Communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin
Blason de Communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Forme Communauté de communes
Siège Prissac
Communes 17
Président Philippe Gourlay (PS)
Date de création
Code SIREN 200035137
Démographie
Population 6 838 hab. (2016)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Superficie 507,76 km2
Localisation
Localisation de Communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin
Localisation dans l'Indre.
Liens
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

La communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin[1] est une communauté de communes[2] française, située dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

Historique[modifier | modifier le code]

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

La communauté de communes se trouve dans le sud-ouest du département et dispose d'une superficie de 507,76 km2[3].

Elle s'étend sur 17[2],[4] communes du canton de Saint-Gaultier.

Carte de la communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin au .

Composition[modifier | modifier le code]

Carte des densités de population (millésimée 2016) des communes de la communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin. Composition en communes au [Note 1].

La communauté de communes est composée des communes suivantes :


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
km2
Population
(dernière pop. légale)
Densité
hab./km2
Prissac
(siège)
36168 Prissacois 62,83 635 (2016) 10
Beaulieu 36015 Bellilociens 7,48 56 (2016) 7,5
Bélâbre 36016 Bélabrais 40,14 974 (2016) 24
Bonneuil 36020 11,41 81 (2016) 7,1
Chaillac 36035 Chaillacois 59,79 1 063 (2016) 18
Chalais 36036 39,65 143 (2016) 3,6
La Châtre-Langlin 36047 Castrovicecontamliens 27,4 535 (2016) 20
Dunet 36067 9,24 102 (2016) 11
Lignac 36094 Lignacois 67,03 463 (2016) 6,9
Mauvières 36114 Mauvisiens 23,94 317 (2016) 13
Mouhet 36134 Mouhetins 32,26 447 (2016) 14
Parnac 36150 Parnacois 46,75 503 (2016) 11
Roussines 36174 Roussins 22,98 360 (2016) 16
Saint-Benoît-du-Sault 36182 Bénédictins 1,8 607 (2016) 337
Saint-Hilaire-sur-Benaize 36197 32,61 307 (2016) 9,4
Saint-Gilles 36196 Saint-Gillois 7,68 109 (2016) 14
Tilly 36223 Tillotins 14,77 136 (2016) 9,2

Démographie[modifier | modifier le code]

2010 2012 2015 2016
6 897[5]7 333[6]6 993[7]6 838[8]

Administration[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de la communauté de communes est à Prissac, 15 rue Roland-Meignien[2],[9].

Les élus[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est gérée par un conseil communautaire composé de 28 membres représentant chacune des communes membres et élus pour une durée de six ans.

Ils sont répartis comme suit :

Nombre de délégués Communes
1 Beaulieu · Bonneuil · Chalais · Dunet · Mauvières · Roussines · Saint-Hilaire-sur-Benaize · Saint-Gilles · Tilly
2 La Châtre-Langlin · Lignac · Mouhet · Parnac · Prissac · Saint-Benoît-du-Sault
3 Bélâbre
4 Chaillac

Présidence[modifier | modifier le code]

Le conseil communautaire du a réélu son président, Philippe Gourlet et désigné ses sept vice-présidents qui sont :

  1. Gérard Mayaud (commission économie) ;
  2. Roger Jambut (commission voiries et éclairage public) ;
  3. Christian Brec (commission patrimoine) ;
  4. Jean Imbert (commission environnement) ;
  5. Alain Nevière (commission tourisme) ;
  6. Thierry Barbier (commission culture, sport et loisirs) ;
  7. Suzanne Marchand (commission service social).

Ils forment ensemble l'exécutif de l'intercommunalité pour le mandat 2014-2020[10].

Présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
En cours Philippe Gourlay[10] PS Maire de Roussines

Compétences[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité exerce les compétences[2] qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions fixées par le code général des collectivités territoriales, comme :

  • la collecte des déchets des ménages et déchets assimilés ;
  • le traitement des déchets des ménages et déchets assimilés ;
  • la création, suppressions extension, translation des cimetières et sites funéraires ;
  • le CIAS ;
  • les actions de soutien à l'enseignement supérieur ;
  • les activités sportives ;
  • le schéma de cohérence territoriale (SCOT) ;
  • le schéma de secteur ;
  • les plans locaux d’urbanisme ;
  • la constitution de réserves foncières ;
  • l'organisation des transports urbains ;
  • la politique du logement étudiant ;
  • les pistes cyclables ;
  • les archives.

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre. Elle est sous le régime de la fiscalité professionnelle unique[2].

L'établissement perçoit la dotation globale de fonctionnement[2] (DGF). En revanche elle ne perçoit pas la dotation de solidarité communautaire [2] (DSC), la redevance d'enlèvement des ordures ménagères[2] (REOM) et la taxe d'enlèvement des ordures ménagères[2] (TEOM).

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logos successifs de la communauté de communes.

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les densités de populations sont calculées automatiquement dans un SIG en utilisant la superficie géographique de la commune et non la superficie cadastrale définie par l'Insee. Des différences de classe peuvent ainsi éventuellement apparaître pour les communes qui se situent en limite de franchissement de seuil de classe.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des communautés de communes et de la communauté d'agglomération dans l'Indre au 1er janvier 2019. » [PDF], sur le site de la Préfecture de l'Indre (consulté le 17 mars 2019).
  2. a b c d e f g h i et j « Communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin », sur le site de l'Annuaire des intercommunalités de France (consulté le 17 mars 2019).
  3. « Comparateur de territoire : Intercommunalité-Métropole de CC Marche Occitane - Val d'Anglin (200035137) », sur le site de l'Insee (consulté le 30 août 2019).
  4. « Intercommunalité-Métropole de CC Marche Occitane - Val d'Anglin (200035137) », sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2019).
  5. « Populations légales en vigueur à compter du 1er janvier 2013 » [PDF], sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2019).
  6. « Populations légales en vigueur à compter du 1er janvier 2015 » [PDF], sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2019).
  7. « Populations légales en vigueur à compter du 1er janvier 2018 » [PDF], sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2019).
  8. « Téléchargement des fichiers par départements des populations légales en 2016 - Département : Indre » [PDF], sur le site de l'Insee (consulté le 17 mars 2019).
  9. « Communauté de communes Marche Occitane - Val d'Anglin », sur le site de l'Administration Française (consulté le 17 mars 2019).
  10. a et b « Philippe Gourlay réélu », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ (lire en ligne, consulté le 17 mars 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]