (Comtadés en occitan auvergnat[1]) est une micro-région naturelle et historique située en Limagne, au cœur de l'Auvergne. Sa capitale est Vic-le-Comte.

Situation[modifier | modifier le code]

Cette micro-région de Grande Limagne est située au centre du département du Puy-de-Dôme, près de la ville de Vic-le-Comte. Elle est bordée au nord par la micro-région du Billomois et au sud par la Limagne d'Issoire. À l'est, elle fait transition avec les Monts du Livradois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

Guy II d'Auvergne combattant le roi de France Philippe-Auguste. Chroniques de Saint-DenisBritish Library.

Après une campagne victorieuse contre Henri II d'Angleterre en 1188, le roi de France Philippe-Auguste, qui a succédé à Louis VII, s'approprie directement le comté d'Auvergne. Les guerres se poursuivant entre les rois de France et d'Angleterre, Richard Cœur de Lion ayant succédé à Henri II, les seigneurs auvergnats se voient contraints de prendre position. Le comte d'Auvergne Guy II, petit-fils de Guillaume VIII l'Ancien, se range derrière Richard Cœur de Lion, tandis que l'évêque de Clermont, Robert, frère de Gui II, prend parti pour Philippe-Auguste. Dès 1196 le conflit s'accentue et atteint son paroxysme en 1210 à Mozac entre partisans de Guy II d'Auvergne et partisans du roi de France. Ce moment marque le début de la guerre entre les deux États[2].

Malgré une alliance anglaise plus ou moins concrète et après plusieurs années de combat, le comte Guy II est défait par les armées du roi de France Philippe-Auguste lors du siège de Tournoël en . Une majorité de l'Auvergne est alors annexée au royaume de France. Cependant, un petit territoire situé au centre de la Limagne, autour de Vic-le-Comte, est laissé à Guy II auquel l'on garantit l'indépendance.

Le grand comté d'Auvergne a donc été découpé en deux parties : la première est revenue au royaume de France et a pris le nom de « Terre d'Auvergne », sa capitale était Riom. La deuxième, bien plus petite, est restée indépendante et a reçu le nom de « Comté » ; les comtes d'Auvergne ont fait de Vic-le-Comte leur nouvelle capitale[3],[4].

La Comté d'Auvergne restera dans les mains comtales jusqu'au mariage de Catherine de Médicis, comtesse d'Auvergne avec le roi Henri II[5],[6].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Roux, L'auvergnat de poche, Chennevières-sur-Marne (Val-de-Marne), Assimil, coll. « Assimil évasion », , 246 p. (ISBN 978-2-7005-0319-7 et 2700503198)
  2. (en) Augustin Thierry, History of the Conquest of England by the Normans - Its Causes, and its Consequences, in England, Scotland, Ireland, and on the Continent : Volume II, Cambridge, Cambridge University Press, , 486 p. (ISBN 978-1-108-03024-3, lire en ligne), p. 239-240
  3. « Vic-le-Comte en quelques dates », sur http://www.vic-le-comte.fr/
  4. Josiane Teyssot, « La frontière occidentale de l’Auvergne du XIIe au XVe siècle », Siècles, revue du Centre d'Histoire Espaces et Cultures, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, vol. 15,‎ (lire en ligne)
  5. Bibliothèque de l'École des chartes volume 3 (1842 - page 418)
  6. Jean Anglade, Histoire de l'Auvergne, Paris, Hachette littérature, (ISBN 2-01-000880-4, BNF 34559868), p. 117