Comps (Drôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Comps
Comps (Drôme)
Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Comps.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Intercommunalité Communauté de communes Dieulefit-Bourdeaux
Maire
Mandat
Jean-Pierre Fabre
2020-2026
Code postal 26220
Code commune 26101
Démographie
Gentilé Compsois, Compsoises
Population
municipale
143 hab. (2019 en diminution de 12,27 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 12″ nord, 5° 06′ 47″ est
Altitude Min. 465 m
Max. 959 m
Superficie 11,88 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Dieulefit
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Comps
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Comps
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Comps
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Comps

Comps est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Comps est située à 8 km au nord-est de Dieulefit et à 6 km au sud de Bourdeaux.

Rose des vents Truinas Bourdeaux Rose des vents
Dieulefit N Orcinas
O    Comps    E
S
Vesc

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

  • Le Jabron prend sa source au nord de la commune.
  • La Rimandoule passe également sur son territoire.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est accessible par la route départementale RD 547.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Comps est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (58,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (56,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (41,2 %), prairies (25,5 %), zones agricoles hétérogènes (25,2 %), terres arables (8,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

L'habitat est dispersé, sans village chef-lieu[8].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

En plus du village principal, la commune est composée d'un hameau, Les Lombards.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[9] :

  • 1031 : mention de la viguerie : Vicaria de Culmis (cartulaire de Savigny, 237).
  • 1107 : mention du prieuré : Ecclesia de Culs (visites épiscopales, 901).
  • 1210 : Castrum de Cums (cartulaire de Die, 21).
  • 1293 : Castrum de Combis (Bulletin de la Société d'archéologie, IV, 380).
  • 1324 : Castrum de Comps (Duchesne : Comtes de Valentinois, 29).
  • XIVe siècle : mention du prieuré : Prior de Comps (pouillé de Die).
  • 1449 : mention du prieuré : Prioratus de Compis (pouillé hist.).
  • 1509 : mention de l'église Saint-Pierre : Ecclesia Beati Petri de Comps (visites épiscopales).
  • 1891 : Comps, commune du canton de Dieulefit.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom du village dériverait soit du gaulois cumba, « vallée » ; soit du latin culmen-inis, « point culminant ». Cette dernière hypothèse aurait l'avantage de respecter les formes anciennes du nom et de correspondre à l'implantation ancienne du village[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La plus ancienne attestation du village dans un document écrit remonte à 1032, quand des terres y sont données à l'abbaye de Savigny (Rhône). Les comtes de Valentinois y établissent une viguerie au XIe siècle dont le ressort s'étend de Bourdeaux à Dieulefit. À l'époque, le village est implanté sur un site perché[8].

Au XIe siècle, Comps était le chef-lieu, ou tout au moins donnait son nom à une viguerie comprenant avec une partie du canton de Dieulefit, partie de celui de Bourdeaux[9].

Le bourg compta deux seigneurs qui se distinguèrent aux croisades[10].

La seigneurie :

1744 (démographie) : 160 habitants[9].

Avant 1790, Comps était une communauté de l'élection, subdélégation et sénéchaussée de Montélimar, formant une paroisse du diocèse de Die, dont l'église, dédiée aux saints Pierre et Paul, est celle d'un prieuré qui, dépendant au XIe siècle et au XIIe siècle de l'abbaye de Savigny et ensuite de celle de Saint-Thiers de Saou, fut uni vers 1731 au chapitre de Saint-Sauveur de Crest, qui a été, de ce chef, décimateur et collateur dans cette paroisse jusqu'à la Révolution[9].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

À la Révolution française, le domaine du château est vendu comme bien national en 44 lots[8].

Cette commune fait partie du canton de Dieulefit depuis 1790[9].

En 1944, le 31 juillet, près de Comps, le terrain répondant au nom de code Framboise reçoit quinze parachutistes avec armes et bagages faisant partie d'un commando en provenance d'Alger sous les ordres du sous-lieutenant Corley. Le lendemain, 1er août, quinze autres parachutistes, sous les ordres de l'aspirant Muelle, sont réceptionnés [11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Comps.

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 1988 ? Gilbert Marcel    
avant 2005 2014 Roger Lafond    
2014 En cours
(au 13 novembre 2014)
Jean-Pierre Fabre[12] DVD Retraité

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2019, la commune comptait 143 habitants[Note 2], en diminution de 12,27 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,46 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
398206323305317361348355348
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
327312300297324320308281285
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
276267244190171175163174150
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
142119104129137118153163163
2018 2019 - - - - - - -
149143-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Ancienne école de Comps.

La commune de Comps, qui dépend de l'académie de Grenoble, n'a pas d'école en activité.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Randonnées : sentier du G.R.[10].
  • Chasse[10].

Santé[modifier | modifier le code]

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Comps dépend du diocèse de Valence, doyenné de Cléon-d'Andran[17].

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : pâturages (ovins), céréales / Produits locaux : fromage Picodon[10].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Motte castrale au point culminant de la commune[réf. nécessaire].
  • Château dominant la vallée[10].
  • Église Saints-Pierre-et-Paul (XIe siècle, MH) : plan carré, coupoles sur trompes, nef inachevée sur les quatre absidioles en cul-de-four (l'une est remplacée par une chapelle gothique), porte en arc brisé des XVe siècle-XVe siècle, tour massive avec lanterne[10].
  • Le château de Comps, ou château moderne, est quadrangulaire avec quatre tours d'angle. Il a été construit au XVe siècle sur une base médiévale par les Vesc, seigneurs du village[8].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Vallée sauvage du Jabron[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Comps Blason
Inconnu.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 2004, 192 pages.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a b c d e et f Marylène Ponthier, « Comps », Études drômoises, (no)116, octobre 2001, p. 46.
  9. a b c d e f g h et i J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 108.
  10. a b c d e f g et h Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, , 50 p. (ISBN 2-7399-5026-8), p. Comps.
  11. Henri Faure, « Etais-je un terroriste  ? (tome II, passage : nuit du 25 au 26 juillet) », sur wikiwix.com (consulté le ).
  12. Comps sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 13 novembre 2014).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  17. paroisse catholique