Eurométropole de Strasbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CUS, Eurométropole et EMS.

Eurométropole de Strasbourg
Blason de Eurométropole de Strasbourg
Eurométropole de Strasbourg
Conseil de l’Eurométropole de Strasbourg,
le 30 janvier 2015.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Forme Communauté urbaine (1967 → 2014)
Métropole (depuis 2015)
Siège Strasbourg
Communes 33
Président Robert Herrmann (PS)
Budget 1 408 247 150  (2015)
Date de création  : Communauté urbaine de Strasbourg
 : Eurométropole de Strasbourg
Code SIREN 246700488
Démographie
Population 491 409 hab. (2016)
Densité 1 456 hab./km2
Géographie
Superficie 337,61 km2
Localisation
Localisation de Eurométropole de Strasbourg
Localisation de la métropole,
dans le département du Bas-Rhin.
Liens
Site web strasbourg.eu
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

L'Eurométropole de Strasbourg (EMS) est une métropole française située dans le département du Bas-Rhin. Elle fait partie du pôle métropolitain d'Alsace qui fédère les grandes intercommunalités alsaciennes.

Créée le 4 décembre 1967 sous le nom de communauté urbaine de Strasbourg (CUS), elle devient une métropole le .

L'agglomération de Strasbourg totalisant 550 000 habitants (avec la commune voisine de Kehl en Allemagne), est l'intercommunalité la plus peuplée d'Alsace et de la région Grand Est, devant la communauté urbaine du Grand Reims (299 054 habitants), Mulhouse Alsace Agglomération (272 985 habitants) et la métropole du Grand Nancy (254 074 habitants).

Histoire[modifier | modifier le code]

photographie en couleurs d'un groupe de personnes placées sur cinq rangées sous une bannière sur laquelle est écrit en blanc sur fond vert : « Strasbourg EUROMÉTROPOLE ».
Les élus de l'Eurométropole de Strasbourg le 30 janvier 2015.

Depuis le , la ville de Strasbourg est le centre d'une communauté urbaine.

En 1972, les services de l'administration de la mairie de Strasbourg et de la communauté urbaine de Strasbourg sont regroupés en une administration unique.

Le centre administratif de la communauté urbaine, situé place de l'étoile au nord du quartier de Neudorf à Strasbourg, est construit entre 1973 et 1976[1].

Les effectifs de la communauté urbaine de Strasbourg s’élevaient à 7 090 agents en 2002.

À la suite de la loi de réforme territoriale du 27 janvier 2014, la communauté urbaine de Strasbourg (CUS) devient l'Eurométropole de Strasbourg (EMS) le 1er janvier 2015[2],[3].

Les communes d'Achenheim, de Breuschwickersheim, Hangenbieten, Kolbsheim et d'Osthoffen (toutes issues de l'ancienne communauté de communes les Châteaux et regroupant environ 6 500 habitants sur une superficie de 23,64 km2), rejoignent l'Eurométropole au 1er janvier 2017[4].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Présidents de la communauté urbaine[modifier | modifier le code]

Nom Parti Début Fin Fonctions
01 Pierre Pflimlin MRP puis UDF / CDS
02 Marcel Rudloff UDF / CDS
03 Catherine Trautmann PS
04 Roland Ries PS
05 Catherine Trautmann PS
06 Robert Grossmann RPR puis UMP
07 Jacques Bigot PS

Maire d'Illkirch-Graffenstaden

08 Robert Herrmann PS

Présidents de l'Eurométropole de Strasbourg[modifier | modifier le code]

Nom Parti Début Fin Fonctions
01 Robert Herrmann PS 31 décembre 2016 Adjoint au maire de Strasbourg
02 André Bieth (intérim) ... 1er janvier 2017 5 janvier 2017 Maire de Hangenbieten
03 Robert Herrmann PS 5 janvier 2017 En fonction Adjoint au maire de Strasbourg

Les vice-présidents (2015-2020)[modifier | modifier le code]

Fonction Nom Début Fin Autres fonctions politiques
1er Vice-Président M. Roland Ries 01/01/2015 En fonction Maire de Strasbourg
Vice-Président M. Yves Bur 01/01/2015 En fonction Maire de Lingolsheim
Vice-Président Mme Béatrice Bulou 01/01/2015 En fonction Maire de Mundolsheim
Vice-Président Mme Caroline Barrière 01/01/2015 En fonction Conseillère municipale de Strasbourg
Vice-Président M. Jean-Marie Beutel 01/01/2015 En fonction Maire d'Ostwald
Vice-Président M. Claude Froehly 01/01/2015 En fonction Maire d'Illkirch-Graffenstaden
Vice-Président M. Jean-Marie Kutner 01/01/2015 En fonction Maire de Schiltigheim
Vice-Président M. Alain Fontanel 01/01/2015 En fonction 1er adjoint au maire de Strasbourg
Vice-Président M. Alain Jund 01/01/2015 En fonction Adjoint au maire de Strasbourg
Vice-Président M. Mathieu Cahn 01/01/2015 En fonction Adjoint au maire de Strasbourg
Vice-Président M. Jean-Louis Hoerlé 01/01/2015 En fonction Maire de Bischheim
Vice-Président Mme Catherine Trautmann 01/01/2015 En fonction Conseillère municipale de Strasbourg
Vice-Président M. Syamak Agha Babaei 01/01/2015 En fonction Conseiller municipal de Strasbourg
Vice-Président M. Jean-Luc Herzog 01/01/2015 En fonction Maire de Niederhausbergen
Vice-Président Mme Françoise Bey 01/01/2015 En fonction Adjointe au maire de Strasbourg
Vice-Président M. Sébastien Zaegel 01/01/2015 En fonction Maire de Geispolsheim
Vice-Président Mme Martine Castellon 01/01/2015 En fonction Adjointe au maire d'Illkirch-Graffenstaden
Vice-Président M. Vincent Debes 01/01/2015 En fonction Maire de Hœnheim
Vice-Président M. Eric Amiet 01/01/2015 En fonction Maire de Wolfisheim
Vice-Président M. Nicolas Matt 01/01/2015 En fonction Conseiller municipal de Strasbourg

Population[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine de Strasbourg comptait 477 502 habitants au recensement en 2011 et 493 375 habitants en 2014 (sans la ville voisine de Kehl). Au dernier recensement, la ville de Strasbourg comptait à elle seule 60 % de la population totale de l'Eurométropole[5].

En 2015, l'Eurométropole compte 18 800 entreprises et 179 600 emplois[4].

Composition[modifier | modifier le code]

Au 1er janvier 2017, l'Eurométropole de Strasbourg regroupe 33 communes pour une superficie de 337,61 km2.

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
km2
Population
(dernière pop. légale)
Densité
hab./km2
Strasbourg
(siège)
67482 Strasbourgeois 78,26 279 284 (2016) 3 569
Achenheim 67001 Achenheimois 6,03 2 082 (2016) 345
Bischheim 67043 Bischheimois 4,41 17 180 (2016) 3 896
Blaesheim 67049 Blaesheimois 9,96 1 325 (2016) 133
Breuschwickersheim 67065 Breuschwickersheimois 5,06 1 258 (2016) 249
Eckbolsheim 67118 Eckbolsheimois 5,34 6 729 (2016) 1 260
Eckwersheim 67119 Eckwersheimois 7,46 1 315 (2016) 176
Entzheim 67124 Entzheimois 8,17 2 268 (2016) 278
Eschau 67131 Escoviens 11,83 5 102 (2016) 431
Fegersheim 67137 Fegersheimois 6,25 5 714 (2016) 914
Geispolsheim 67152 Geispolsheimois 21,95 7 476 (2016) 341
Hangenbieten 67182 Hangenbietenois 4,11 1 508 (2016) 367
Hœnheim 67204 Hoenheimois 3,42 11 191 (2016) 3 272
Holtzheim 67212 Holtzheimois 6,91 3 617 (2016) 523
Illkirch-Graffenstaden 67218 Illkirchois 22,21 26 837 (2016) 1 208
Kolbsheim 67247 Kolbsheimois 3,33 940 (2016) 282
Lampertheim 67256 Lampertheimois 6,58 3 004 (2016) 457
Lingolsheim 67267 Lingolsheimois 5,69 18 569 (2016) 3 263
Lipsheim 67268 Lipsheimois 4,96 2 568 (2016) 518
Mittelhausbergen 67296 Mittelhausbergeois 1,72 1 934 (2016) 1 124
Mundolsheim 67309 Mundolsheimois 4,09 4 741 (2016) 1 159
Niederhausbergen 67326 Infradomimontains 3,06 1 522 (2016) 497
Oberhausbergen 67343 Oberhausbergeois 3,79 5 383 (2016) 1 420
Oberschaeffolsheim 67350 Oberschaeffolsheimois 7,56 2 313 (2016) 306
Osthoffen 67363 Osthoffenois 5,11 829 (2016) 162
Ostwald 67365 Ostwaldois 7,11 12 714 (2016) 1 788
Plobsheim 67378 Plobsheimois 16,64 4 434 (2016) 266
Reichstett 67389 Reichstettois 7,61 4 430 (2016) 582
Schiltigheim 67447 Schilikois 7,63 31 811 (2016) 4 169
Souffelweyersheim 67471 Souffelweyersheimois 4,51 7 860 (2016) 1 743
Vendenheim 67506 Fédinois 15,89 5 528 (2016) 348
La Wantzenau 67519 Wantzenauviens 25,39 5 804 (2016) 229
Wolfisheim 67551 Wolfisheimois 5,57 4 139 (2016) 743

La répartition par nombre de conseillers est la suivante :

Commune Année
d'adhésion
Conseillers[6]
Achenheim 2017 1
Bischheim 1967 3
Blaesheim 2006 1
Breuschwickersheim 2017 1
Eckbolsheim 1967 1
Eckwersheim 1967 1
Entzheim 1967 1
Eschau 1967 1
Fegersheim 1967 1
Geispolsheim 1967 1
Hangenbieten 2017 1
Hœnheim 1967 2
Holtzheim 1967 1
Illkirch-Graffenstaden 1967 6
Kolbsheim 2017 1
Lampertheim 1967 1
Lingolsheim 1967 4
Lipsheim 1967 1
Mittelhausbergen 1967 1
Mundolsheim 1967 1
Niederhausbergen 1967 1
Oberhausbergen 1967 1
Oberschaeffolsheim 1967 1
Osthoffen 2017 1
Ostwald 1967 2
Plobsheim 1967 1
Reichstett 1967 1
Schiltigheim 1967 7
Souffelweyersheim 1967 1
Strasbourg 1967 50
Vendenheim 1967 1
La Wantzenau 1967 1
Wolfisheim 1967 1
33 communes -- 100

Organisation[modifier | modifier le code]

L'organisation de l'Eurométropole est calquée sur celle des autres EPCI. Elle comprend :

  • un organe délibérant : le conseil eurométropolitain ;
  • un organe exécutif : le Président, aidé des vice-présidents.

Les points inscrits à l'ordre du jour fixé par le Président ont été auparavant discutés en séance non publique par :

  • le bureau, composé du Président et des vice-présidents ;
  • la commission plénière, qui réunit l'ensemble des élus eurométropolitains.

Il existe une commission permanente. Celle-ci est composée du président, des vice-présidents et de membres du conseil eurométropolitain.

Compétences[modifier | modifier le code]

La métropole exerce de plein droit, en lieu et place des communes membres, les compétences suivantes :

  • Compétences en matière de développement et d'aménagement économique, social et culturel ;
    • les zones d'activité et l'insertion économique,
    • le soutien aux établissements d'enseignement supérieur de la recherche et de l'innovation,
    • la promotion du tourisme,
    • le parc des expositions, le palais de la Musique et des Congrès, le Zénith,
    • les médiathèques d'intérêt métropolitain et le réseau avec les bibliothèques des communes membres,
    • la participation au développement de l'audiovisuel, du cinéma et du multimédia,
    • les piscines, la patinoire "Iceberg", le stade de la Meinau, le Rhénus Sport,
    • l'organisation des grandes manifestations sportives.
  • Compétences en matière d'aménagement de l'espace métropolitain ;
    • l'urbanisme, plan local d'urbanisme (PLU) et réserves foncières,
    • les réseaux de télécommunications et l'aménagement numérique,
    • la voirie et les parcs de stationnement,
    • la mobilité (tramway, autobus).
  • Compétences en matière de politique locale de l'habitat ;
    • la politique du logement, le logement social et l'hébergement d'urgence,
    • les aires d'accueil des gens du voyage.
  • Compétences en matière de politique de la ville ;
    • l'animation et coordination des dispositifs contractuels de développement urbain,
    • les dispositifs locaux de prévention de la délinquance.
  • Compétences en matière de gestion des services d'intérêt collectif ;
    • l'assainissement et l'eau,
    • le service extérieur des pompes funèbres, le pôle funéraire,
    • la fourrière automobile et la fourrière pour animaux.
  • Compétences en matière de protection et de mise en valeur de l'environnement et de politique du cadre de vie ;
    • la gestion des déchets ménagers,
    • la transition énergétique et le plan climat-énergie territorial,
    • les concessions de gaz et d'électricité,
    • la gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations,
    • la lutte contre la pollution de l'air et contre les nuisances sonores,
    • le centre d'initiation à l'environnement.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
369 808397 665409 098430 272473 915474 715476 503491 409
Les données proposées sont établies à périmètre géographique identique, dans la géographie en vigueur au .
(Sources : Insee[7])

Environnement[modifier | modifier le code]

Éducation à la Nature et à l'Environnement[modifier | modifier le code]

Dans le quartier de la Robertsau se trouve le CINE de Bussierre, dont la compétence s'étend à l'ensemble de l'Eurométropole de Strasbourg. Aménagé en 2001 dans l'ancienne grange et ouvert en 2003, il est géré par l'association Strasbourg Initiation Nature Environnement (SINE)[8].

Transport durable[modifier | modifier le code]

Depuis le 11 décembre 2016, les abonnés de la CTS résidant dans une des communes de l'Eurométropole peuvent, sans supplément de coût, utiliser les trains du réseau TER Alsace entre les différentes gares de l'Eurométropole[9].

Eau[modifier | modifier le code]

Article connexe : Agence de l'eau Rhin-Meuse.

La métropole propose des recettes de produits ménagers dans le but de diminuer les micropolluants dans l'eau[10].

Énergie[modifier | modifier le code]

Dans le cadre du SRADDET du Grand Est, ATMO Grand Est tient à jour les statistiques énergétiques de tous les EPCI régionaux. Aussi pouvons-nous représenter l’énergie finale consommée sur le territoire[Note 1] annuellement par secteur, ou par source, pour l’année 2017. Cette énergie finale annuelle correspond à 24,8 MWh par habitant[Note 2].

Énergie finale par secteur en 2017[11]
- GWh par an[Note 3]
Industrie 2 455
Résidentiel 3 629
Tertiaire 3 061
Transport routier 2 809
Autres transports 141
Énergie finale par source en 2017[11]
- GWh par an
Électricité 3 509
Gaz naturel et produits pétroliers 7 335
Bois-énergie 521
Autres EnR (PAC, solaire thermique…) 340
Réseaux de chaleur 417

La production d’énergie renouvelable (EnR) du territoire apparaît dans le tableau suivant, toujours pour l’année 2017 :

Énergie renouvelable en 2017[12]
- GWh par an
Bois-énergie 86
Hydraulique 791
Pompe à chaleur (PAC)[Note 4] 101
Photovoltaïque 4
Solaire thermique 16
Biogaz 43

La part prépondérante de l’hydroélectricité dans les EnR ressort de ce tableau. Le rôle que jouent les pompes à chaleur dans l’extraction d’énergie du milieu ambiant est tout sauf négligeable. La station d'épuration de Strasbourg - La Wantzenau produit du biogaz qu'elle injecte ensuite dans le réseau.

Deux réseaux de chaleur sont majoritairement alimentés en bois. Il s'agit du réseau Eco2Wacken[13], dans le quartier du Wacken, qui assure une couverture en énergie renouvelable à hauteur de 87 % : la chaleur est distribuée, entre autres, au hall Rhénus, au lycée Kléber, à la piscine du Wacken et prochainement au futur quartier d'affaires. L'autre réseau alimente le quartier de l'Esplanade[14]: la centrale est implantée rue du Rhin-Napoléon, au sein du domaine du Port autonome de Strasbourg. Elle produira de l'électricité à hauteur de 70 GWh/a, et de la chaleur à hauteur de 112 GWh/a[15]. L'aciérie kehloise Badische Stahlwerke (de) va délivrer, dès 2021, 45 GWh de chaleur par an au réseau de chaleur de Strasbourg, grâce à un caloduc construit sous le Rhin. Jusqu'à présent, cette chaleur fatale était perdue[16],[17].

Ostwald et Schiltigheim sont également dotés de réseaux de chaleur[18]. Les deux centrales géothermiques profondes de Vendenheim et d'Eckbolsheim, gérées par Fonroche Géothermie, et d'Illkirch-Graffenstaden, gérée par Électricité de Strasbourg, bénéficient du soutien de l'Eurométropole[19].

Eurodistrict[modifier | modifier le code]

Les premières bases d'un eurodistrict (district européen), qui pourrait à terme aboutir à une administration commune concernant les 930 000 résidents de l'Eurométropole et de l'Ortenau, ont été mises en place en sous la forme allégée d'un accord pour coordonner et mettre en place des projets communs (transport, urbanisme, éducation, santé, formalités administratives…).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'énergie grise n'est pas prise en compte, pas plus que ne le sont les soutes aériennes internationales.
  2. Cette énergie finale annuelle par habitant correspond à puissance moyenne de 2,8 kW par habitant. Remarquons que l'énergie finale annuelle par habitant dans le Grand Est s'élève à 33,2 MWh par habitant, ce qui correspond à une puissance moyenne de 3,8 kW par habitant.
  3. Remarquons que 1 000 GWh/a = 1 TWh/a
  4. Les valeurs correspondant aux lignes « PACs aérothermiques » et « Géothermie (chaleur) » sont additionnées. Les pompes à chaleur consomment de l'énergie électrique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Immeuble de la CUS, 1 place de l'étoile sur le site Archi-Strasbourg.
  2. La CUS devient Strasbourg Eurométropole sur le site de la ville de Strasbourg.
  3. Bienvenue à l'Eurométropole sur le site de la ville de Strasbourg.
  4. a et b Strasbourg Eurométropole le mag’, février-mars 2016.
  5. « Présentation de l'Eurométropole », sur Strasbourg.eu
  6. « Les élus communautaires », sur www.strasbourg.eu.
  7. Séries historiques sur la population et le logement en 2016 - Eurométropole de Strasbourg (246700488)., sur le site de l'Insee (consulté le 8 août 2019)
  8. SINE sur sinestrasbourg.org
  9. « En train avec son badgéo », article des DNA du 29 novembre 2016.
  10. Ménage au naturel sur strasbourg.eu
  11. a et b [PDF] Strasbourg Plan Climat Air Énergie sur observatoire.atmo-grandest.eu; voir page 17.
  12. Ibid. p. 23
  13. eco2wacken sur eco2wacken.fr
  14. Réseau de chaleur de l'Esplanade sur sete-esplanade.fr
  15. les Dernières Nouvelles d'Alsace du vendredi 25 novembre. Voir page 38
  16. Dernières nouvelles d'Alsace en date du mardi 14 mai 2019, voir page 18 article intitulé "en 2021, l'aciérie kehloise BSW devrait chauffer Strasbourg"
  17. (de) Abwärme der BSW soll Kehl und Straßburg heizen sur euwid-energie.de
  18. Annuaire 2016-2017 sur viaseva.org
  19. Le Mag' Strasbourg Eurométropole. no 10. Novembre-décembre 2016. Voir page 15

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]