Commission technique d'orientation et de reclassement professionnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La COmmission Technique d'Orientation et de REclassement Professionnel (ou COTOREP) est une ancienne institution française.

Sa fonction[modifier | modifier le code]

Créée en 1975 (Loi d'orientation no 75-534 du [1]), la Cotorep gérait les problèmes liés au handicap et notamment à la réinsertion professionnelle des handicapés. Elle était présente dans chaque département et dépendait du Ministère du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social.

Avec la Loi nº 2005-102 du [2] pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, la COTOREP disparaît[réf. nécessaire].

À partir de janvier 2006, la Maison départementale des personnes handicapées[3] intègre la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH[4]). C'est dans cette nouvelle instance que se prennent les décisions de compensation (humaine / technique), de prestations (le plus souvent financières[5]) et d'orientations en faveur des personnes handicapées.

Elle se base pour cela sur l'évaluation des besoins de compensation du handicap, réalisée par une équipe pluridisciplinaire mise en place par la maison départementale des personnes handicapées (MDPH), et tient compte des souhaits exprimés par la personne handicapée ou son représentant légal[6], dans son projet de vie.

Travailleur handicapé[modifier | modifier le code]

Les salariés Cotorep bénéficiaient d'une part de quota (discrimination positive) pour l'emploi. Par exemple le service du courrier d'une grande entreprise française comprend le plus souvent des personnes handicapées physiques et mentales. D'autre part les salariés Cotorep bénéficiaient d'aménagements de leur espace de travail, par exemple un cadre dirigeant aveugle a, à sa disposition des logiciels de synthèse vocale (pour lire).

En 2006, les « travailleurs Cotorep » deviennent les « travailleurs handicapés (TH) ». Le régime juridique devient la « Reconnaissance de la Qualité de Travailleur handicapé (RQTH) », dans le cas général (secteur privé). Alors que le code du travail s'applique à l'ensemble des travailleurs (secteurs privé et public), il n'est pas clair pourquoi la fonction publique dispose de son propre régime.

Dans le cas du secteur public, les « travailleurs handicapés (TH) » sont appelés les travailleurs « bénéficiaires de l'obligation d'emploi (BOE) », au titre de l'article L. 5212-13 du code du travail[7].

Cette dernière dénomination met en valeur la discrimination positive, mais elle est malheureuse car il y a confusion entre « obligation de travail » et « droit au travail » (sur le modèle du droit au logement opposable). Encore, il y a confusion entre « obligation de travail » et Déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés, des mutilés de guerre et assimilés, au titre des mêmes articles L 5212-1 et suivants du Code du Travail, qui s'appliquent donc à l'ensemble des travailleurs (secteurs privé et public).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]