Communauté urbaine Le Havre Seine Métropole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Havre Seine Métropole
(Communauté urbaine de l'agglomération havraise, du canton de Criquetot-L'Esneval et de Caux Estuaire)
Blason de Le Havre Seine Métropole (Communauté urbaine de l'agglomération havraise, du canton de Criquetot-L'Esneval et de Caux Estuaire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Forme Communauté urbaine
Siège Le Havre
Communes 54
Président Luc Lemonnier (LR)
Date de création
Démographie
Population 269 321 hab. (2016)
Densité 543 hab./km2
Géographie
Superficie 495,8 km2
Localisation
Localisation de Le Havre Seine Métropole(Communauté urbaine de l'agglomération havraise, du canton de Criquetot-L'Esneval et de Caux Estuaire)
Liens
Site web lehavreseinemetropole.fr

Le Havre Seine Métropole est le nom que s'est donné la communauté urbaine de l'agglomération havraise, du canton de Criquetot-L'Esneval et de Caux Estuaire, une communauté urbaine française, située dans le département de la Seine-Maritime et la région Normandie.

Cette structure intercommunale ne constitue par une métropole au sens de la réforme des collectivités territoriales françaises et de l’acte III de la décentralisation.

Historique[modifier | modifier le code]

Une première réflexion incluse dans le schéma départemental de coopération intercommunale arrêté par le préfet de Seine-Maritime le 22 décembre 2011 prévoyait la fusion de la communauté d’agglomération havraise (CODAH), de la communauté de communes de Saint-Romain-de-Colbosc et de la communauté de communes du canton de Criquetot-l’Esneval, afin de « conforter un pôle solide, aux compétences claires et au rayonnement incontestable[1] » centré sur l'agglomération havraise. Cette fusion, qui aurait abouti au regroupement de 54 communes soit environ 280 000 habitants[2],[3], n'a pas été réalisée[pourquoi ?].

Dans le cadre de l'approfondissement de la coopération intercommunale prévu par la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , le projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale présenté par le préfet de Seine-Maritime le 2 octobre 2015 prévoit à nouveau la fusion de la « communauté d’agglomération havraise (236 997 habitants) et de la communauté de communes du canton de Criquetot-l'Esneval (16 394 habitants)[4] » (mais sans la communauté de communes de Saint-Romain-de-Colbosc, renommée entre-temps communauté de communes Caux Estuaire).

La communauté urbaine est finalement créée le par la fusion de la communauté de l'agglomération havraise, de la communauté de communes Caux Estuaire et de la communauté de communes du canton de Criquetot-l'Esneval[5],[6],[7],[8].

Elle choisit pour nom « Le Havre Seine Métropole ».

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité regroupe des communes de la proche région du Havre, mais ne concerne qu'une partie seulement de l'aire urbaine du Havre, définie par l’INSEE, qui a été étendue en 2010 de 72 à 81 communes[9].

Le Havre Seine Métropole est membre du pôle métropolitain de l'estuaire de la Seine.

Composition[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine du Havre regroupe à sa création les 54 communes suivantes[5] :

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Le Havre
(siège)
76351 Havrais 46,95 170 352 (2016) 3 628
Angerville-l'Orcher 76014 Angervillais 9,91 1 436 (2016) 145
Anglesqueville-l'Esneval 76017 Anglesquevillais 4,36 573 (2016) 131
Beaurepaire 76064 Beaurepairais 2,83 499 (2016) 176
Bénouville 76079 Bénouvillais 2,86 174 (2016) 61
Bordeaux-Saint-Clair 76117 Bordelais 10,31 665 (2016) 65
Cauville-sur-Mer 76167 Cauvillais 11,19 1 524 (2016) 136
La Cerlangue 76169 Cerlanguais 27,93 1 295 (2016) 46
Criquetot-l'Esneval 76196 Criquetotais 13,47 2 568 (2016) 191
Cuverville 76206 Cuvervillais 4,58 354 (2016) 77
Épouville 76238 Épouvillais 5,59 2 718 (2016) 486
Épretot 76239 Épretotais 6,84 726 (2016) 106
Étainhus 76250 Stainhusiens 8,22 1 122 (2016) 136
Étretat 76254 Étretatais 4,07 1 339 (2016) 329
Fongueusemare 76268 Fongueusemarais 11,85 190 (2016) 16
Fontaine-la-Mallet 76270 Fontainais 6,68 2 638 (2016) 395
Fontenay 76275 Fontenaysiens 5,61 1 100 (2016) 196
Gainneville 76296 Gainnevillais 4,65 2 592 (2016) 557
Gommerville 76303 Gommervillais 7,39 728 (2016) 99
Gonfreville-l'Orcher 76305 Gonfrevillais 25,81 9 146 (2016) 354
Gonneville-la-Mallet 76307 Gonnevillais 7,32 1 333 (2016) 182
Graimbouville 76314 Graimbouvillais 6,40 617 (2016) 96
Harfleur 76341 Harfleurais 4,21 8 409 (2016) 1 997
Hermeville 76357 Hermevillais 3,81 371 (2016) 97
Heuqueville 76361 Heuquevillais 5,05 712 (2016) 141
Manéglise 76404 Manéglisais 8,35 1 277 (2016) 153
Mannevillette 76409 Mannevillettais 4,21 842 (2016) 200
Montivilliers 76447 Montivillons 19,09 15 942 (2016) 835
Notre-Dame-du-Bec 76477 Becquais 3,99 454 (2016) 114
Octeville-sur-Mer 76481 Octevillais 20,37 5 850 (2016) 287
Oudalle 76489 Oudallais 9,65 452 (2016) 47
Pierrefiques 76501 Pierrefiquais 2,31 136 (2016) 59
La Poterie-Cap-d'Antifer 76508 Potiais 5,81 450 (2016) 77
La Remuée 76522 Remotais 7,03 1 292 (2016) 184
Rogerville 76533 Rogervillais 9,50 1 331 (2016) 140
Rolleville 76534 Rollevillais 7,06 1 200 (2016) 170
Sainneville 76551 Sainnevillais 6,97 844 (2016) 121
Saint-Aubin-Routot 76563 Saint-Albinais 6,63 1 886 (2016) 284
Saint-Gilles-de-la-Neuville 76586 Saint-Gillais 7,09 657 (2016) 93
Saint-Jouin-Bruneval 76595 Saint-Jouinais 18,82 1 872 (2016) 99
Saint-Laurent-de-Brèvedent 76596 Saint-laurentais 7,79 1 444 (2016) 185
Saint-Martin-du-Bec 76615 Saint-Martinais 4,12 605 (2016) 147
Saint-Martin-du-Manoir 76616 Saint-Martinais 5,13 1 533 (2016) 299
Saint-Romain-de-Colbosc 76647 Romanais 11,74 4 093 (2016) 349
Saint-Vigor-d'Ymonville 76657 Saint-vigorais 29,43 1 113 (2016) 38
Saint-Vincent-Cramesnil 76658 Saint-Vincentais 4,77 641 (2016) 134
Sainte-Adresse 76552 Dionysiens 2,26 7 410 (2016) 3 279
Sainte-Marie-au-Bosc 76609 Marigyptiens 3,18 368 (2016) 116
Sandouville 76660 Sandouvillais 14,80 797 (2016) 54
Le Tilleul 76693 Tilleulais 6,27 697 (2016) 111
Les Trois-Pierres 76714 Trois-Pierrais 7,48 738 (2016) 99
Turretot 76716 Turretotais 6,07 1 471 (2016) 242
Vergetot 76734 Vergetotais 4,31 439 (2016) 102
Villainville 76741 Villainvillais 3,65 306 (2016) 84

Démographie[modifier | modifier le code]

Aux termes de l'arrêté préfectoral créant la communauté urbaine, celle-ci a une population totale de 275 071 habitants recensés en 2015[5].

Organisation[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine a son siège au Havre, Hôtel d’Agglomération, 19 rue Georges Braque.

Élus[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine est administrée par son conseil communautaire, composé de 130 conseillers municipaux représentant les 54 communes membres répartis sensiblement en fonction de leur population[5] :
- 59 délégiés pour Le Havre ;
- 8 délégués pour Montivilliers ;
- 4 délégués pour Gonfreville-l'Orcher et Harfleur ;
- 3 délégués pour Sainte-Adresse et Octeville-sur-Mer ;
- 2 délégués pour Saint-Romain de Colbosc ;
- 1 délégué et son suppléant pour les autres communes.

Le premier conseil communautaire, réuni le a élu son président, Luc Lemonnier, maire du Havre et président de l'ex-communauté de l'agglomération havraise, ainsi que ses 15 vile-présidents, qui sont[10] :

  1. Jean-Baptiste Gastinne, premier maire-adjoint du Havre ;
  2. Didier Sanson, maire d'Etainhus ;
  3. Daniel Fidelin, maire de Montivilliers ;
  4. Valérie Egloff, maire-adjointe du Havre ;
  5. Alban Bruneau, maire de Gonfreville-l’Orcher ;
  6. Christine Morel, maire de Harfleur ;
  7. Florence Durande, maire d'Angerville-l’Orcher ;
  8. Florent Saint-Martin, maire-adjoint du Havre ;
  9. Hubert Dejean-de-la-Batie, maire de Sainte-Adresse ;
  10. Jean-Louis Rousselin, maire d'Octeville-sur-Mer ;
  11. Michel Maillard, conseiller municipal du Havre ;
  12. Daniel Soudant , maire de Manéglise ;
  13. Maria-Dolores Gautier-Hurtado, maire de Saint-Martin-du-Manoir ;
  14. Jean-Louis Maurice, maire de Fontaine-la-Mallet ;
  15. Christian GRANCHER, maire de Cauville-sur-Mer.

Le conseil a également désigné 33 autres élus qui, avec le président et les 15 vice-présidents, forment le bureau de la communauté urbaine pour la mandature 2019-2020[11].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Les présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019[11] En cours
(au 19 janvier 2019)
Luc Lemonnier
LL écharpe PP.jpg
LR Cadre d'assurances
Maire du Havre (2017 → )
Président de l'ex-communauté de l'agglomération havraise (2017 → )
Conseiller départemental du Havre-6 (2015 → )
Vice-président du conseil départemental de la Seine-Maritime (2015 → )

Compétences[modifier | modifier le code]

Une communauté urbaine est une structure intercommunale très fortement intégrée, c'est-à-dire qui exerce de très nombreuses compétences tranféréés par les communes membres.

Le code général des collectivités territoriales dispose qu'elle exerce obligatoirement en 2018 les compétences suivantes[12] :
1° En matière de développement et d'aménagement économique, social et culturel de l'espace communautaire :

a) Création, aménagement, entretien et gestion de zones d'activité ;
b) Actions de développement économique ;
c) Équipements, de réseaux d'équipements ou d'établissements culturels, socioculturels, socio-éducatifs, sportifs, lorsqu'ils sont d'intérêt communautaire ;
d) Lycées et collèges ;
e) Promotion du tourisme, dont la création d'offices de tourisme ;
f) Programme de soutien et d'aides aux établissements d'enseignement supérieur et de recherche et aux programmes de recherche ;

2° En matière d'aménagement de l'espace communautaire :

a) Schéma de cohérence territoriale et schéma de secteur ; plan local d'urbanisme et documents d'urbanisme en tenant lieu ; opérations d'aménagement (ZAC...) d'intérêt communautaire ; et après avis des conseils municipaux, constitution de réserves foncières ;
b) Organisation de la mobilité ; voirie ; signalisation ; parcs et aires de stationnement ; plan de déplacements urbains ;

3° En matière d'équilibre social de l'habitat sur le territoire communautaire :

a) Programme local de l'habitat ;
b) Politique du logement ; aides financières et actions en faveur du logement social ; action en faveur du logement des personnes défavorisées ;
c) Opérations programmées d'amélioration de l'habitat (OPAH), actions de réhabilitation et résorption de l'habitat insalubre ;

4° En matière de politique de la ville : élaboration du diagnostic du territoire et définition des orientations du contrat de ville ; animation et coordination des dispositifs contractuels de développement urbain, de développement local et d'insertion économique et sociale ainsi que des dispositifs locaux de prévention de la délinquance ; programmes d'actions définis dans le contrat de ville ;

5° En matière de gestion des services d'intérêt collectif :

a) Assainissement des eaux usées et eau potable ;
b) Cimetières, crématoriums et sites cinéraires ;
c) Abattoirs, abattoirs marchés et marchés d'intérêt national ;
d) Financement des Services d'incendie et de secours ;
e) Contribution à la transition énergétique ;
f) Réseaux de chaleur ou de froid urbains ;
g) Concessions de la distribution publique d'électricité et de gaz ;
h) Infrastructures de charge de véhicules électriques ;

6° En matière de protection et mise en valeur de l'environnement et de politique du cadre de vie :

a) Collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés ;
b) Lutte contre la pollution de l'air ;
c) Lutte contre les nuisances sonores ;
d) Soutien aux actions de maîtrise de la demande d'énergie ;
e) Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI)

7° Aires d'accueil des gens du voyage et des terrains familiaux locatifs ;

Dans l'attente de la détermination des compétences facultatives et de la définition des opérations et équipements reconnus d'intérêt communautaire par Le Havre Seine Métropole, celle-ci exerce ceux qui étaient exercées par les anciennes intercommunalités supprimées, au profit des communes qui en étaient membres[13].

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La communauté urbaine est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, elle perçoit, comme toutes les communautés urbaines, la fiscalité professionnelle unique (FPU) – qui a succédé à la taxe professionnelle unique (TPU) – et assure une péréquation de ressources entre les communes résidentielles et celles dotées de zones d'activité.

Elle perçoit également la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM)[14], qui finance le fonctionnement de ce service public.

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Schéma départemental de la coopération intercommunale de la Seine-Maritime » [PDF], Préfecture de Seine-Maritime, (consulté le 10 novembre 2015), p. 12-15.
  2. Pierre Simon, « Le puzzle géant de la Codah : Fusion. La super-agglo rassemble désormais près de 300 000 habitants. Une première étape avant de franchir la Seine ? », Le Point,‎ (lire en ligne).
  3. « L’agglomération havraise s’élargit : Passant de 17 à 54 communes et à près de 280 000 habitants : l’agglomération du Havre est en passe de prendre un sérieux embonpoint », Normandie-Magazine,‎ (lire en ligne).
  4. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale 2015 » [PDF], Préfecture de Seine-Maritime (consulté le 25 octobre 2015), p. 6.
  5. a b c et d « Arrêté préfectoral du 19 octobre 2018 portant création de la communauté urbaine de l'agglomération havraise, du canton de Criquetot-l'Esneval et de Caux Estuaire issue de la fusion de la communauté d'agglomération havraise, de la communauté de communes Caux Estuaire et de la communauté de communes du canton de Criquetot-l'Esneval », Recueil des actes administratifs de la préfecture de Seine-Maritime, nos 76-2018-118 spécial,‎ , p. 74-92 (lire en ligne [PDF], consulté le 17 février 2019).
  6. « Codah : un mariage à trois en janvier 2019 ? : Les élus communautaires de la Codah se sont majoritairement prononcés, mardi, en faveur d’une fusion avec Caux Estuaire et Criquetot-l’Esneval. La gauche n’a pas pris part au vote », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2019) « Après 3 heures de débats, le conseil communautaire de la Codah s’est majoritairement prononcé par 54 voix sur 75 votants, pour lancer le processus d’élargissement de son territoire aux deux com’com du canton de Criquetot-l’Esneval et de Caux Estuaire ».
  7. Emmanuelle Darcel, « Saint Romain de Colbosc: Caux Estuaire vote non à la fusion avec la CODAH : Pour la 3e fois en huit ans, la communauté de communes Caux Estuaire a émis jeudi 28 juin 2018 un avis négatif sur le projet d'élargissement de la CODAH. Mais les opinions sont très partagées entre les élus de l'intercommunalité. 18 ont voté contre et 14 pour », France 3 Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2019) « Les 9 maires de la communauté de communes Caux Estuaire opposés depuis toujours à la fusion de leur territoire avec celui de la codah ont jeudi 28 juin 2018 en conseil communautaire voté contre cette délibération délargissement. Mais les élus sont très partagés sur la question. 18 ont voté contre et 14 pour. ».
  8. « Sept maires de Caux Estuaire favorables à la fusion avec la Codah : Sept maires de Caux Estuaire, favorables à l’idée d’une nouvelle communauté, s’en sont expliqués avec la préfète Fabienne Buccio », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2019).
  9. Chambre régionale des comptes Basse-Normandie, Haute-Normandie, « Rapport d'observations définitives : Communauté d'agglomération du Havre (CODAH) - Politique des transports urbains » [PDF], Cour des comptes, (consulté le 12 novembre 2015), p. 4.
  10. Natalie Desse, « Le Havre. Luc Lemonnier élu président de la communauté urbaine : Sans surprise, ce mardi 15 janvier 2019, lors de leur premier conseil communautaire, les élus ont élu le maire du Havre à la tête de la nouvelle intercommunalité Le Havre Seine Métropole, qui rassemble 54 communes », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2019) « Une élection sans surprise, même si deux candidats étaient en lice : Patrick Bucrout, maire d’Heuqueville (Eure), commune rurale de 700 habitants et Luc Lemonnier. Le maire du Havre et ancien président de l’ancienne communauté de l’agglomération havraise (Codah) a été élu à 99 voix, ce 15 janvier 2019, à la tête de la nouvelle communauté urbaine Le Havre Seine Métropole. Son challenger a remporté 15 voix. Dix bulletins étaient blancs, et Jean-Paul Lecoq (député de Seine-Maritime), qui n’était pas candidat, a bénéficié d’une voix ».
  11. a et b Virginie Veiss, « Pas de tempête sur l’échiquier politique du Havre Seine Métropole », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2019).
  12. 8 Article L. 5215-20 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  13. Article 4 de l'arrêté préfectoral du 19 octobre 2018.
  14. Murielle Bouchard, « La communauté urbaine du Havre Seine Métropole est née : quelle place pour les ruraux ? : Mardi 15 janvier, les élus de la communauté urbaine du Havre ont été installés. Face à cette grande machine, des craintes persistent, notamment celles liées au poids des ruraux », 76 actu,‎ (lire en ligne, consulté le 17 février 2019) « La réponse de la communauté urbaine sur les impôts : « La part intercommunale de la taxe foncière sur le bâti sera supprimée sur le territoire de Criquetot et Caux-Estuaire. La taxe foncière sur les propriétés non bâties sera supprimée sur l’ensemble du territoire. Ces deux mesures correspondent à une perte de recettes de 1,5M€ pour la communauté urbaine et une redistribution de pouvoir d’achat pour les citoyens. Par ailleurs, sur la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, les taux restent ceux votés dans chaque collectivité avant la création de la communauté urbaine ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]