Compilation J

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La compilation J de l'enfance est un récit apocryphe chrétien écrit en latin portant sur l'enfance de Marie, la naissance de Jésus et son enfance. On la qualifie de compilation puisqu'il s'agit du rassemblement de plusieurs textes. La lettre J vient du nom de son premier éditeur, Montagues Rhode James.

Histoire du texte[modifier | modifier le code]

La compilation J originelle n'existe plus, cependant la recherche contemporaine a permis d'en reconstruire les sources[1] :

La compilation J a pris deux formes distinctes :

Stemma de la compilation J

Les relations entre ces textes peuvent être visualisées dans le stemma ci-joint.

On date l'origine de la compilation J avant l'an 800, date du manuscrit connu le plus ancien[4]. La compilation J dépendant du Pseudo-Matthieu, elle ne peut remonter avant le milieu du VIe siècle, date la plus ancienne attribuée au Pseudo-Matthieu[5]. En revanche, la séparation entre les deux branches ne reçoit pas de datation.

Contenu du texte[modifier | modifier le code]

Forme Arundel[modifier | modifier le code]

La forme Arundel reçoit la plus ancienne attestation manuscrite en 800[4].

Son contenu peut se résumer ainsi[6] :

Forme Hereford[modifier | modifier le code]

La forme Hereford ne contient ni le prologue, ni la vie de Jean-Baptiste, ni les récits qui suivent la fuite en Égypte. En outre les récits suivants divergent en partie par rapport à la forme Arundel :

  • Récit de la découverte par Joseph de la grossesse de Marie : le forme Hereford reprend ici, en partie, le sermon pseudo-augustinien.
  • Récit de la fuite en Égypte (présent uniquement dans certaines formes de la forme Hereford).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Daniel Kaestli et Martin McNamara, « Latin infancy gospels : The J Compilation », dans Apocryphia Hiberniae, coll. « Corpus Christianorum Series Apocryphorum » (no 14), p. 638-639
  2. Rita Beyers, « Dans l'atelier des compilateurs. Remarques à propos de la compilation latine de l'enfance », Apocrypha, vol. 16,‎ , p. 101-102 ; on trouvera une reconstruction de cette source dans Jean-Daniel Kaestli et Martin McNamara, « The Irish Infancy Narratives and their relationship with latin sources », dans Apocryphia Hiberniae, coll. « Corpus Christianorum Series Apocryphorum » (no 13), p. 64-134.
  3. Pseudo-Augustin, Sermon Castissimum Mariae virginis uterum (App. 195), vol. 39, coll. « Patrologie Latine », p. 2107-2110
  4. a et b Jean-Daniel Kaestli et Martin McNamara, « Latin infancy gospels : The J Compilation », dans Apocryphia Hiberniae, coll. « Corpus Christianorum Series Apocryphorum » (no 14), p. 638
  5. Jean-Daniel Kaestli et Martin McNamara, « Latin infancy gospels : The J Compilation », dans Apocryphia Hiberniae, coll. « Corpus Christianorum Series Apocryphorum » (no 14), p. 637
  6. Jean-Daniel Kaestli et Martin McNamara, « Latin infancy gospels : The J Compilation », dans Apocryphia Hiberniae, coll. « Corpus Christianorum Series Apocryphorum » (no 14), p. 624-627
  7. Formellement, le texte ne précise pas de quel Héliodore il s'agit. Mais en relation avec Jérôme et Chromace, il ne peut s'agir que de celui d'Altino.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions du texte[modifier | modifier le code]

  • Montagues Rhode James, Latin infancy gospels, Cambridge, University Press,
  • Jean-Daniel Kaestli (éditeur) et Martin McNamara (éditeur), « Latin infancy gospels : The J Compilation », dans Apocryphia Hiberniae, coll. « Corpus Christianorum Series Apocryphorum » (no 14), p. 621-680

Traductions[modifier | modifier le code]

En date du 19 juin 2014, il n'existe pas de traduction française. On trouvera cependant une traduction anglaise partielle de la forme Arundel dans:

  • Bart D. Ehrman (traducteur) et Zlatko Pleše (traducteur), « The Latin infancy Gospels (J composition) : Arundel Form », dans The apocryphals Gospels : Texts and Translations, Oxford University Press, , p. 118-155

Études[modifier | modifier le code]

  • Rita Beyers, « Le charme discret de la compilation latine de l'enfance », dans Camille Focant et André Wénin, Analyse narrative et bible : Deuxième colloque international du RRENAB, Louvain-la-Neuve, avril 2004, Leuven University Press et Uitgeverij Peeters, , p. 351-361
  • Rita Beyers, « Dans l'atelier des compilateurs. Remarques à propos de la compilation latine de l'enfance », Apocrypha, vol. 16,‎ , p. 97-135