Commission royale d'enquête sur l'agriculture au Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Commission royale d'enquête sur l'agriculture au Québec
Création 1965
Direction Nolasque April, président
Activité Agriculture
Site web http://www.bibliotheque.assnat.qc.ca/guides/fr/les-commissions-d-enquete-au-quebec-depuis-1867/203-annees-1960#fragment977

La Commission royale d'enquête sur l'agriculture au Québec[1], mieux connue sous le nom de Commission April est une commission d'enquête instituée le 27 juillet 1965 par le gouvernement libéral de Jean Lesage[2],[3]. La commission a été présidée par Nolasque April qui était alors président de la Régie des Marchés agricoles du Québec.

Membres de la commission[modifier | modifier le code]

Mandat[modifier | modifier le code]

La commission avait pour mandat d'enquêter sur les moyens à prendre pour que la production agricole rapporte aux agriculteurs un revenu équilibré par rapport à celui des autres classes de la société[3] et, en particulier, sur:

  • l'obtention de marchés stables et rémunérateurs;
  • l'amélioration des procédés de mise en marché et de commercialisation des produits agricoles;
  • l'abaissement du prix de revient des produits à la ferme;
  • la réduction des coûts de transformation des produits agricoles;
  • la consolidation des exploitations agricoles.

Rapport de la commission[modifier | modifier le code]

Le 20 juillet 1967, la commission soumet au gouvernement des rapports sur treize sujets spécifiques[5].

  • L'assainissement des sols au Québec;
  • Le crédit agricole au Québec;
  • L'industrie et le commerce des engrais chimiques au Québec;
  • La médecine vétérinaire et les produits de médecine vétérinaire au Québec;
  • L'évolution de l'agriculture et le développement économique du Québec, 1946-1976;
  • L'industrie laitière au Québec;
  • Les coopératives agricoles et les plans conjoints au Québec;
  • La culture et la mise en marché du tabac au Québec;
  • Les grains de provende au Québec;
  • La mise en marché des fruits et légumes au Québec;
  • La mise en marché de la viande et de la volaille au Québec;
  • La consolidation des fermes au Québec;
  • L'intégration en agriculture au Québec

Conclusions[modifier | modifier le code]

La commission conclut qu'il faut encourager le développement d'une agriculture concurrentielle et une intervention judicieuse du gouvernement[5]. De plus, les commissaires jugent que l'agriculture québécoise souffre d'anémie[6]. La commission recommande d'identifier les terres ayant le meilleur potentiel pour faciliter le financement gouvernemental[7]. La commission suggère une irrigation plus appuyée des meilleures terres[7], une plus grande utilisation d'engrais chimiques et une plus grande productivité du travail[6].

La Commission détaille ainsi les manières de procéder pour atteindre les objectifs d’augmentation des rendements dans les productions animales et végétales[8],[1].

La Commission suggère aussi que l'accroissement des échanges dans une optique interprovinciale et internationale serve de moyen pour obtenir un niveau de revenu agricole plus élevé[1].

Loin de s’inquiéter de la diminution du nombre de fermes, les conclusions de la Commission cherchent à assurer aux agriculteurs une qualité de vie décente et à consolider l’agriculture québécoise[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]