Comportement ordalique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ordalie (homonymie).
Le saut à l'élastique est un saut jugé « à risques » et prisé par les personnes appréciant les sensations fortes. Il peut être classé parmi les comportements ordaliques.

Un comportement ordalique (du vieil anglais ordal (qui a donné ordeal, l'épreuve, et du germanique urthel, « jugement » qui donne « jugement de Dieu ») est un comportement à haut risque, motivé par un besoin de jouer avec la mort ou de revitaliser son existence. En psychologie, on parle d'une « appétence traumatophilique », qui est un fort désir de valider son existence en la risquant, comme dans le cas des sports extrêmes ou des conduites à risque.

On parle également en psychologie d'« ordalisme », néologisme ayant le même sens que comportement ordalique ou encore conduite à risque.

L'ordalisme évoque Dionysos et son culte orgiaque. Il s'agit de la recherche exclusive de l'intensité de la vie, du plaisir sans frein et non d'une vie économe qui dure longtemps, ascétique et apollinienne.

En santé publique, la réduction des risques est l'expression de l'obligation faite à tous d'une vie économe, aux antipodes du culte dionysiaque.

La vie d'Hervé Guibert et son roman autofictionnel sur la révélation de son sida, À l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie, sont l'exemple même de la conduite à risque. De même dans la littérature américaine la vie et l'œuvre autobiographique de Charles Bukowski dont Factotum et Au sud de nulle part sont également à mettre en rapport avec les conduites à risques (ainsi que l'alcoolisme), qui sont liés aux traumatismes de l'enfance. Les personnages de Marla Singer dans Fight Club et de Nadja d'André Breton relèvent aussi de personnalités ordaliques.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]