Chrischona International

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Communauté de Chrischona)
Aller à : navigation, rechercher
Chrischona International
Mouvement Christianisme évangélique
Courant Christianisme non-dénominationnel
Siège Bettingen, Suisse
Territoire Mondial
Dirigeant René Winkler, depuis 2012
Affiliation Réseau évangélique suisse
Fondateur Christian Friedrich Spittler
Fondation 1840
Membres 20 000
Églises membres 200
Site Web chrischona.ch

Chrischona International (en allemand Chrischona-Gemeinden) est un regroupement d'églises chrétiennes évangéliques, présent dans plusieurs pays du monde. La dénomination chrétienne compterait 200 églises et 20 000 personnes. Elle est membre du Réseau évangélique suisse. Son siège est à Bettingen, Suisse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Christian Friedrich Spittler, né en 1782 dans le Bade-Wurtemberg et fils d'un pasteur luthérien, était secrétaire de la Société chrétienne à Bâle et l'initiateur d'un grand nombre d'œuvres à caractère social ou missionnaire[1],[2]. Le , il fonde à Bettingen l'Institut Biblique de Chrischona (Theologisches Seminar St. Chrischona - TSC) avec reconstruction des bâtiments de l'église de St. Chrischona (soit sainte Christiane), dans le but de former des croyants se destinant à devenir missionnaires[3],[4]. Dix-huit premiers frères terminent leur formation jusqu'en 1847, puis leur nombre va grandissant, avec un total de 200 durant les vingt années suivantes. Ils restent en relation avec la Mission, et on les nomme «Frères de Chrischona» (Chrischonabrüder). Ces Frères fondent une maison à Jérusalem en 1846, ils sont aussi particulièrement présents aux États-Unis et en Europe de l'Est.

En Suisse, la première église est fondée à Bettingen en 1869[5]. Puis, des implantations ont lieu en Allemagne en 1875, puis en France en 1913. D'autres voient le jour plus tard, en Afrique du Sud (1966) et au Luxembourg (1992).

Sont progressivement rattachés à la communauté des maisons de vacances, des homes pour jeunes ou pour personnes âgées. Une maison d'édition est fondée sous le nom de Brunnen Verlag.

En Suisse, pour 2011, les membres de l'Église de Chrischona représentent 13 % des croyants évangéliques[6].

En France, l'organisation affiliée à Chrischona International s'appelle « Vision-France, une Union d’Églises Protestantes Évangéliques » et comporte 20 paroisses dont 15 en Alsace-Moselle en raison du passé germanophone de cette communauté[7].

En 2012 René Winkler devient directeur de Chrischona International[8].

Structures[modifier | modifier le code]

L'association Chrischona[modifier | modifier le code]

En 2017, Chrischona compte 200 églises et environ 20 000 membres[9].

L'association Chrischona est composée des éléments suivants.

  • les églises Chrischona en Suisse, Allemagne, France, Luxembourg, Namibie et Afrique du Sud ;
  • le Séminaire théologique de St. Chrischona (Theologische Seminar St. Chrischona - TSC) ;
  • les éditions Brunnen en Suisse et en Allemagne
  • les librairies Fontis
  • les homes pour jeunes, pour personnes âgées, ou maisons de soin, en Suisse, en Allemagne et en France ;
  • la maison mère des diaconesses de St. Chrischona
  • la communauté de travail pour le témoignage messianique en Israël (amzi)

Affiliations[modifier | modifier le code]

En Suisse, Chrischona est membre du Réseau évangélique suisse et de l'Association des Églises libres et communautés évangéliques en Suisse (Verband evangelischer Freikirchen und Gemeinden in der Schweiz).

En Allemagne, Chrischona est une œuvre indépendante au sein de l'Église évangélique (Evangelische Kirche in Deutschland) et appartient à la Ligue des communautés évangéliques de Gnadau (Evangelischer Gnadauer Gemeinschaftsverband (de)).

En France, l’union d’Églises rattachée à Chrischona et dite depuis 1999 « Union des Églises Chrétiennes Évangéliques » (UECE) a fusionné en 2010 avec son propre mouvement missionnaire pour former une seule œuvre nommée « Vision-France, une Union d’Églises Protestantes Évangéliques » qui fait partie du Conseil national des évangéliques de France (CNEF) et du Réseau FEF (Réseau Fraternel Évangélique Français)[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En allemand
  • Carl Heinrich Rappard, Fünfzig Jahre Pilgermission auf St. Chrischona, Basel, 1890
  • Carl Heinrich Rappard, Die Pilgermission zu St. Chrischona, 1840-1908, Schriften-Niederlage zu St. Chrischona, Basel, 1908
  • Hans Staub, Wir sind sein Werk: 125 Jahre Pilgermission St. Chrischona bei Basel, Brunnen-Verlag, Basel, 1965
  • 150 Jahre Pilgermission St. Chrischona 1840-1990, Brunnen-Verlag, Basel/Giessen, 1990

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. CROIR, Église évangélique Chrischona, Site web du CROIR, Canada, consulté le 1er août 2017
  2. Donald M. Lewis, Richard V. Pierard, Global Evangelicalism: Theology, History & Culture in Regional Perspective, InterVarsity Press, USA, 2014, p. 111.
  3. Olivier Favre, Les églises évangéliques de Suisse: origines et identités, Labor et Fides, Suisse, 2006 , p. 74
  4. Michel Deneken, Francis Messner, Frank Alvarez-Pereyre, La théologie à l'Université: statut, programmes et évolutions, Editions Labor et Fides, France, 2009, p. 63.
  5. Chrischona Suisse, Chrischona Suisse : une église libre qui a son histoire, Site web officiel, Suisse, consulté le 1er août 2017.
  6. Jörg Stolz, Olivier Favre, Caroline Gachet, Emmanuelle Buchard, Le phénomène évangélique: analyses d'un milieu compétitif, Labor et Fides, Suisse, 2013, p. 32.
  7. « Vision-France (V-F) », sur Site du Conseil National des églises évangélique de France (consulté le 19 décembre 2017).
  8. Chrischona International, Direktion Chrischona International, Site web officiel, Suisse, consulté le 1er août 2017.
  9. Chrischona International, Was ist Chrischona International?, Site web officiel, Suisse, consulté le 1er août 2017.
  10. Notice sur le site du Conseil National des Évangéliques de France, consulté le 19 décembre 2017

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]