Communauto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Communauto
logo de Communauto
Logo de Communauto

Création 1994
Fondateurs Benoît Robert
Forme juridique Société incorporée
Slogan L'autonomie
Siège social Montréal
Drapeau du Canada Canada
Direction Benoît Robert

(Président-directeur général)

Actionnaires Benoît Robert (100 %)
Activité Transport
Produits Service d'autopartage
Effectif 68 équivalents temps plein
Site web Drapeau du Canadacommunauto.com Drapeau de la Francecommunauto.paris

Communauto est une entreprise canadienne (québécoise) basée à Montréal et fondée en 1994, offrant un service d'autopartage dans quatre villes du Québec, six villes d'Ontario, une ville de Nouvelle-Écosse, une d'Alberta, et une en France. La compagnie offre des véhicules en stations fixes, ainsi qu’en libre-service en voirie. La facturation se fait au kilométrage et à la minute, l’heure ou la journée, avec des tarifs spéciaux pour les longues distances. En janvier 2019, elle compte plus de 50 000 utilisateurs qui se partagent une flotte de plus de 2 500 véhicules.

Histoire[modifier | modifier le code]

Communauto est la plus ancienne organisation d'autopartage en Amérique du Nord. L'entreprise est fondée en 1994 à Québec par Benoît Robert, dans le cadre de son projet de maîtrise en aménagement du territoire et développement régional à l'Université Laval. Il organise une coopérative dans le faubourg Saint-Jean-Baptiste, où il recrute ses premiers clients à qui il offre la location de trois automobiles[1].

À la fin de 1995, la coopérative compte 197 membres, 23 voitures et étend ses activités à Montréal, ce qui permet de faire passer le nombre de membres à 447 et le nombre de voitures à 34 l'année suivante. La militante cycliste et écologiste Claire Morissette (1950-2007) a joué un rôle important dans le développement montréalais de l'entreprise. En 1997, les membres de la coopérative décident par une forte majorité de transformer Communauto en société privée, dont Benoît Robert est l'unique actionnaire[1].

En 2009, le chiffre d'affaires de l'entreprise s'élève à 13,3 millions de dollars[1].

En juillet 2010, Communauto compte environ 21 000 abonnés et 1 100 véhicules[1].

En août 2011, l'entreprise annonce le déploiement d'une flotte de véhicules électriques[2]. Communauto donne ainsi l'accès d'une quinzaine de Nissan LEAF à ses utilisateurs et prévoit qu'une cinquantaine de ces véhicules seront disponibles au début de l'année 2012[2].

En septembre 2012, Communauto acquiert Mobizen, une société parisienne d'autopartage[3]. Début 2015, Mobizen devient officiellement Communauto Paris.

(à gauche : Toyota Prius C FLEX; à droite : Toyota Corolla 2020)

En juin 2013, Communauto lance Auto-Mobile, un concept d'autopartage développé à Montréal et qui fonctionne sans station - les véhicules sont dispersés librement dans les rues de certains quartiers et leur stationnement est rendu accessible par la Ville de Montréal au moyen de vignettes dites universelles (permis de stationnement même dans des zones résidentielles avec restrictions). Les utilisateurs localisent les véhicules par l'entremise d'une application mobile et effectuent le déverrouillage avec une carte OPUS préalablement enregistré sur le site de Communauto. Ce projet innovant a compté sur l’appui de VULOG, une PME française spécialisée dans les services et technologies nécessaires à ce type de déploiement[4].

En janvier 2016, Communauto acquiert VRTUCAR, une compagnie d'autopartage qui dessert les villes d'Ottawa et de Kingston, avec qui elle avait déjà une entente pour permettre aux abonnés des deux entreprises de pouvoir profiter des véhicules de l'une ou l'autre.

En septembre 2016, le constructeur automobile français Groupe PSA prend une participation minoritaire dans l'entreprise, ce qui lui permet de prendre de l'expansion et d'accélérer sa stratégie d'électrification[5]

En mars 2018, Communauto fait l’acquisition du service d’autopartage Community CarShare dans le sud-ouest de l’Ontario. Elle opère dans cinq agglomérations : Kitchener-Waterloo, Hamilton, Cambridge, London et Guelph. Elle ajoute aussi 150 Prius V à sa flotte de véhicule au Québec.

En septembre 2018, Communauto s’établit à Edmonton en Alberta grâce à l’acquisition de Pogo Carshare.

En novembre 2018, Communauto a démarré FLEX, son nouveau volet d’autopartage en libre-service à Toronto. Le service est présent dans les quartiers centraux avec 200 voitures desservant 50 km2.

En 2019 la compagnie célèbre son 25e anniversaire. En avril 2019, Auto-mobile, l’option de véhicule en libre-service au Québec, change de nom pour FLEX. Pendant cette période, Communauto a aussi ajouté des Toyota Corolla 2020 à sa flotte en station au Québec[6].

Localisations[modifier | modifier le code]

Pays Ville Véhicule
Canada Montréal Essence

Toyota Yaris

Toyota Corolla

Nissan Versa

Nissan Note

Hybride

Toyota Prius C

Toyota Prius V

Chevrolet Volt (hybride rechargeable)

Électrique

Nissan Leaf

Canada Québec Essence

Toyota Yaris

Nissan Versa

Nissan Note

Hybride

Toyota Prius C

Toyota Prius V

Chevrolet Volt (hybride rechargeable)

Canada Sherbrooke Hybride

Toyota Prius C

Chevrolet Volt (hybride rechargeable)

Canada Gatineau Essence

Nissan Versa

Hybride

Toyota Prius C

Canada Ottawa Essence

Toyota Yaris

Toyota Corolla

Toyota RAV4

Toyota Matrix

Nissan NV200

Toyota Scion xB

Hybride

Toyota Prius C

Toyota Prius V

Chevrolet Volt (hybride rechargeable)

Canada Toronto Essence

Hyundai Accent

Canada Kingston Essence

Toyota Yaris

Toyota Corolla

Hybride

Toyota Prius C

Canada Sud-Ouest de l'Ontario (Hamilton, London,

Guelph, Kitchener, Cambridge)

Essence

Toyota Yaris

Toyota Corolla

Toyota Matrix

Toyota RAV4

Toyota Tacoma

Dodge Caravan

Ford Transit Connect

Hybride

Toyota Prius C

Chevrolet Volt (hybride rechargeable)

Canada Halifax Essence

Toyota Corolla

Dodge Caravan

Nissan Note

Nissan Versa

Mazda 5

Hybride

Toyota Prius C

France Paris Essence

Citroën C4 Cactus

Citroën Berlingo

Citroën C3

Hybride

Toyota Yaris Hybride

Toyota Prius (hybride rechargeable)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Claude Turcotte, « Benoît Robert, président de Communauto - Les deux mains sur le volant », Le Devoir, Montréal,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Communauto prend le virage électrique », Le Devoir,
  3. La Presse canadienne, « Communauto à Paris », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  4. Vulog et Communauto partagent la Leaf à Montréal sur france-mobilité-electrique.org
  5. http://www.lesaffaires.com/l-observatoire-de-la-croissance/tactiques/communauto-passe-la-vitesse-superieure-grace-a-deux-investisseurs/590342
  6. (en) COMMUNAUTO, « Communauto accélère sa croissance pour ses 25 ans », sur www.newswire.ca (consulté le 23 avril 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]