Ordre de bataille de la Force expéditionnaire britannique en 1914

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Plaque commémorative élevée en souvenir du régiment du corps expéditionnaire britannique ayant pris part aux combats en août 1914 et novembre 1918 près de Mons (Belgique).

Il s'agit de l'ordre de bataille du British Expeditionary Force envoyé en France en août et septembre 1914 au début de la Première Guerre mondiale. Cet ordre de bataille comprend toutes les unités de combat, y compris le Génie militaire et l'artillerie, mais pas les unités médicales, logistiques et de transmissions.
Les commandants sont indiqués pour tous les postes importants ainsi que les formations supérieures à la brigade.

Composition de la Force expéditionnaire[modifier | modifier le code]

La force expéditionnaire est formée des unités de l'armée régulière du Royaume-Uni, avec un effectif de 6 divisions d'Infanterie et une division de Cavalerie (soit 72 bataillons d'infanterie et 14 régiments de cavalerie), avec des unités de soutien soit environ 70 000 militaires. Les 7 divisions sont commandées de façon centralisée par le Grand Quartier Général.

Au moment de la mobilisation, les Britanniques pensent qu'un débarquement allemand sur la côte est de l'Angleterre est possible. Ils décident de conserver deux divisions pour la défense de leur territoire, ils n'envoient en France, début août 1914, que 4 divisions d'infanterie et une division de cavalerie. Une cinquième division d'infanterie est finalement envoyée à la fin du mois d'août et la sixième au début du mois de septembre.

Organigralle de la BEF en 1914.

GQG[modifier | modifier le code]

Le commandant en chef de la BEF était le Maréchal Sir John French.
Son état-major était composé ainsi :

Ordre de bataille au 22 août 1914[modifier | modifier le code]

Nota : toutes les unités dont la nature n'est pas spécifiée sont des bataillons.

La division de cavalerie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la déclaration de guerre, l'armée britannique ne comprend pas de division de cavalerie permanente. Lors de la mobilisation, les 4 premières brigades de cavalerie sont regroupées pour former une division. La 5e brigade de cavalerie reste indépendante.

1re Division de Cavalerie[modifier | modifier le code]

La 1re Division de Cavalerie Britannique est commandée par le Général Edmund Allenby.

5e Brigade de Cavalerie[modifier | modifier le code]

Ier Corps[modifier | modifier le code]

Le Ier Corps est commandé par le Général Sir Douglas Haig.

1re Division[modifier | modifier le code]

1re Division (en) est commandée par le Général Samuel Lomax

2e Division[modifier | modifier le code]

La 2e Division était commandé par le Général Monro.

IIe Corps[modifier | modifier le code]

Le IIe Corps (en) est commandé par le Général Sir James Grierson. Ce dernier meurt lors de son déplacement en train entre Rouen et Amiens le 17 août 1914, le Général Sir Horace Smith-Dorrien le remplace le 21 août et prend le commandement du corps à Bavai.

3e Division[modifier | modifier le code]

La 3e Division était commandée par le Général Hubert I. W. Hamilton (en)

Soldats du 4th/Royal Fusiliers, 9th Brigade, après la Bataille de Mons, le 22 aout 1914

5e Division[modifier | modifier le code]

La 5e Division était commandée par le Général Sir C. Fergusson.

IIIe Corps[modifier | modifier le code]

Le IIIe Corps a été formé en France le , et était commandée par le Général Pulteney.

4e Division[modifier | modifier le code]

La 4e Division a débarqué en France dans la nuit du 22 au . Elle était commandée par le Général T. D'O. Snow (en).

6e Division[modifier | modifier le code]

La 6e Division a embarqué pour la France les 8 et 9 septembre 1914. Elle était commandée par le Général J. L. Keir (en)

Force A[modifier | modifier le code]

L'emblème de l'Armée des Indes.

La Force A est l'ensemble des troupes venant des Indes intégrées au Corps expéditionnaire britannique, les troupes arrivent le 30 septembre 1914 à Marseille. Elle est formée de quatre divisions[1] regroupées en un Corps d'armée indienne, deux divisions d'infanterie et un Corps de cavalerie indienne aussi à deux divisions. Elle est commandée par James Willcocks[2]. Le corps de Lahore fut en tête lors de la bataille de La Bassée. La Force A est démantelée et son infanterie envoyée en Égypte en octobre 1915, la perte des officiers habitués à ces troupes dont ils parlaient la langue se fit cruellement sentir, presque autant que le froid. La force A n'a pas d'artillerie régimentaire, manque d'entrainement sur le matériel moderne. Seules les deux divisions de cavalerie restent en France et servent en soutien de troupes anglaises, servirent aussi démontées. Elles sont retirées du front Ouest en mars 1918 et transférées en Égypte.

Il y avait les troupes du service impérial qui provenaient des États princiers et regroupaient principalement des soldats du Punjab, Rajputana, ou encore des Sikhs. Les troupes de l'Armée des Indes sont formées de volontaires plus spécialement recrutés dans les régions gouvernées par l'Empire. La Force A compte plus de 130.000 soldats qui servent en France et en Belgique, 1 300 000 Indiens servent dans l'Armée des Indes et plus de 9.000 y laissent la vie[3] sur le front occidental. Personnalités y ayant servi :

éclaireurs du 9e Hodson en avril 1917.

Army troops[modifier | modifier le code]

  • Artillerie de siège:
    • No. 1 Siege Battery
    • No. 2 Siege Battery
    • No. 3 Siege Battery
    • No. 4 Siege Battery
    • No. 5 Siege Battery
    • No. 6 Siege Battery

Royal Flying Corps[modifier | modifier le code]

Les unités du Royal Flying Corps (Corps aérien) en France sont commandées par le Général Sir David Henderson.

Défenses des lignes de communications[modifier | modifier le code]

Taille des unités[modifier | modifier le code]

Un régiment de cavalerie est formé de quatre escadrons, il est doté de deux mitrailleuses. Un bataillon d'infanterie est formé de quatre compagnies et deux mitrailleuses.

Une batterie d’artillerie du Royal Horse (artillerie à cheval) comprend 6 canons de 13 pouces, tandis qu’une batterie d’artillerie du Royal Field (artillerie de campagne) comprend soit 6 canons de 18 livres, soit 6 obusiers de 4,5 pouces.
Une batterie lourde de la Royal Garnison comprend 4 canons de 60 livres.
Chaque batterie avait deux wagons de munitions par canons et chaque brigade d'artillerie, avec ses propres colonnes munitions.

En septembre 1914, chaque division reçoit un canon automatique de 37 mm contre aéronefs, le "pom-pom gun", détaché de la division d'artillerie.

La Division de cavalerie est composée de 12 régiments de cavalerie à 4 escadrons.
Chaque division d'infanterie est composée 3 brigades de 4 bataillons chacune (12 bataillons au total).
La Division de cavalerie (sans compter la 5e brigade de cavalerie) dispose de 9 269 hommes, tous grades confondus, 9 815 chevaux, 24 canons de 13 livres et 24 mitrailleuses.
Chaque division d'infanterie dispose de 18 073 hommes, tous grades confondus, 5 592 chevaux, 76 canons et 24 mitrailleuses.

Unités non employées dans le BEF[modifier | modifier le code]

La Force expéditionnaire britannique représente la moitié de l’armée britannique. Une partie importante de l'armée est maintenu en garnison outre-mer. La défense du territoire est assurée par des volontaires de la Force territoriale (FT) et par les réserves.

L'effectif total de l'armée régulière est en juillet 1914 de 125 000 hommes dans les îles britanniques, avec 75 000 en Inde et en Birmanie et une plus 33 000 dans d'autres affectations outre-mer.
L'Armée de Réserve compte 145 000 hommes dont 64 000 dans la milice. Les forces territoriales représentent 272 000 hommes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ian Sumner (ill. Mike Chappell), The Indian army, 1914-1947, Oxford, Osprey Pub, coll. « Osprey elite series » (no 75), , 64 p. (ISBN 978-1-841-76196-1, OCLC 803802984), p. 5
  2. (en) « The British Army in the Great War of 1914-1918 », sur www.1914-1918.net (consulté le 2 juin 2018)
  3. (en)[PDF]Commonwealth War Graves Commission Report on India 2007–2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]