Comparaison des versions de 1946 et 1981 du film Le facteur sonne toujours deux fois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article compare Le facteur sonne toujours deux fois de 1946 avec une autre version de 1981: Le facteur sonne toujours deux fois.

Le livre de James M. Cain, dont les deux films sont tirés, a été adapté au cinéma à de multiples reprises.

Des comparaisons mettent en évidence les éléments qui diffèrent d'une adaptation à l'autre, entre le scénario du film de Tay Garnett de 1946 et celui de Bob Rafelson de 1981. Cependant, les choix d'adaptation peuvent être parfaitement neutres et ne renseignent pas forcément sur les directions et thèmes choisis par le réalisateur et/ou les scénaristes et/ou les producteurs. Ces différences peuvent par exemple être expliquées par le décalage temporel du contexte historique de la réalisation des deux films. On évitera néanmoins d'affirmer de manière stricte les raisons hypothétiques des différences, même si celles-ci peuvent sembler évidentes. Des comparaisons plus poussées nécessitent des références aux critiques de cinéma pour déterminer quels sont les choix qui illustrent une vision particulière du réalisateur et déterminer quels aspects du film sont pertinents ou non à comparer.

Comparaisons faites par les critiques de la presse cinématographique[modifier | modifier le code]

Alors que des critiques considèrent la version de 1946 comme un chef-d'œuvre combinant réalisme psychologique et social avec une atmosphère poétique et lyrique, le remake de 1981 est plutôt considéré comme un film commercial et complaisant.

De plus la différence d'époque de réalisation (1946 vs 1981) oblige Tay Garnett à respecter le code Hays alors que le film de 1982 peut se permettre des scènes érotiques beaucoup plus explicites. C'est donc tout l'art de la suggestion et de l'ellipse qui fait le charme du film de 1946[réf. nécessaire].

Comparaisons factuelles[modifier | modifier le code]

Comparaison des scénarios[modifier | modifier le code]

Tay Garnett (1946) Bob Rafelson (1981)
Fin des années trente, début des années quarante. Le vagabond Frank Chambers se fait engager en tant que mécano-pompiste à une station essence le long de la côte en Californie (il y est déposé, après avoir fait du stop, par le voisin, qui est procureur). Son nouveau patron, Nick, un homme affable dans la cinquantaine, y est également propriétaire d'un restaurant-bar qui accueille les voyageurs de passage. Il est marié à la très belle et très jeune Cora, qui semble ne pas travailler beaucoup et qui est cependant très ambitieuse. Fin des années trente, début des années quarante. Le vagabond Frank Chambers se fait engager en tant que mécano-pompiste à une station essence le long de la côte en Californie. Son nouveau patron, Nick, un homme dans la cinquantaine, y est également propriétaire d'un restaurant-bar qui accueille les voyageurs de passage. Il est marié à la très belle et très jeune Cora, qui travaille dur à la cuisine.
Cora n'est tout d'abord pas enchantée que Frank reste travailler et vivre avec eux. Frank l'embrasse de force ce premier jour. Le temps passe et Cora et Frank deviennent amants. En l’absence de Nick, il lui demande une fois de s'en aller avec lui, ce qu’ils entreprennent. Sur la route, à pied, les choses s'avèrent plus désagréables que prévu et Cora décide de rentrer chez elle ; Frank la suit. Frank entreprend assez violemment Cora. Celle-ci résiste d'abord puis cède, trop attirée par cet homme qui lui correspond mieux que son mari âgé. Ils deviennent amants. En l'absence de Nick, Frank il lui demande une fois de s'en aller avec lui, ce qu’ils entreprennent. En chemin, à une gare routière, Cora se rend compte que Frank est un joueur et elle rentre chez elle; Frank la rejoint.
Un plan pour faire disparaître Nick est mis au point. Celui-ci sera assommé dans son bain, ce qui devra passer pour un accident. Le soir prévu, un court-circuit empêche le plan de se dérouler comme prévu et Nick, seulement assommé et ne se doutant de rien, passe sa convalescence à l'hôpital. Un plan pour faire disparaître Nick est mis au point. Celui-ci sera assommé dans son bain, ce qui devra passer pour un accident. Le soir prévu, un court-circuit empêche le plan de se dérouler comme prévu et Nick, seulement assommé et ne se doutant de rien, passe sa convalescence à l'hôpital.
Frank quitte ensuite Cora et Nick, mais celui-ci, quelques semaines plus tard, tombe sur Frank par hasard et le ramène à la maison. Nick annonce qu'il va vendre son commerce pour aller vivre, avec Cora, auprès de sa sœur malade. Cette décision n'enchante pas du tout Cora.
Un nouveau plan pour se débarrasser de Nick est élaboré. Alors qu'ils se rendent les trois en voiture à une rencontre avec l'acheteur de la station, Nick, qui est saoul, est assommé. L’automobile est poussée dans un ravin mais Frank doit l'aider à dévaler la pente: il chute même avec celle-ci. Le procureur, qui avait des soupçons depuis l’affaire de la baignoire, les a suivis et arrive sur la scène de ce qu’il interprète comme un crime. Un nouveau plan pour se débarrasser de Nick est élaboré. Alors qu'ils se baladent les trois en automobile, Nick, qui est saoul, est assommé. L’automobile est poussée dans un ravin mais Frank doit l'aider à dévaler la pente: il chute même avec celle-ci.
Nick est mort et Frank s'en sort avec des blessures. Lui et Cora sont jugés pour meurtre. Après que Frank, manipulé par le procureur, a dénoncé Cora, l'avocat de celle-ci organise une machination subtile où Cora signe des aveux et un arrangement est obtenu avec les compagnies d’assurances, celle sur la vie que Nick avait signée (que ni Cora ni Frank connaissaient, un beau mobile pour le procureur) et celle qui devrait indemniser Frank en raison du tort physique subi dans la chute de la voiture. L’accusation du procureur est finalement modifiée et Cora et Frank sont libérés. Nick est mort et Frank s'en sort avec des blessures. Lui et Cora sont jugés pour meurtre. Après que Frank, manipulé par le procureur, a dénoncé Cora, leur avocat organise une machination subtile où Cora signe des aveux et un arrangement est obtenu avec les compagnies d’assurances, celle sur la vie que Nick avait signée (que ni Cora ni Frank connaissaient, un beau mobile pour le procureur) et celle qui devrait indemniser Frank en raison du tort physique subi dans la chute de la voiture. L’accusation du procureur est finalement modifiée et Cora et Frank sont libérés.
Ils retournent au restaurant mais le cœur n'y est plus puisque Frank a trahi Cora. Les affaires du restaurant se développent grâce à la renommée de leur propriétaire, la sulfureuse Cora. Enfin, pour faire taire les rumeurs, Cora et Frank se marient. Ils retournent au restaurant mais le cœur n'y est plus puisque Frank a trahi Cora. Les affaires du restaurant se développent grâce à la renommée de leur propriétaire, la sulfureuse Cora.
Cora part en déplacement car sa maman est très malade, et meurt. Pendant ce temps, Frank, incontournable, séduit une autre femme, ce qui sera découvert ensuite par Cora, qui s'en fâchera. Cora part en déplacement car sa maman est très malade, et meurt. Pendant ce temps, Frank, incontournable, séduit une autre femme. Cora annonce être enceinte à son retour.
Cora et Frank sont victimes d'un chantage sur la base des aveux de Cora mais le maître chanteur se fait vite déborder et Cora et Frank reprennent possession du dangereux document. Cora et Frank sont victimes d'un chantage sur la base des aveux de Cora mais le maître chanteur se fait vite déborder et Cora et Frank reprennent possession du dangereux document.
La femme rencontrée par Franck un peu plus tôt rend visite à Cora, ce qui la fâche. Elle décide de partir mais Franck l'en empêche. La maîtresse de Frank a rendu visite à Cora, ce qui la fâche.
Cora lui annonce qu'elle est enceinte et ils décident de tester leur amour avec une balade nocturne. Après avoir retrouvé leur amour terni par les affaires précédentes, Cora et Franck ont un accident de voiture alors que Franck conduisait (accidentel ou peut-être dû au subconscient de Franck). Celle-ci meurt et Franck est arrêté pour son meurtre. Tout le monde est finalement content. On se marie et on fête cette bonne nouvelle avec force boissons alcoolisées et, dans ces circonstances, un véritable accident d’automobile survient, dans lequel meurt Cora.
Frank, qui, en tant que mari, hériterait de tous les biens de Cora, est accusé et condamné pour le meurtre de sa femme. Celle-ci a aussi laissé une lettre d'adieux prévue pour sa fuite finalement avortée, dans laquelle elle mentionne leur participation à tous deux au meurtre de Nick.

Détails, éléments de comparaison[modifier | modifier le code]

Tay Garnett (1946) Bob Rafelson (1981)
Frank est un simple vagabond, qui s'arrête où il trouve du travail. Frank est un escroc qui vagabonde (au début du film, il ment pour se faire offrir un repas par Nick ; ensuite on apprendra qu'il a un casier judiciaire assez lourd).
Le conducteur qui a amené et déposé Frank à la station est un voisin; il est de plus le procureur de la région et, lors du procès, se rappellera la mauvaise impression que Frank lui a laissée. Le personnage du procureur apparaît plus tard dans l'histoire, au moment du procès.
Nick s’appelle Nick Smith (on l'apprend en tout cas au tribunal, plus tard dans l'histoire). Nick s’appelle Nick Papadakis.
Cora est présentée au spectateur d'une façon très glamour; elle est tout au long du film extrêmement bien habillée (toujours en blanc, à une ou deux exceptions près) et toujours sexy. Son caractère est celui d'une jeune femme qui en a bavé, subissant un premier assaut sexuel à 14 ans, qui a été très sollicitée par les hommes, qui en veut à la société et qui fera tout pour s'en sortir. C'est la femme fatale typique des films noir de l'époque. Cora est présentée au spectateur comme une femme laborieuse et a priori peu attirante. Dans la première scène où elle apparaît, le spectateur la voit transpirer suintant dans sa cuisine. Son charme et sa beauté ne se révéleront qu’au fur et à mesure. Sa priorité dans la vie est de vivre la passion.
La première rencontre entre Cora et Frank se déroule sur le mode du jeu de pouvoir, à qui sera le plus fort: Cora demande à Frank de lui rendre un objet qu'elle a perdu, en attendant qu'il fasse le premier pas vers elle mais Frank ne bouge pas et il gagne la partie puisque c'est elle qui vient à lui. La première rencontre se déroule sur le mode de la séduction: regards et sourires.
Après la proposition de Nick de rester travailler à la station, Frank hésite: le spectateur comprend que la femme de Nick constitue la raison principale de cette hésitation. Frank accepte de travailler pour Nick après avoir hésité, sans raison vraiment apparente.
Cora supplie Nick de payer une semaine à Frank et de le laisser partir en raison de la mauvaise impression qu'il lui laisse. Aucune séquence de ce type.
Cora va donner des ordres à un Frank inactif. Il lui répond du tac au tac, c'est un dur. Aucune séquence de ce type. De manière générale, Cora ignore Frank.
L’enseigne lumineuse de la station est remplacée sur une idée de Frank, ce qui redore son blason auprès de Cora. L’enseigne lumineuse de la station est remplacée sur une idée de Frank, sans que cela ne semble être utilisé dans le scénario.
En voix off (méthode utilisée à plusieurs reprises), Frank commente qu'il sent le drame arriver. Pas de voix off. Frank ne sent pas ce qui va se passer.
Le type des relations entre l'homme mûr Nick et sa très jeune femme Cora n'est pas explicite et rien ne vient confirmer si leur vie intime est inexistante ou non. Manifestement, Nick est un tendre et, en général, il se laisse mener par le bout du nez par son épouse, laquelle décide de ce qui se passe ou non dans le couple. Nick est très gentil et attentionné avec sa femme. L'homme mûr Nick et sa très jeune femme Cora ont des relations sexuelles. Le mari met sa main aux fesses de sa femme et Frank peut presque les observer au travers des fenêtres. Nick n'est pas très prévenant avec Cora: il est même directif, désagréable, macho, il la traite plutôt mal. (À un moment donné, il lui dit même avoir un cadeau pour elle: il s'agit d'une robe de chambre pour lui qui est censée lui plaire à elle, un bel exemple de goujaterie!)
Un soir, la gentillesse et la naïveté de Nick nous sont confirmées puisqu'il encourage Cora à danser avec Frank. Aucune séquence de ce type. Nick n'est ni un naïf ni un inconscient.
Des scènes de plage rapprochent Cora et Frank. Aucune séquence de ce type. Frank se contente d’épier une Cora distante.
La sexualité entre Cora et Frank n'est abordée que de manière sous-entendue, allégorique, ou alors lorsqu'elle lui annonce plus tard dans l'histoire être enceinte de lui. Les rapports sexuels entre Cora et Frank sont charnels et explicites.
La séquence de fuite de Cora et Frank est plus naïve, révélant surtout combien Cora est habituée à son petit confort: marcher sur la route ne lui convient pas. La séquence de fuite de Cora et Frank est plus cohérente, révélant surtout que Frank est un mauvais garçon qui préfère aller jouer (pour de l'argent) que de rester en compagnie de Cora.
Le plan - se débarrasser de Nick - est évoqué en premier lieu par Cora, de manière peu claire, puis approfondi par Frank. Un quiproquo intervient immédiatement entre Cora et Frank pour ne pas être celui qui a eu l'idée en premier. C'est Frank qui suggère l'idée.
Pendant la semaine d'hôpital de Nick, le spectateur devine que Cora et Franck peuvent profiter de leur bonheur. Pendant la semaine d'hôpital de Nick, le spectateur est témoin du bonheur partagé entre Cora et Franck: ils dorment ensemble, entre autres.
Aucune séquence de ce type. Scène avec une colonie d'enfants, clients du restaurant, qui montre un couple Cora-Frank très complice.
Aucune séquence de ce type. Scène de fête traditionnelle grecque, pendant laquelle Nick fait montre de sa reconnaissance envers son sauveur (lors de l'accident dans la baignoire), Frank, ce dont celui-ci se prévaudra auprès du procureur lors du procès.
Après le retour de Nick de l'hôpital, Frank les quitte, dépité et sans espoir. Il sera ramené à la maison par Nick à la suite d'une rencontre fortuite. Aucune séquence de ce type.
Nick décide de vendre son commerce. À la suite de cela, la motivation de le supprimer est grande, Cora ne se voyant pas jouer le rôle d’une infirmière auprès de la sœur malade de Nick. Aucune intrigue de ce type. La motivation de supprimer Nick est induite par le grand bonheur que Cora et Frank viennent de vivre en son absence.
Au moment de cette dernière annonce, Cora, seule dans la cuisine, s'empare d'un couteau et est surprise par Frank. Elle se destinait la lame. Aucune scène de ce type.
Cora, Nick et Frank prennent la voiture pour aller rencontrer l'acheteur de la station (la présence de Frank ne se justifie pas vraiment). Cora, Nick et Frank vont faire une balade en voiture.
Aucune séquence de ce type. Lors de la seconde tentative de meurtre, maquillée en accident de la route (et de l'alcool), Cora frappe Frank et celui-ci lui rend la pareille afin de rendre crédible les chocs qu'ils auraient subis.
Le procureur, qui avait des soupçons après l'épisode de la baignoire, a suivi la voiture de Nick et intervient après le soi-disant accident. Ses soupçons n’en sont que renforcés. Aucune séquence de ce type. Cora arrête cependant une voiture qui passe pour demander de l'aide.
Les aveux de Cora (une manigance de son avocat) intervient avant le procès. Les aveux de Cora (une manigance de son avocat) intervient pendant le procès.
Aucune séquence de ce type. Le revirement de la compagnie d'assurance plaignante pendant le procès (simplement mentionné par l'avocat) n'est pas compréhensible. Pendant le procès, la discussion de l’avocat avec les compagnies d’assurances est cohérente et explique de manière probante la stratégie qu’il entend mener pendant le procès.
Frank par un stratagème du procureur accuse Cora d'avoir essayé de le tuer. Elle a donc deux charges contre elle. Le stratagème tendait à les retourner l'un contre l'autre ce qui se produit puisque Cora veut faire des aveux mais qui resteront secrets grâce à l'habileté de son avocat. Cora et Frank ont un seul avocat.
À l'hôpital, l'avocat Keats se présente de manière théâtrale: il entre, s'assied, ne dit rien, s'allume une cigarette, puis se présente à Frank comme étant l'avocat de Mme Smith. À la prison, l'avocat Katz se présente de manière théâtrale: il entre, s'assied, ne dit rien, s'allume une cigarette, puis se présente à Frank comme étant leur avocat, à Cora et à lui.
L’avocat remet les 10'000 dollars de l’assurance vie à Cora. L’avocat garde pour lui les 10'000 dollars de l’assurance vie, pour payer ses frais.
L’annonce du décès de sa mère est faite au téléphone. L’annonce du décès de sa mère est faite par un client du restaurant qui a connu Cora dans sa jeunesse.
En l’absence de Cora, Frank séduit une femme rencontrée par hasard sur un parking. En l’absence de Cora, Frank séduit la dompteuse de fauves d’un cirque.
Par dépit et grand chagrin, peut-être par idéalisme, Cora veut avoir une preuve de l'amour que lui porte Franck ou mourir. Pour cela, elle l'emmène nager au large sachant qu'elle n'aura pas la force de revenir elle-même jusqu'au rivage. Celui-ci la ramène sur la côte preuve d'amour qu'elle attendait. Aucune séquence de ce type.
Aucune séquence de ce type. La dompteuse a rendu visite à Cora et y a laissé un fauve.
L’annonce que Cora est enceinte intervient après le chantage. L’annonce que Cora est enceinte intervient avant le chantage.
Le film continue après l'accident final. Le film se termine après le véritable accident qui a coûté la vie à Cora, avec la peine de Frank.
Le film se termine par la condamnation de Frank, cette fois-ci de manière injuste, qui va être exécuté, et par sa prière à Dieu pour le pardonner. Aucune séquence de ce type.
Frank donne une explication au titre du film (voir ici). Aucune séquence de ce type.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]